Lieu qui renferme beaucoup d’objets entassés confusément.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Texte brute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neoko
Admin


Messages : 533
Date d'inscription : 07/11/2016
Age : 19

MessageSujet: Texte brute   Dim 27 Nov - 12:50

Jack, était un grand homme, ses cheveux étaient d'une nature incolore, et ses yeux rouges. Un simple albinos de l'extérieur, et pourtant son physique collait très bien avec son don. Tout annuler. Il soupira doucement en entrant dans le hangar en compagnie de sa très tendre amie Scythe. Oh mon dieu, sa allait être une dure journée. Les élèves étaient déjà indisplinés, complètement paniqués pour certain. Il passa une main dans ses cheveux en soupirant. Et bien, le directeur aurait pu faire une nouvelle déco. La salle de démonstration était très simple, voir même trop simple. On aurait pu facilement croire a un vieux hangar désinfecter, pourtant cette endroit était au norme. Paumer au milieux de nullepart dans un désert. Mais au moins en norme. Pour ne pas attirer l'attention des sans pouvoirs. Les "normaux". Oui normaux, normes quoi ? Jack s'installa dans l'une des hautes chaises, laissant le soin à Scythe, la femme du directeur de prendre la paroles dans tout ce brouahah. Il était juste là en cas de couille, rien de plus. Il esperait qu'il n'y pas d'instable cette année. Ou peu. Sa éviterait qu'il se lève pour un rien. Dans chaque monde, il avait ce genre de connerie, lui même était instable, enfin ex-instable heureusement que tout le monde était guérit au bout d'un moment.Scythe n'était pas la plus grande femme qu'on pouvait connaître. Loin de là, elle avait même une allure assez enfantine. Toutefois, derrière cette apparence, se cachait peut-être la plus effrayante des femmes. Elle n'était déjà pas d'humeur alors si les élèves commençaient à l'énerver, ça n'irait pas très loin. La jeune femme prit place plus bas, tapant dans ses mains pour attirer l'attention des enfants d'une manière pas trop agressive. Echec. Elle avait pourtant dit que ce travail, d'accueillir les enfants, ce n'était pas pour elle. Ils gardaient toujours une mauvaise image d'elle après ça.

- SILENCE BON SANG ! finit-elle par hurler, obtenant ainsi ce qu'elle voulait avant de se racler la gorge. Je vous souhaite la bienvenue à l'école Pandora. Oh, bien sûr, vous l'aurez remarqué, ceci n'est pas l'école. À moins d'avoir un poix chiche à la place de votre cervelle, pour ceux qui en ont encore une. Vous resterez ici, à apprendre à vous contrôler pour les prochaines années de votre vie. Vous serez répartis dans différentes "maisons" si je puis dire, en fonction de vos pouvoir : Opale, Diamant, Alexandrite et Tourmaline, si vous n'avez pas de chance. En somme, mon ... assistant qui ne fera certainement rien à part vous regarder d'un air ennuyé, et moi-même allons vous regarder utiliser vos pouvoirs pour vous attribuer vos maisons. Lorsque je vous appelerai, vous vous avancerez et vous ferez une démonstration. Essayez de ne pas vous tuer les uns les autres.

Sur ce, elle fit volte-face et partit s'installer sur la deuxième hautes chaises avant de sortir une liste d'un pan de sa robe et de commencer à appeler, au fur et à mesure, les premières années.

- Jenny Michels
- Merci pour cette présentation de moi-même aussi magnifique, chuchota-t-il a sa partenaire d'un air ironique.

Jack applaudit doucement pour encourager l'élève nommée, aprés tout c'était toujours trés dur de monter sur l'estrade. Tellement de mise en scène pour souvent si peu. La jeune fille appelé n'était pas plus grande que Scythe, elle avait une chevelure d'une couleur flamboyante, alors qu'elle avançait avec une grande assurance sur l'estrade mit en évidence. Elle s'inclina pour dire bonjour de façon peut être trop formelle. Tout fois, Jack et Scythe en avaient certainement rien à cirer.

- Présente-toi, au moin. Le silence c'est pas vraiment le meilleur des dons, déclara Jack ennuyé de ce long silence.
- AH .. Ah oui (elle se racla la gorge) Jenny Michels, Humaine, je contrôle le matière.

Jack, ne mit pas longtemps à tourner le regard dans la direction de ceux de la jeune fille, les bancs ? Les bance ce changeaient en une fraction de seconde en chaise. Bon c'était déjà pas mal. Le blanc tourna la tête vers Scythe.

- Pas mal, Physique non ?

Scythe adressa un sourire tout aussi ironique à son acolyte en s'installant et jeta son dévolu sur la jeune fille. Elle la regarda, d'un visage impassible, faire sa démonstration mais ne put s'empêcher de décocher un sourire. Les premières années étaient souvent fiers du peu de chose qu'ils pouvaient faire. La jeune femme tourna son regard vers Jack et hocha la tête. Puis son regard se rapporta sur Jenny.

- Bienvenue chez les Diamants. Va t'installer là-bas, en attendant que les autres aient finis, finit-elle en désignant un coin de la pièce avant de reprendre sa lecture de la liste. Misery Snow.

Une autre rouquine, complètement hyperactive, se fraya un chemin jusqu'à l'estrade, dans un tourbillon de cheveux roux avec un sourire énorme peint sur son visage.

- Misery Snow ! Poltergeist ! Electricité ! fit-elle comme si elle ne fonctionnait que par mots-clefs.

Scythe s'installa un peu plus confortablement dans sa chaise en regardant la jeune fille. La rouquine sembla se concentrait un moment avant de faire tout bonnement sauté les plombs, plongeant la salle dans le noir. Puis l'électricité revient. Une surcharge de courant puis une baisse de tension. La jeune femme se tourna vers son acolyte, attendant son résultat. Jack désigna la "maison" des Diaments pour Jenny avant d'hocher la tête, encore quelques et pour l'instant pas d'instable. La suivante fut certainement de la même nationalité, il y avait tellement de rouiquine en Angleterre, ou plutot l'écosse c'était à moins que se soit l'Irlande, tellement de pays, pour un si petit budget mondiale. Vivement que le monde tombe un peu sa ferait pas de mal. Il avait remarquer que l'une des condidate avait adresser des geste d'encouragement a la jeune rouquine, elle aussi était rousse. C'était ue invasion cette année. Il soupira en attendant la démonstration. Sur le coup Jack s'était legerement redresser quand la salle tomba dans le noir, mais tout aller bien, c'était limite. Ce genre de farce était déconseiller, mais bon elle était jeune elle ne savait pas encore faire des truc plus fort. Vivement qu'ils sont tous apte à faire mieux.

- Elementaire, bien sûr.

Scythe hocha la tête et tourna son regard vers la rouquine qui passait d'un pied sur l'autre sans pouvoir tenir en place, toujours avec son sourire édenté. La jeune femme désigna simplement un autre coin de la pièce.

- Bienvenue chez les Alexandrites. Va t'installer là-bas et attends, fit-elle avant de rapporter son attention à la liste. Reiji Shinkiseki.

Un petit garçonnet redressa la tête et chercha à avancer. Une petite main était fermement aggripé à son bras, l'empêchant d'avancer. Il lança un simple sourire à la petite fille à ses côtés et s'avança. Des jumeaux ? Intéressant. S'avançant sur l'estrade, le garçonnet sembla un peu stressé. Il s'inclina brèvement et se redressa aussitôt, raide comme un piquet.

- Reiji Shinkiseki ! Je suis un dryade et contrôle les plantes, principalement, fit-il en passant d'un pied sur l'autre.

Principalement ? Un autre pouvoir donc ? La jeune femme le sonda rapidement tandis qu'il faisait sa démonstration en faisant pousser un arbuste au milieu de l'estrade. Un autre pouvoir parfaitement inutile. La jeune femme se détendit tandis que Reiji finissait sa présentation un peu maladroitement. Pas d'instable c'était magnifique ~ Le jeune homme se réjouit d'avance. Il regarda le suivant, enfin, il l'attendit. Il remarqua aussi les jumeaux. Arg il avait horreur des jumeaux, déjà que les fils de sa partenaire blonde étaient aussi présent dans l'école, et surtout qui faisaient plus de chercher des piques chez l'autre que d'étudier. Il soupira doucement, en tapotant la table de ses doigt d'impatience. Un dryade ? Pourtant l'autre n'avait pas du tout la même ... comment dire odeur. Mais les deux sentaient le venins, des demis-frére-soeur, sa expliquerait leur ressemblance en tout cas.

- Un autre pouvoir ? Te plaint pas aprés que tu es dans la mauvaise maison, il y aura plus que la porte aprés. Physique.

S'ayez il supportait déjà pas cette tête. Oui sa allait être une tête avec un savoir immense. Rah, il avait horreur des gens comme çà. Il tourna la tête vers Scythe. Scythe chercha la soeur des yeux et haussa un sourcil. Elle avait l'air tout particulièrement stressée. La jeune femme rapporta son attention sur le jeune garçonnet et hocha la tête.

- Bienvenue chez les Opales. Va attendre là-bas, fit-elle avant de poser ses yeux sur la liste, la suivante lui paraissait logique. Neoko Shinkiseki.

La soeur jumelle se redressa d'un coup, comme sorti d'un sommeil. Sa frange était très longue et semblait être orienter pour cacher ses yeux. Quant aux restes des chevexu bruns, ils étaient aussi très longs. La jeune fille eut du mal à s'avancer. Et une fois sur l'estrade, elle fixa intensément ses pieds en balbutiant une présentation.

- N-Neoko Shinkiseki ... Méduse ... Je contrôle l'ombre ... siffla-t-elle.

Scythe se redressa un peu plus. Méduse ? Pas dryade ? Etrange. Donc cela lui octrôyer aussi l'avantage de figer les gens ? L'attitude de la jeune fille était étrange. Elle était particulièrement stressée. Une minute s'écoula et rien ne vint. Aucune démonstration. Scythe rassembla son calme et racla sa gorge. Toujours rien.

- Et ben fais une démonstration ! lâcha-t-elle, un peu brusquement.

L'enfant releva sa tête. Les chaises dans un coin se mirent à voler à travers la salle et l'ombre de l'enfant se détacha soudainement du sol. Mais le regard inquiet de la petite fille indiquait que ce n'était absolument pas prévu. Scythe se releva et se tourna vers Jack.

- Bouge-toi ! fit-elle.

Jack sourit mais d'une façon qui voulait dire que celle-ci allait trés mal tourner. Alors qu'il avait horreur des gorgones, normalement ces femmes étaient pleine d'assurance, et portaient h24 des lunettesde soleils, la plupart de leur époux était aveugle. Il soupira, sa allait être une vrai teigne a l'école, que quoi vu sa façon d'être, elle va vite attirer le sublime titre de souffre-douleur pour les autres élves. Le silence était la pourtant la jeune fille ne fit rien, nerveuse. Jack bailla doucement. Il était sur le point de s'endormi avant que la douce voix de Scythe le tire de son someille. Il regarda les chaises.

- Je croyais qu'elle contrôlait les ombres ?

D'un coup il comprit qe c'était pas normal, d'un saut il était déjà devant Neoko. Comme si il avait toujours était la, il retira son gant de sa main avant de posé sa main sur la front de la jeune fille. Les chaise retombèrent brusquement sur le sol.

- Tu vas avoir envie de dormir, dors, dit-il simplement alors que son regard rouge était braqué sur la jeune fille. Instable.

Scythe, quant à elle, calmait les autres élèves. Les instables faisaient toujours des choses qui effrayaient les autres. L'enfant était complètement paniquée et l'instant d'après, elle tombait, endormie. La jeune femme eut un soupir.

- Tourmaline, fit-elle en regardant la jeune fille endormie.

Ca n'allait pas être de tout repos. Leur premier instable. Intérieurement, Scyhte pria pour que cela soit la dernière. L'année précédente, ils en avaient eu quelques uns. Dont son propre fils. Au fur et à mesure que les années s'écoulaient, la jeune femme avait l'impression que ce type d'individus se développait plus qu'à l'accoutumé. Etrange. Elle attendit que Jack porte l'enfant au derier coin, laissé à l'abandon et qu'il revienne prendre place. Elle se racla la gorge et continua de lire la liste. Le reste se déroula plus ou moins calmement. Jusqu'à un nom.

- Amelia "Zonbi" CrazyMei, annonça-t-elle après plusieurs autres enfants, cherchant l'enfant des yeux.

Jack faisait toujours un excellent babysitteur. Il avait porté la jeune fille sous le regard des autres enfants vers la maison des Instable. La première et esperont la dernière. Il se frotta les mains sur sa chemise d'un geste peu gracieux, avant de remettre ses gant tout en retournant à sa place. Au nom de la jeune fille, il se tourna vers Scythe. En chuchotant.

- C'est pas celle qui c'était fait .. hum ... (il mima le geste de mettre a mort)

Jack se souvenait de la jeune fille, elle avait déjà passer le teste l'année dernière, elle avait était une simple humaine, mais lorsqu'elle avait fréquenter un certain groupe d'amis, dont si il se souvient bien juste l'un des Jumeaux Von Friedholf, on l'avait retrouvé morte quelques jours seulement. Il regarda la jeune fille qui avait un simple sourire. Elle avait .. Oh cette puanteur, Jack se retient de se boucher le nez, contrairement aux autres Initiés, qui avait un odorat trop développé. Elle puait la mort. Elle se racla la gorge avant de remonter ses lunettes sur son nez, elle avait un leger aspet de ..

- Draug, j'aspire ... bah .. la force vital..

Une Zombie, il le savait, il soupira doucement. Scythe hocha lentement la tête à la question de Jack. Il s'agissait bien d'elle. Cela avait donné beaucoup de fil à retordre. Elle inspira et posa son regard sur la jeune fille. Elle se souvenait bien d'elle. Ca avait été une bonne élève, plus ou moins, jusqu'à l'incident. Elle désigna l'arbuste encore visible sur l'estrade. Elle aura qu'à faire sa démonstration dessus. Scythe espéra silencieusement, qu'entre temps, elle n'avait pas mal tourné. Jack en esperait pas autant les Draug étaient tout sauf des gens biens. Il avait eut de la chance avec Tobin, mais tout les autres avaient fini dans un asile, ou autre. Ils étaient trop incontrôlable. Surtout que beaucoup d'élèves étaient au courant que les Draug cachaient un grand trésors dans leur tombe. Ils devenaient fou de rage quand on ne touchait qu'a peine. Jack soupira, elle avait certainement mal tourné, et envoyant la rouquine approchait de l'arbre et le reduir en tas de comboste il haussa un sourcil.

- Voler l'énergie vital, une partie hein ..

La rouquine eut un rire nerveux alors qu'elle se grattait l'arrière de la tête.

- D..Disons que sa marche .. hum .. une fois sur deux ... ou plutot une fois sur dix, rit-elle toujours aussi nerveuse.
- Instable.

Scythe soupira longuement. Deux instables. Ca lui semblait déjà trop. Au moins, celle-ci était moins ... agitée de l'autre. Elle posa son regard sur la jeune fille et lui désigna l'endroit où reposait encore Neoko.

- Tourmaline.

Elle n'était pas sèche mais cette désignation sans éloges ou bienvenue en disait long sur ce qui les attendait. La jeune femme continua la liste et une fois arrivée au bout, vérifia que tout le monde avait été appelé et rangé dans une maison. La part d'instables était faible mais suffisante à son goût. Trop d'instable signifiait une mauvaise année. Comme avec les récoltes. Elle se tourna vers Jack.

- On les ramène à Pandora. Tu t'occupes des instables et des élémentaires. Je me charge de guider les deux autres groupes.

Zonbi avait toujours sont rire nerveux alors qu'elle s'assit a coter de Neoko, elle fit un petit signe a sa meilleure amie Misery, mais s'interrompit ne préférant pas trop s'attirer les faveurs de Scythe. Jack se revela en douceur en soupirant surtout, lui qui voulait la paix. Voila qu'elle lui collait les turbulent. Sa l'étonne qu'a peine. Il s'approcha des instable prenant Neoko comme un vulgaire sac de patate. Avant de se racler la gorge.

- Zonbi, Misery, et les autres suivait moi.

Il se mit a avancer d'une façon trés non chacelante en allant vers le train. Il ouvrit le wagon.

- Voila première epreuve qui va pas tarder, on va voir si vous avez un peu de jugeotte, pour l'instant monté.

Zonbi sourit elle savait ce qu'il y avait elle, mais elle savait qu la dernière fois elle avait failli perdre la vie. Elle monta la première avec un grand sourire. Misery rejoingnit aussitôt sa meilleure amie une fois les deux factions rassemblaient en ricanant. La rouquine jeta un coup d'oeil au wagon et haussa un sourcil, se rappelant que Zonbi lui en avait vaguement parlé durant le trajet mais elle en avait complètement fait abstraction. La jeune fille rapporta son attention sur les deux autres maisons qui partaient à l'opposé en suivant Scythe. C'était space. Son regard se posa alors sur sa gamine endormie. Elle aussi, elle était space. La rouquine se demanda si elle pouvait voir quelque chose avec une frange aussi grande. Quand elle se demanda cela, elle vit qu'elle commençait à remuer. Ah bah, ils auraient quelqu'un en plus pour cette ... épreuve. Mais whaaat. Misery suivit alors Zonbi à l'intérieur, avec un mini sourire. L'inconnu, c'était toujours flippant de toute manière. Une fois que Jack déposa la jeune fille sur un des sac qui servait de siege, aprés tout ce n'était pas non plus un wagon a passager, presque un wagon de marchandise, mais en étant proteger du froid. Il se racla la gorge pour attirer l'attention des futurs élève.

- Bon maintenant on va déterminé si vous êtes des téméraires ou pas. Soyez pret.

Zonbi se tourna vers Misery en souriant, elle avait remi ses gant, et son aspect de zombie commencer a se voir, comme sa peu viré légérement au vert. Elle se mit a murmurer

- On va sauter du train en marche.

Misery jeta un coup d'oeil vers Zonbi, surprise. Sérieusement ? Sauter d'un train en marche ? Mais genre, comme ça, yolo ? Why not mais c'était pas genre super dangereux ? Elle baissa la voix en marmonnant.

- Ils veulent qu'on se retrouve avec une jambe en moins ? C'est pas ce que je ferai tous les jours en tout cas.

Neoko s'éveilla au même moment et se redressa, regardant autours d'elle. Elle était perdue, étant donné qu'elle s'était soudainement endormie. Elle chercha Reiji des yeux. Pas de trace. Elle se redressa lentement, peu sûre d'elle tandis que son regard effrayé passait d'une personne à l'autre.

- Je te jure et aprés on devra sauter dans un trou, mais t'inquiete au bout de 30 metre il y aura un filet. Rare sont ceux qui loupe, ta le courage ou tu la pas c'est simple. Et puis c'est amusant ! Tu risque pas grand chose toi .. et... Ah elle s'est reveiller, déclara Zonbi en tournant son regard vers Neoko, Bonjour la belle au bois dormant, je suis Zonbi je suis dans la même classe que toi.

Autant mettre les chose au claire puisque tu avais l'air aussi perdu qu'un canarie. M'enfin au moin tu étais plus ou moin vivante. Jack regardait par le ublot, il allait bientot devoir donner le signal.

- 'Sont un peu givrés quand même. 'Fin bon, fit-elle en haussant les épaules avant de se tourne vers Neoko. Yosh le tourbillon ! Sympa ta démonstration ! Ah, j'suis Misery, l'amie de Zonzon. J'suis pas dans vot' classe mais dans celle des élémentaires !

Neoko les regarda à tour de rôle et inclina la tête. Elle continua de chercher un instant Reiji des yeux puis finalement, se reposa sur les deux filles.

- Neoko, se présenta-t-elle d'une petite voix tremblante.
- Ouch, t'as pas l'air en grande forme. Et au fait, tu vois quelque chose avec ta frange ? questionna aussi la rouquine, prise d'un soudain intérêt. Ah, ouep et faut te tenir prête, on va sauter d'après Zonzon.

La brune haussa un sourcil. Sauter ... du train ... en marche. C'était PAS DU TOUT rassurant. Mais alors pas du tout.

- Et aprés d'un immeuble de 30 mètre, mais t'inquiete pas il y a un filet mais chut, dit Zonbi en faisant un clin d'oeil, Mimi c'est pas des questions a posé voyons. Ah ça va commencer.

Le Zonbi avait raison, Jack venait d'ouvrire tout les porte, le vent fouetter les visages de touts les enfants a bord. Il sourit avant de regarder vers le groupe de filles puis les autres. Il prit d'une voix forte.

- C'est le moment, ceux qui ne sauteront pas, seront sans maison, et devrai aller dans une maison de redressement. Alors sauter, je resterai jusqu'au dernier metre. Mais sachez que un humain comme moi peu le faire sans me casser une jambe, ni un bras. Donc vous qui êtes des créatures magiques vous le pouvez.

Zonbi se releva en remontant son patalon déchiré ainsi que les manche de sa chemise.

- Allons-y ~

Neoko regarda vers l'extérieur, absolument pas rassurée. Misery ne l'était pas spécialement non plus mais bon. La rouquine jeta un coup d'oeil vers la méduse et lui donna un petit coup de coude.

- Eh, si il a rien à craindre, toi non plus, non ?

La brune la regarda avec un regard inquiet. L'autre jeune fille haussa les épaules. Après elle faisait comme elle voulait mais personnellement, ça l'aurait fait chier de finir en maison de redressement ou de finir sans maison. Après un dernier regard vers Zonzon, un sourire apparut sur ses lèvres.

- Eh le tourbillon, fit-elle à Neoko, on se retrouve en bas !

Neoko écarquilla les yeux. Sérieusement. Elles venaient de sauter, les deux ? Elle parcourut le reste du wagon des yeux. Certains étaient mitigés, d'autres semblaient motivés par l'acte de l'esprit et du zombie. Elle tourna son regard vers Jack. Est-ce qu'il disait vraiment la vérité ? Elle regarda ailleurs. D'autre se mirent à sauter. Finalement, elle tourna la situation sous tous ses angles et finit par se rendre à l'évidence : c'était ça ou finir seule. Elle finit par se jeter à l'eau après de longues minutes, en se demandant si cela allait y avoir beaucoup d'autres épreuves de ce genre. Zonbi avait lancer un cris de guerre lors de son saut alors qu'elle attéri sur le toit de l'immeuble en un seul morceau, elle roula plusieur fois surlle elle même avant de s'arreter en riant.

- Prems ! On est les premières Mimi !

Zonbi rit a plein poumons alors qu'elle se redressait doucement pour lancer un regard a son amie, elle était toujours a ses coté, quelqu'un les avait rejoind. Aprés tout il fallait que les premier se lancent pour que les autres suivent comme des moutons. Zonbi avait était un mouton, elle les avait suivit. Elle sourit en voyant la petit méduse sauter a son tour, avec un petit attérisage louper, mais au moins elle était entière, Jack les rejoind la minute d'aprés, et le train disparut, sans aucun eleve a bord.

- Bravo ! Vous avez réussit le premier teste ! Soyez en fier !

Misery se redressa, un peu sonnée mais contente d'avoir sauter. C'était sympa en fait ! Elle adressa un grand sourire à Zonbi en se redressa, fière d'elle.

- C'est ça le style !

La rouquine se retourna et vit les autres élèves sautaient peu à peu. Elle chercha la petite méduse des yeux qui avait fini par sauter, absolument ... morte de trouille. Son visage entier criait qu'elle n'avait pas du tout envie de sauter. Et pourtant elle l'avait fait. Misery vint l'accueillir d'un petit coup de coude.

- Eh ben voilà, c'était pas si compliqué, le tourbillon !

Neoko se redressa, sonnée. Sûr. Elle referait jamais un truc pareil. Elle tremblait de la tête au pied. Et elle se doutait de ce que n'était pas la dernière épreuve. Zonbi lui tapotta doucement la tête en souriant.

- Là, là encore un dernier saut et tout sera fini, on pourra aller dnas nos dortoir. Et aprés Mangé ~, rit-elle en se tapotant le ventre, alors qu'elle s'était redresser.

Le meilleur moment pour un Zombie, manger. Jack attendit que tout le monde se remette de ses emotions, avant qu'il tape une nouvelle foi dans les mains, pour leur montrer leur nouvelle obstacle. Un saut vertigineux cette fois, d'une 50 de metre.

- Il ont augmenter depuis l'année dernière, murmura-t-elle doucement avant de se pencher pour voir, Sa fait haut oulalala ~
- Maintenant un petit saut pour rentrer a la maison. Allez y mais on a pas tout la journée je vous préviens.

Neoko jeta un coup d'oeil rapide vers le bord et se ratatina sur elle-même. C'était ... haut. Elle avait pris l'habitude monter aux arbres mais ce n'était rien à côté de ... 50 m. Misery, qui avait toujours voulu tenter le saut à l'elastique marmonna qu'elle aurait quand même préféré avec un élastique. La méduse eut une petite pensée pour son frère. S'ils avaient les mêmes épreuves, il devait être mort de trouille à l'heure actuelle, ne supportant pas le vide et la hauteur. La hauteur n'tait pas spécialement ce qui gênait Neoko. C'était plutôt le sol. Parce qu'on parlait quand même de se jeter dans le vide. Avec réception mais quand même. Misery se tourna vers elle.

- Ouah, t'as repris des couleurs, c'est chelou. Ca te fait pas flipper ça ?

Neoko haussa les épaules. À vrai dire, elle avait toujours bien aimé être en hauteur. C'était plus sauter qui lui poserait problème. Elle s'avança vers le bord en silence. La rouquine se tourna vers son acolyte en lui donnant un coup de coude.

- Regarde Zonzon, elle va sauter la première j'te parie ! souffla-t-elle.

Ou plutôt, trébucher la première. En effet, Neoko n'avait absolument pas sauter. Elle venait juste de maladroitement trébucher et ... tomber pour une chute de 50 m qui lui arracha un petit cri de surprise. Misery s'écroula, littéralement morte de rire, et se redressa pour sauter à son tour en hurlant un "BANZAI". Zonbi était perturbé par cette hauteur, pas qu'elle adorer pas faire n'importe quoi. mais bon il avait une limite a sa folie ou peut être pas. Elle se tourna vers la méduse lorsque Misery l'apella. Et sourit en la voyant chuter dans le vide. Et rit en applaudissant.

- Finalement elle a plus de "couille" que nous, dire que je pensais qu'elle était une poule mouillé.

Zonbi Sourit a son tour en rejoignant son acolyte, et faisant la chute en première. La voila les trois gens entrain de rebondirent sur le filet. Il firent vite tirer par des adultes en dehors du filet. Misery fut séparer des deux autres filles, Les hommes étaient trés brutes, c'est comme si il était du bétail. Mais des qu'elles furent dans leur mains on leur mi un bijou spéciale. Zonbi reçut aussitot un colier avec un crane de mort aec un croix mit au fer sur le front du crane... Neoko avait été complètement terrorisée du début à la fin de sa chute. Le filet la ramena sur Terre. Elle leva les yeux vers le haut de l'immeuble. Elle avait sauté ? Elle se redressa et fut tirée par des adultes hors du filet. On lui octrôya un bracelet avec un serpent. Quant à Misery, remise de sa chute et de son euphorie, elle se débattit un peu lorsqu'elle fut tirée hors du filet. Elle n'aimait pas leur manière à ceux-là. On lui mit un collier avec une forme flou comme drapée, représentant vaguement un fantôme. Elle tiqua en voyant ce que les autres avaient reçu. C'était pour montrer leur race, c'est ça ? Sympathique. Zonbi c'était calmé contrairement a son amie, elle avait pas résisté, elle avait toujours son éternel sourire, mais celle-ci se coupa net lorsqu'elle arriva devant sa classe avec Neoko. La méduse était completement paniqué, elle allait l'être encore plus avec ses caramade. Ils avaient toujours l'air sympathique, mais Zonbi savait les démon que pouvait être certain. Ray Kagami, un blond au yeux d'or, il avait un serre tête ornet des Crâne similaire au sien sauf qu'une faux était en arrière plan. Il adressa un simple sourire au "deux nouvelles". Les gens de la classe élémentaires acceuillirent Misery avec un peu plus de joie, voir beaucoup de joie, il était les plus téméraire, et les plus fort. Des hurlement de joie fussaient du compté opposé. Neoko avait suivi de manière très lentement Zonbi, complètement stressée. Elle avait évité le regard de tout le monde et repris sa position habituelle : la tête baissée, le regard rivé sur ses chaussures et la frange devant les yeux. Elle n'avait pas répondu à la question de Misery mais elle marquait un point : elle ne voyait pas grand-chose avec la longueur de sa frange. Elle ne put pas apercevoir Haibara, avec des boucles d'oreilles formant des squelettes d'ailes qui leur souriait ou Akira qui regardait Zonbi en haussant un sourcil, cachant son collier avec une aile noire ou tout simplement Fubuki, en bon humain qui les regardaient sans trop les voir. Misery avait rejoint, après un dernier regard, son groupe avec les élémentaires, toujours avec son grand sourire. Les deux autres factions accueillirent eux aussi leurs nouveaux de la manière qu'ils se devaient de faire. Les physiques, un peu brute, comme leur nom indiquaient, accueillirent Reiji avec des acolades amicales et des félicitations haut en couleur. Sa présence rassura sa jumelle. Quant aux physiques, ils se contentaient, de manière plus retenue mais tout aussi chaleureuse, des applaudissent à l'égard des nouveaux dans leur maison. Zonbi eut un sourire figé, et secoua la tête en riant. Ils ne la reconaissaient pas bonne nouvelle, bonne nouvelle. Elle mit la main comme pour faire un salut millitaire et dit un "Bonjour" des plus dynamique. Ray lui rendit avant de s'avançait pour former la tête du cortège. Aprés tout c'était enfin l'heure d'aller se reposer aprés cette dure journée, demain tout aller débuter pour tout ses gens demain. Tout aller changer pour u,e dernière fois. Neoko jeta un simplement coup d'oeil, très furtif aux personnes qui formaient leur faction. Elle inclina la tête, quelque peu perdue. Elle ne comprenait pas grand-chose. Lentement, elle jeta un simple regard en arrière, pour chercher son frère des yeux. Il ne lui rendit pas ce regard. La jeune fille baissa simplement la tête et rejoint Zonbi ainsi que le reste afin de ne pas plus se perdre, toujours très silencieuse avec un tas de question qui s'amusaient à rebondir entre les paroies de sa petite tête. Zonbi avait encore l'habitude des long tunnel qui paraissaient interminable. La maison des Tourmaline était la moin confortable. Les meilleurs était bien sur les Alexandrite, suivit de prés par les Diament, et finalement les Opale. C'était comme une honte d'être dans la dernière maison. De plus, tout ses élèves d'instables était sans couleurs, ils n'avaient pas vraiment de but dans la vie.

- Désoler pour le long chemin, mais nous sommes dans les dernière protections, en première ligne si vous voulez, expliqua Ray

" Les premières bouchées de Viandes " fit une voix dans la tête de Neoko.

- Mais nous avons un luxe trés plaisant et simple, contrairement au autre faction nous avons pas vraiment les loisirs, nous avons au moin des pièces pour deux personnes maximum, étant donner que cette années vous n'êtes que deux, sa devrait aller. La douche est commune, donc faites bien attention d'être au minimum deux pour prendre une douche, sa évitera les quiproquo. Ensuite que dire d'autre, nous avons une cours, histoire de défoulé, et de respirer, et des bureaux pour les cours.

" Asile de fou "

Ray n'avait pas l'air de se rendre compte de la voix, d'ailleurs aucun des autres membres n'avaient l'air de les entendre.

- Vous aurez une visite médical toutes les deux semaines. Et je pense que c'est tout, quelque chose à ajouter Haibara ?

Neoko regarda autours d'elle sans vraiment faire attention. Elle semblait encore dans son monde à elle, comme déconnectée de la réalité. Avec ses cheveux devant les yeux, elle ne faisait qu'accentuer cette impression. Toutefois, malgré ce qu'elle laissait entrevoir d'elle, elle écoutait ce qu'on disait. D'ailleurs, la petite fille se raidit un peu à l'entente des autres voix. Elle se prit même à regarder autours d'elle pour voir d'où cela venait. Elle ne comprenait pas. Haibara jeta un coup d'oeil à Ray et hocha les épaules.

- Je pense pas. Ah si, ne faites pas attention aux autres factions, elles ont tendance à ne plus se sentir au bout de quelques semaines, expliqua-t-elle avec un micro sourire.
- Normaaaaal, on est des ratés, fit l'adolescent juste derrière elle.
- Oï, Akira, ne leur donne pas une mauvaise impression de notre faction, espèce d'idiot ! s'énerva l'aubergine en lui écrasant le pied avant de se tourner de nouveau vers les deux nouvelles. Ne faites pas attention à lui, c'est un parfait idiot.

Neoko regarda l'échange en inclinant la tête. Elle comprenait de moins en moins bien. Pire, les autres ne semblaient pas entendre ces voix. Elle fronça les sourcils. Est-ce qu'elle devenait folle ?

- N'hésitez pas à nous poser des questions, on est là pour s'entre-aider après tout ! ajouta la jeune fille en leur souriant.

La brune continua de regarder les alentours en cherchant les origines de ces voix, comme si elle n'avait pas entendu Haibara. Zonbi hochait la tête a chacune des paroles, mais elle n'était pas celle qui écoutait le plus malgré l'impression qu'elle suivait. Neoko suivait certainement mieux qu'elle. Au moin a la place d'être dans les donjon, il était plus proche de la foret interdite. C'était peut être pas une aussi bonne nouvelle. Elle soupira ultérieument cette année aller être des plus hards.

- Akira, tu es pourtant celui qui a les meilleurs résultats.
- Ne vous inquiété pas, on est déjà habitué a être traité de tout les nom, enfin moi personnalement oui. Ils m'ont regardé avec des yeux de zombie c'était abuser, rit Zonbi en essayant de détendre Neoko qui était un peu dérangé, Bon je pense que si Haibara pouvait nous montrer le coin fille, on a vraiment passer une salle journée, surtout le saut du toit.

Ray hocha la tête, en murmurant une bonne idée, avant de se tourner vers les garçons, il décocha un regard a la petitte brunette. Avant de sourire, elle avait l'air effrayé, comme un chat au milieux de l'eau.Neoko continuait de regarder autours d'elle en fronçant les sourcils. Etrange … Elle laissa finalement tomber et se contenta de baisser les yeux vers ses pieds. Tu parles d'une journée. Elle était toujours aussi stressée que lorsqu'elle avait dû faire sa démonstration. Elle avait pas tout compris à ce qu'il s'était passé par la suite, il faut dire qu'elle n'avait pas spécialement été très causante. Elle subissait plus ce qu'il se passait plutôt que contrôler ses actions.

- Je suis le meilleur parce que je m'en donne la peine pour me tirer de ce trou à rat, siffla le garçon en regardant ailleurs. Déjà que je m'entendais pas avec le reste de ma famille, merci bien, j'avais pas besoin de ça.
- Et nous, on a pas besoin de ta vie privée, idiot, rétorqua Haibara.

L'échange attira l'attention de la jeune fille. Elle jeta un coup d'oeil vers le blond qui lui souriait et détourna aussitôt le regard, pour retourner fixer ses pieds.

- Mah, mah, suivez-moi, finit par dire Haibara, je vais vous montrer le coin fille. Vous avez de la chance, on est vraiment pas nombreux donc on a un peu de place.

La jeune fille adressa un bref au revoir aux garçons en leur demandant d'essayer de tuer Akira dans son sommeil, le tout accompagné d'un petit rire, avant d'emmener les filles vers leur partie. En route, elle fit les derniers recommandations.

- Ah oui. Bien sûr, évitez de vous incruster dans le dortoir des garçons, et vice-versa pour eux. 'Fin j'ai pas jamais eu de problème avec ça mais on sait jamais.

Ray rit légérement en lachant un petit okay a Haibara, avant de passer son bras autour des épaules de la 'star' des factions les plus honteuse vis a vis des autre. Il fit signe a Fubuki de les suivre. Zonbi fut soulager de voir tout ce monde patir une nouvelle fois

" Traitres, Amis ? Ennemis ! "

Zonbi suivit Haibara en souriant, enfin avec un de ses faux sourire qu'il était tellement bon qu'on pouvait que croire a la vie réelle de plein joie. Elle rit doucement comme si elle allait aller dans les dortoire masculin, aucun garçon, entout cas pas de ses trois là.

" Mensonges"

La voix avait résonnait a la fin de la phrase d'Haibara.

- C'est vraiment des douches mixtes ici ?, demanda Zonbi un peu surpris, Neoko traîne pas tu va te perdre encore.

Haibara se contenta d'amener les jeunes filles dans les dortoirs féminins. L'aubergine, comme les gens aimaient la surnommer, se tourna vers les deux filles avec un petit rire nerveux.

- Oui. Désolée, eh eh. L'année dernière, on avait trouvé un système pas mal, si je me souviens bien, c'était les heures paires, les filles, enfin, je pouvais me doucher et les heures impairs, c'était les garçons. Au début, c'était un peu chaud mais on s'y était fait. J'pourrais demander aux garçons de le remettre en place si vous voulez, proposa-t-elle en souriant.

Neoko accéléra un peu la cadence pour les suivre, perturbée par les voix qu'elle entendait. C'était étrange et cela ne la rassurait absolument pas. Surtout qu'elle semblait être la seule à les entendre. Lentement, de sa petite voix, elle consentit à finalement poser la question.

- Excusez-moi ... murmura-t-elle. C'est normal, ces voix ?

Haibara s'arrêta et se tourna vers elle, haussant un sourcil. Rien qu'à cette réaction, la brune savait qu'elle était belle et bien la seule à les entendre. Elle baissa aussitôt la tête vers ses pieds, passant de l'un à l'autre.

- Des voix ? ... Tu dois vraiment être fatiguée ma grande ! fit remarquer Haibara avec un petit sourire.

Neoko ne répondit pas et se contenta d'hausser les épaules. La seule fois où elle parlait, elle passait pour une folle, génial.

- Mah, au moins, j'ai pu entendre le son de ta voix. Tu parles vraiment pas, hein. Ah, oui, pour les dortoirs, il y a un couvre-feu normalement et on a pas le droit de quitter la salle commune après celui-là. Par contre, vous êtes libres de circuler dans la salle commune après le couvre-feu, ça, on va vous empêcher de respirer, mais bon, évitez de faire trop de bruits pour ne pas réveiller les autres !

" Condamné... "

Zonbi haussa un sourcil, d'ou elle pouvait entendre des voix, les méduses n'étaient pas des voyantes ou ce genre de chose non ? Elle haussa les épaules, la fatigue, comme disait Haibara n'était pas mettre de coté. Elle inclina la tête, sa va être vraiment chaud pour les douches, faudra qu'elle se mettent d'accord avec Neoko. Les tours de guet, bien qu'elle voyait mal voir les trois garçon le faire.

- Reveiller les autres ? Mais on est que trois filles non ? Et trois garçons ? C'est ça non ?, demanda la rouge un peu perplexe.

Neoko, sentant l'attention sur elle, baissa complètement la tête, cachant son visage derrière un rideau de cheveux. La fatigue ? Non. Elle entendait les voix très distinctement mais ne parvenait pas à identifier d'où elles provenaient. Une chose était sûre : si elles continuaient, elle ne trouverait pas le sommeil de si tôt. Haibara se tourna vers Zonbi avec un petit rire.

- C'est ça ! Mais tu te rendras très vite compte que lorsque cet endroit est silencieux, au moindre bruit, tu as l'impression qu'un troupeau d'éléphant s'est ramené. 'Fin, j'espère pour vous que vous n'avez pas de mal à vous endormir, on a pas d'insomnique ici, à ma connaissance du moins. Akira, sûr, quand il pionce, il pionce lui. Fubuki, on a limite l'impression qu'il est mort quand il dort. Ray, j'sais pas, ça doit peut-être lui arrivait de pas dormir certaines nuits.

La brune se retourna, furtivement, pour jeter un coup d'oeil. Peut-être qu'elles étaient suivies ? Non. Personne. Le stress, peut-être ? Non, non. Elle savait qu'elle tournait autours du pot. La folie la guettait avant l'heure ou quoi ?

- Oï, Neoko, c'est ça ? Tu vas bien ?

La jeune fillle redressa sa tête aussitôt, raide comme un piquet, déglutissant péniblement. Elle fixa le mur derrière Haibara, pour être sûre de ne pas faire de contact visuel. Elle hocha doucement la tête.

- C-Ca va ... mumura-t-elle d'une voix tremblante.
- T'es pas claustro' au moins, hein ?
- N-Non …

Zonbi regarda la petite brune avant de regarder la violette en souriant comme une parfaite imbécile heureuse.

- Elle avait la même tête quand elle a sauté du train et de l'immeuble. Je suis dégouter d'avoir que sauté la troisime, dit Haibara, on aura nos emploie du temps ave... Oh non du vache illétré, nos valise sont déjà là ?!

Alors qu'elles étaient rentrées dans la piece pour deux, Zonbi venait tout juste devoir sa petite valise, et sa grosse male. Quel bonheur, mais quel étrangeté.

- J'ai même oas sentit que quelqu'un l'avait pris, murmura-t-elle ébahis

Une draug savait toujours qu'on touché à sa tombe, et a son trésors.

- Ah oui, les épreuves. Il parait qu'ils ont augmenté la hauteur de l'immeuble. Personnellement, ça ne m'avait pas dérangé de sauter, mais bon, pour d'autres, c'est une autre affaire, répondit Haïbara en adressant un sourire à Neoko.

La brune détourna le regard et jeta un coup d'oeil vers leurs affaires déjà arrivées. Elle inclina simplement la tête, un peu surprise. Haibara eut un petit rire à la réaction de Zonbi.

- Draug, hein ? Va falloir s'habituer à ce genre de trucs, ils sont vachement forts ici.

Neoko se désintéressa complètement de sa propre valise. Elle leva la tête vers son aîné.

- Hm ... Est-ce que je pourrais aller prendre l'air ? demanda-t-elle d'une petite voix.

Haibara la regarda, haussant un sourcil.

- T'es sûre de pas être claustro', toi ? Bah, tant que tu traînes pas trop, c'est d'accord. Il faudrait que tu puisses dormir quand même, demain, ce sera pas de tout repos pour vous non plus, hein.

Zonbi hocha la tête alors qu'elle voua un culte enfin en donnait l'impression qu'elle vouait un culte a sa male. Elle comprenait pas vraiment , même pas du tout comment, c'était impossible.

- Le couvre feu fait attention, bon moi je vais m'installer un petit peu ~

Haibara expliqua brièvement à la brunette comment se rendre dans la cours et les laissa tranquille. Neoko hocha doucement la tête et rebroussa lentement chemin. Prendre l'air n'arrangerait peut-être pas les choses, mais elle savait que de toute façon, elle ne dormirait pas tout de suite, alors bon. Tout en marchant, elle continuait de scruter ce qui l'entourait pour trouver la source de ses voix. Entendre des voix … Ca n'avait jamais été bien vu, ça. Et c'était la première fois que cela lui arrivait. Un soupir lui échappa tandis qu'elle se rendait dans la cours, jetant un coup d'oeil autours d'elle. C'était calme et paisible, très relaxant. La petite brune s'assit sur le sol et observa les alentours. Finalement, elle se recroquevilla en posant ses mains sur ses oreilles, pour voir si ça changeait quelque chose. Inspirant et expirant lentement, elle tentait de se détendre et de faire abstraction de ces voix. La cours était pas vraiment des plus décorative, un simple banc de pierre, et des arbres completement morts. Il avait une fontaine, mais l'eau était d'une couleur étrange. Les voix faisaient office de criquet alors qu'elle se multipliaient une apr une.

" Meutrié "

" Tuer "

" Trahir "

" Mensonges "

" Tu étais mon ami ! "

" Pourquoi ? Pourquoi ? "

" Je suis innocent ! "

" Je n'ai rien fait ... "

" je veux rentrer chez moi "

Neoko se recroquevilla un peu plus sur elle-même, pressant ses mains sur ses oreilles. Des lamentations, c'était ça et rien d'autre. Elle tremblait de la tête aux pieds tellement ses voix se multipliaient.

- Taisez-vous ... souffla-t-elle entre ses dents.

Ses pensées semblaient complètement brouillées comme si les voix ne faisaient qu'occupées l'entier espace de son esprit. Alors que les voix ne cessaient d'amplifié, elles se turent d'un coup quand une main quelque peu froide se posa sur ton épaule. On pouvait sentir la morsure malgrés les couches de vêtements.

- Hé, sa va ?

Neoko appuyait de plus en plus sur ses oreilles en se recroquevillant sur elle-même à cause des voix qui ne voulaient partir. C'était pénible et insoutenable. Lorsqu'elle sentit une main sur son épaule ainsi que le silence des voix, elle sursauta brusquement et fit volte-face, terrifiée. En reconnaissant le jeune garçon de tout à l'heure, elle tenta de calmer sa respiration qui se faisait sifflante. Déglutissant péniblement, elle hocha vivement la tête en fixant ses pieds.

- Oulala, dit-il en souriant pour se paraitre rassurant, Respire profondement, calemement, Inspire, expire, inspire expire

Ray fit les geste, et se mit a montrer l'éexemple comme un grand frére, il avait toujours cette attitudes depuis que tu l'avais vu. Il s'était installé a coté toi, certe comme un malpoli, mais au moins il était la, pour éteindre les voix. Bizarre que les voix s'arrête des qu'il est là. Neoko le fixa derrière son rideau de cheveux et s'éxcuta. Expirer, inspirer, expirer, inspirer. Lentement mais progressivement, sa respiration se calma et redevint normale. La jeune fille se détendit un peu et jeta un coup d'oeil rapide autours d'eux. Plus de voix. C'était bizarre, ni même rassurant mais ... Ca faisait du bien d'avoir la tête à nouveau libre. Elle jeta un coup d'oeil vers le garçon et regarda ailleurs, cachant à nouveau son regard derrière sa frange.

- M-Merci, balbultia-t-elle de sa petite voix.
- De rien, c'est un plaisir d'aider les nouvelle recrue. C'est pas toujours la joie ici. Comme t'a pas pu le voir on sera que 5 au cours de contrôle de soi. Faut donc se serait les coudes. Tu es ... Neoko non ? Je comprends maintenant pourquoi tu parles toujours la tête basse.

Ray venait de remarquer le petit bracelet d'argent qui entouret le frêle poigné de la première année. Instinctivement il tripotta son serre-tête.

- Tu ne supportes pas les lunettes ? Tu n'es plus dans le monde des humains, tu restera ici jusqu'à t'as 18eme années, tu n'aura plus se probléme. Je ne pense pas que tu vois grand chose, et cela va être dure de suivre en classe. Surtout pour les aptitude physique, je ne pense pas Kyojin va te laisser avec cette franche, aprés tout il est aussi Infirmier, il ne voudra pas d'une patience en plus, d'informa-t-il avant de se relever, Par contre il va falloir rentrer, le couvre-feu va sonner. Je vais te raccompagner.

Neoko haussa les épaules. Elle s'était habituée à sa frange avec le temps. Elle se débrouillera avec, comme elle l'avait toujours fait. Lentement, elle se releva, jetant un coup d'oeil vers la fontaine. Jusqu'à 18 ans, hn ? Ca lui paraissait bien loin. Elle releva la tête vers Ray et opina en la hochant en silence, bien qu'elle doutait trouver le sommeil. Une pointe que curiosité la pris lorsqu'elle remarqua son serre-tête. Elle inclina la tête, pas spécialement douée pour reconnaître la race des personnes qui l'entouraient.

- Qu'est-ce que tu es, toi ? demanda-t-elle d'une petite voix.

Ray sourit avant de retirer une des meches d'un blond doré qui cachet légérement son insigne. Un crane en capucher avec une faux.

- Shinigami, ou facheuse pour les occidentaux. Ah ! Je sais pas si Haibara vous la dit, mais demain vous aurez vos uniforme, et une liste juste de ses symboles, plus une étoile a six branche en Tourmaline. Il faudra que vous choisissez un endroit ou la mettre sur votre corp, elle agit comme une puce aussi.

Alors qu'il marchait pour retourner a la salle commune, il défit le bouton de poigné de sa chemise, ou une petite pierre en étoile avec des multitude de couleur, était inscruster. Dans son poignet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecapharnaum.forumactif.com
Neoko
Admin


Messages : 533
Date d'inscription : 07/11/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: Texte brute   Dim 27 Nov - 12:52

- Tu pourras le dire a ta camarade ?

Neoko inclina la tête. Shinigami ? Le caractère n'allait pas avec la race. C'était marrant. Les shinigami étant lié à la mort, on pouvait se les imaginer froid et effrayant. Le parfait contraire de l'impression que laisser Ray. Elle jeta un coup d'oeil vers son poignet. Choisir où la mettre, hein ? Neoko baissa les yeux vers ses mains et inspecta ses poignets. Ca devait être bizarre d'avoir ça dans le poignet. Cependant elle releva son regard vers le garçon en hochant la tête.

- Je lui dirais, marmonna-t-elle. Si elle ne dort pas encore.

Ray eut un leger mouvement de gene quand tu avais l'air d'imaginer avoir sa au même endroit que lui. Toi sa te generait certe, tu avais a peine la moitié de son poignet. Il avait envie de dire que quand tu grandis l'objet sera de moin en moin dérangeant, mais il s'arreta devant le dortoir des filles. Avant de te saluait.

- Ah mon avis elle dort déjà, elle a .. ( il s'arrêta ) un trésors a cachait, elle doit même dormir dans sa malle je pense. Son cerceuille dans être entrain de se faire laver, histoire de pas attraper de virus. Bonne nuit, Neoko.

Et Ray disparut dans son coté de dortoir.Neoko le regarda et jeta un coup d'oeil vers le dortoir des filles. Elle n'avait pas sommeil. Elle leva alors son regard vers Ray et inclina la tête. Puis elle la hocha doucement.

- Bonne nuit ... Ray, ajouta-t-elle d'une petite voix avant d'entrer dans le dortoir.

Elle jeta un coup d'oeil autours d'elle, encore surprise que les voix avaient disparu. Mais cela lui tira un maigre sourire tandis qu'elle se traînait vers sa chambre tout doucement pour ne pas faire trop de bruit. Elle avisa Zonbi qui dormait en effet, puis son propre lit. Elle se laissa preque tomber dessus et ferma les yeux. Qu'est-ce que Reiji faisait ? Il dormait ? Il rêvait ? Elle rouvrit ses yeux et soupira. Quelques minutes après, le sommeil l'engouffra.A peine qu'elle fut tombé dans le silence, la nuit parut courte. A six heure du matin, les lumières de la chambres s'allumèrent net, alors que le son de la douce sonnerie les tira violament du lit. Zonbi Tomba trés lourdement sur le sol, avec un grognement alors qu'il tapottait a droite et a gauche a la rechercher d'un reveil. Mais elle se mit a s'étirer en disant a voix "C'est vrai ! Pas maison, pas maison .." Un petit baillement alors qu'elle se redressa du mieux qu'elle pu, en se frottant les yeux d'une mains froide. Elle avait son aspect de morte vivant, un oeil en moin cacher son un amas de cheveux roux, et des partie de chair qui pendait de partout, sa peau était vert-gris, c'était assez effrayant.

- Bonjour , marmonna-t-elle à Neoko

Elle s'était assit sur son lit, et regarda autour d'elle, la chambre avait le même aspect a part deux colis, qui était a leurs nom. Zonbi se leva dans u petit craquement. Elle prit son paquet avant de faire glisser celui de Neoko vers elle. Neoko n'avait pas vu le sommeil la happait et elle renicha à se lever. Elle avait eu du mal à dormir et était encore fatiguée. Elle s'était redressée très lentement dans son lit en marmonnant un "Bonjour" ensommeillée avant d'étouffer un baillement derrière sa manche, trop longue. Elle jeta un coup d'oeil aux alentours et se leva. Son regard coula vers sa compagne puis vers le colis qu'elle lui avait fait glisser. Elle inclina la tête et s'en saisit, curieuse. Elle se laissa retomber sur son lit et entreprit de l'ouvrir avant de se souvenir ce que Ray lui avait dit la veille. C'était ça ?Zonbi ouvrit son propre colis, avant de découvrir un uniforme scolaire, une liste de race avec leur symbole, un étrange pierre en forme d'étoile a 6 branche ... et l'emploie du temps. Elle bailla une nouvelle fois.

- Eh bien ils envoient par colis ce genre de chose, j'aurai aimer qu'il la donne comme sa en mains propre. Je suppose qu'on doit les enfiler avant d'aller prendre le petit déjeuner, dit-elle.

Elle commençait déjà a retirer ses habilles, nullement pudique.Neoko sortit lentement l'uniforme scolaire et le posa à côté d'elle. Elle se concentra plutôt sur le reste. Tout particulièrement sur la pierre en forme d'étoile. Elle la saisit doucement entre ses doigts, la leva pour l'observer sous tous les angles. C'était la même que celle de Ray. Comment pouvait-elle s'incruster quelque part. Elle abaissa son bras et reposa l'étoile au fond du colis et jeta un coup d'oeil vers Zonbi. Et se détourna aussitôt, posant son regard sur l'uniforme.

- Je suppose ... répondit-elle. Quant à la pierre, Ray m'a expliqué hier que c'était une sorte de puce. 'Faut choisir où on va la mettre.

Elle se pencha vers l'uniforme quand on frappa à leur porte. Neoko abandonna l'idée tandis que la porte s'ouvrait sur Haïbara.

- Vous êtes réveillées ? Ah, super ! Ne tardez pas trop, on vous attendra dans la salle commune pour vous emmener manger, histoire que vous vous fassiez à l'école.

Neoko hocha simplement la tête et Haibara referma la porte en souriant. Zonbi avait déjà enfilé un débardeur, et avant l'aisser sa chemise ouverte, la jupe était mit, il laissait au moin le choix pour les chassure, Zonbi mit ses bottes et lassa le tout. Elle hocha la tête lorsque Neoko lui parla. Elle prit l'étoile doucement avant de la posa sur sa joue gauche un peu endessous de l'oeil l'étoile s'enfonça doucement dans la peau arrachant une grimace au Zombie qui relacha la pierre maintenant établis sous son oeil.

- Sa arrache, s'écria-t-elle avant de voir Haibara là, Okay ~ De tout façon je suis prete. Aller Neoko un peu de Nerf

Neoko jeta un coup d'oeil vers Zonbi. Sous l'oeil, hein ? Vu la grimace de la jeune fille, ça devait faire mal. La brune entreprit de se changer, revêtant l'uniforme entier. Comme toujours, c'était un peu long au niveau des manches, mais cela lui allait comme ça. Elle se saisit finalement de la pierre et finit par la poser sur le dos de sa main droite. Elle grimaça un peu et la relâcha, sa manche tombant dessus pour la recouvrir. Elle se tourna vers Zonbi, une fois ses chaussures enfilées.

- Je suis prête, fit-elle, toujours avec une voix un peu ensommeillée.

Zonbi s'étira doucement en souriant alors en compagnie de sa camarade de chambre avant de voir les garçon pour la première fois avec leur uniforme, qui portait tout a leur façon. Ray avait l'air de porté décontracté, mais bien en même temps. Sa chemise était légérement ouverte, alors que la veste de son niforme avait les manche retroussé et laissait a découvert ses avant bras. Lui avait sa pierre sur le poignet. Il fit un salut pour saluait les nouvelles arrivante. Zonbi tourna son regard vers les autres, et haibara aussi. Neoko la suivit et salua d'un petit murmure les autres, une fois arrivées dans la salle commune. Haibara et Akira semblaient déjà se prendre la tête mutuellement. La jeune fille aux cheveux violets les avait attachés en une queue de cheval, laissant entrevoir la pierre qui s'était incrustée sur son lobe d'oreille. Elle portait simplement sa chemise avec les manches retroussées jusqu'aux épaules, semblant préféré les tenues plus légères. Akira, quand à lui, portait l'uniforme  intégral et on pouvait voir sa pierre située derrière l'oreille. Quand au dernier, Fubuki, il semblait endormi et portait son uniforme de manière un peu aléatoire et chiffonnée. Ray tapa doucement dans ses mains pour attirer l'attention, le moment crucial allait enfin débuté. La grande salle, ou tout les maison était regroupé.

- Bon, les nouvelles, cela ne va pas être la joie. Nous allons déjeuner avec tout les autres maisons, normalement ils  nous évitent comme la peste, mais étant donné que c'est la nouvelle année, ils vont peut être essayer de vous intimidé. Alors ignorez les, j'insiste bien sur le ignorez. Haibara vous aidera a vous débarassé de certain, et Akira tachera d'éloignait les petites teignent. Je vais vous laisser, je dois aller rendre le compte rendu de la semaine dernière. Passez un bon déjeuner.

Zonbi regarda Ray disparaitre, il disparaissait souvent celui-ci avant de soupirer. Elle avait beau être calme, enfin plutot souriante. Donc ignorez quelqu'un sa allait être un peu dur, surtout ceux qui insulte.

- Bon, je suis prêt psy.. psychologiquement ?, rit-elle, Let's go ~

Neoko leva les yeux vers Ray et hochant lentement la tête, se tournant vers Haibara et Akira. Le duo leur adressa un sourire. La brune regarda alors ailleurs. Ignorer quelqu'un, hein ? Bah, pour pas changer de d'habitude. Un maigre soupir lui échappa. Au sein des humains, elle était en-dessous. Au sein de ses semblables, elle était en-dessous. C'était assez ... rébarbatif. Haibara prit alors la tête du groupe.

- Bon bon, on y va. Comme l'a dit Ray, la clef c'est de ne pas faire attention. On s'y fait avec le temps, vous en faites pas ! fit-elle en souriant.
- Y'a des techniques pour les calmer. Faut toucher là où ça fait maaaal pour eux, ce qui est franchement pas dur avec de l'entraînement.
- Oui, enfin, il fait le fier mais la première fois qu'il a fait ça, il s'est retrouvé la tête dans la cuvette des WC à l'heure suivante, commenta Haibara en ricanant.

Le duo continua leur dispute amusante tout en les guidant jusqu'à la grande salle. Une fois là-bas, ils se calmèrent tous les deux. Akira adressa un sourire aux deux nouvelles et les mena jusqu'à leur table, un peu à l'écart de tout le reste tandis qu'Haibara fermait la marche. Neoko regarda furtivement autours d'elle. De l'agitation. Elle tenta de chercher Reiji des yeux mais abandonna aussitôt l'idée. Trop de monde.

- La tête dans les toilettes ? Euuuuuuh... Je crois que je vais faire la première option qui le silence total, sa doit être fou se faire ignorer non ?, demanda-t-elle

Aprés quelque minute que Akira les est guidé vers leur table, le silence se fut tombé comme une tombe. Sec et dur. Tout les visages se tournèrent vers les cinq personnes qui était entré. Zonbi déglutit sur le coup péniblement, en voyant les regard lancer par les autres. Elle reconnu plus d'une personne qui avait été avec elle dans le train, pourtant le regard avait changé. Zonbi chercha des yeux sa meileur amie mais elle ne la voyait pas. Dans le coté des elmentaires, comme elle avait entendu que son amis serait la il y avait qu'un barrage de garçon devat les filles. Comme si l'entré des instables était une épidémie. Zonbi avait mal au crâne. Comme si elle avait oublié quelque chose sur ce lieux... Zonbi décida de s'asseoir en essayant de reste qu'un sourire.

" Meurtriers ! " " N'approchez pas ! " " Je vous tuerai"

Neoko s'installa, toujours cachée derrière son rideau de cheveux. Haibara s'était installée tranquillement, nullement gênée et s'était mise à prendre son petit-déjeuner tranquillement. La brune n'avait pas spécialement faim, elle se contenta de jeter de coup d'oeil furtifs à droite et à gauche. Akira avait un petit sourire qui s'accentuait au fur et à mesure que les remarques fusaient. Finalement, il fit tomber un couteau par-terre et le bruit résonna dans la Grande Salle. Les remarques s'estompèrent, comme s'ils attendaient une réaction. Akira se releva avec un grand sourire.

- Ah ah, désolé, désolé, fit-il. Faites comme si vous n'avez rien vu, ce serait embêtant que vous sachiez avec quoi je viendrais vous tuer dans votre sommeil, hein ?

Neoko leva les yeux vers Akira. Il se fichait d'eux. C'était tellement grotesque que ça en était marrant. Il ramassa son couteau, toujours avec son sourire. Les remarques allaient reprendre, il le savait. Il jeta un coup d'oeil à Haibara qui lui rendit un sourire édenté. La brunette suivit rapidement l'échange de regard entre les deux. Ils avaient l'air de ... s'amuser ? Zonbi sourit a son tour aprés cette échange, la voila soulager, mais elle se raidit en entendant un rire un peu plus loin avant qu'un blond qui ressemblait presque a Akira redressa la tête il avit des yeux bleu claire contrairement a la couleur foncé du l'autre.

- Oh maintenant tu te salis les mains pour faire le travail ?

Le blond toisa son jumeau du regard. Arika. Il était toujours a chercher des noises avec son fréres. Zonbi resta tête baisser alors qu'elle curt voir l'éclatante chevelure rousse de Misery. Un garçon au cheveux blanc redressa légérement la tête en voyant que l'un des membres de sa classe commençait a faire le beau. Il avait les cheveux extrement long. pourtant il ne fit rien de plus d'autre éleves souriaient depuis que la rispoter aller être lancer. Akira leva les yeux vers son frère et fronça les sourcils. Arika. Enfants, les deux frères avaient toujours adoré se lancer des piques mais avec le temps, la relation s'était dégradée sec au point que lorsqu'Akira fut envoyé chez les instables, son frère se fichait royalement de lui. Cependant, un sourire vint simplement éclairé son visage tandis qu'il lançait un regard à son jumeau.

- On est jamais mieux servi que par soi-même, non ? Moi, je n'envoie pas les autres faire le sale boulot, rétoqua-t-il.

Haibara étouffa un rire. Ca allait devenir personnel, ça allait devenir personnel. Neoko jeta un coup d'oeil aux alentours. Tout le monde semblait s'attendre à ce que ça dégénère. Tous semblaient être sur le point de hurler comme si un bagarre allait se déclencher. La brune finit par croiser le regard de Reiji. Un sourire vint éclairer son visage mais son frère se détourna d'elle ce qui lui tira une petite expression de surprise. Quant à Misery, elle essayait vainement de voir Zonbi. Sa Zonzon se faisait persécfuter, c'était pas cooool. Arika fut piqué une nouvelle fois, il se redressa légérement, avec tout sa meute qui lui suivait. Il était le maitre des lieux. Les années d'enfance n'étaient plu qu'un lointain souvenirs.

- Vraiment ? Les morts sont : faire les choses soi-même peut être ?  Ce petit saut dans les toilettes. Tu as déjà oublié ce moment ?

Arika regarda aussitot la fille au cheveux violet. Il la connaissait aussi. Mais pas en bon terme tout comme son frére. Il avait était naif et amoureux, et lui avait voulu une sentence. Il s'en rapelerai tout sa vie.

- Arika ~ Il y a beaucoup mieux que les toilettes. On peut trouver autre chose.

Deamon, certainement le pire. Il était toujours suivit de pret par un autre garçon Devil, et Tobin un Draug comme elle. Zonbi se fit tout petite.

- Aie aie aie...

Haibara et Akira échangèrent un bref regard. Le garçon se redressa alors devant le regard de la jeune fille aux cheveux violets qui secouait doucement la tête pour lui dire de ne pas trop énerver les gens. Neoko tourna son regard vers la bande qui venait de démarquer. Ils n'inspiraient rien de rassurant. Elle se tassa sur sa chaise. Le garçon s'amusait à jouer avec le couteau qu'il avait ramassé.

- Oh ? Parce qu'en plus, c'était même pas ton idée les toilettes ? Y'a fallu vous mettre à plusieurs ? Bah. Vous avez beau vous croire meilleurs, votre Q.I reste quand même égale à celui d'une huître, fit remarquer Akira avec son petit sourire. Allez-y, vous y étiez à combien que je ris : dix ? vingt ?

Haibara jeta un coup d'oeil vers la bande. Okay. C'était devenu personnel. Elle soupira. Akira allait se mettre dans de beaux draps, elle le sentait. Deamon se mit a sourire doucement alors que les yeux d'Arika virait tout doucement au rouge. Arika était encore un enfant il s'énerver beaucoup trop vite, sa allait être marrant dans quelque années. Le jeune homme se mit a s'approchait de la table des instables. Sans qu'Arika lui disent quoi que se soit. Il allait décider de la prochaine cible, autant attaquer pendant que le duo faisait n'importe quoi.

- Si tu savais tout les idées qui fusait a ton égard, tu en deviendrai blanc, au lieu de te la peter et faire le dur. Mais une fois que tout les responsabilité de tes acte de tombe en plein figure tu n'es qu'un pantin, cracha Arika. Tu devrais remercier que je les tiens en laisse, tout les personnes qui veulent votre mort. Les 202 éleves du l'établissement.
- Ah ? Je devrais te remercier ? Pourquoi ? Que vous soyez dix ou cent, je m'en fous. Et puis tu peux causer : ta grande gueule, tu l'as parce que t'es sûr que t'as des chiens derrière toi pour te soutenir. Le jour où tu tomberas, tu verras comment ils te verront, tes potes, répliqua le garçon en plantant le couteau dans la table, plongeant son regard dans celui de son frère.

C'était devenu trop personnel. Haibara soupira, laissant Akira faire. Face à Arika, elle ne préférait pas spécialement dire quelque chose. L'amour, hein. La jeune fille tourna son regard vers Neoko et Zonbi.

- Ca va ? chuchota-t-elle en souriant.

Neoko avait baissé son regard vers le couteau que venait de planter Akira dans la table. Il était énervé, ça se voyait. Elle haussa les épaules à la question d'Haibara. De toute manière, il n'y avait qu'une chose à laquelle elle pensait actuellement. C'était la même chose qu'à l'orphelinat, il n'y ...

- 'A que les faibles, les lâches et les traitres qui attaquent en groupe une seule personne, siffla-t-elle, pensant à voix haute.

Il y eu un flottement. Elle releva la tête vers Haibara. Vu le visage de celle-ci, elle avait peut-être penser un peu TROP à voix haute. La brunette déglutit péniblement et se tassa un peu plus sur sa chaise. La chaleur de la salle augmente a une vitesse fulgurante. Les frangins n'avaient pas fini, ou était donc les professeurs dans ce genre de moment ? Il devait au moin avoir un surveillant. non ?

- Parce que tu crois que j'ai besoin d'eux pour te remettre a sa place ?!

Zonbi murmura un simple oui, avant de tourné les yeux tout rond vers Neoko, non elle avait parlé, pour une fois qu'elle avait parlé enfin c'était pour dire quelque chose qui ne passa, pas invisible au yeux de tous, surtout pas de Deamon qui tira brusquement la chaise de la meduse vers lui. Pour faire tombé la jeune fille au sol. Arika regarda en direction de Deamon, déjà sur le point de dire quelque chose, mais celui-ci leva les mains.

- Mes mains ont semblement glissé ~

Les fous rires générale commençaient déjà a monté. Zonbi se précipita vers Neoko en essayant de la remetrre sur ses pieds.

- Neoko, sa va ? Pas de bobo?

Akira s'apprêtait à rétorquer quelque chose mais la réplique de Neoko le détourna. Non mais non, mais elle était masochiste ou quoi cette gamine ? Neoko eut un petit sursaut et retint un cri en tombant en arrière. Elle grimaça et avant de rouvrir ses yeux, elle replaça sa frange. Elle se redressa sur ses coudes et hocha la tête. Haibara se leva, prête à intervenir. La brune se releva et leva la tête vers Deamon. Il l'avait fait exprès. Elle le savait. Akira en avait déjà fait beaucoup. Elle ne voulait pas spécialement dépendre des autres.

- Excuse-toi, fit-elle à Deamon.

Haibara déglutit. Akira fixa Neoko comme si elle venait d'une autre planète. Sérieusement. Elle était suicidaire, c'était pas possible autrement ! La violette s'approcha de Neoko.

- Oï, Neoko, arrête ...
- Excuse-toi, répéta Neoko, avec la même voix.

Arika s'était calmé sous l'effet l'adréaline avait chutait net. il regardait la petite fille tenir tête a un des démons les plus retoutables de l'écoles. Deamon n'était pas du genre a s'excusait. Il soupira, encore une qui allait pleurer dans les bras de son amie. Deamon eut un sourire en restant toujours dos a la jeune fille, avant de tourné légérement la tête vers elle. Ses yeux n'était plus que deux fente.

- Moi m'excusé ? Oh comme c'est mignon, mais non je n'ai aucune raison de le faire. Je ne l'ai pas fait exprés ~, ricana-t-il en retournant vers sa table.

Zonbi en revenait pas que Neoko avait autant de courage, elle avait était tellement silencieuse, discrète presque invisible. Elle guettait sa réaction. Haibara eut un faible soupir de soulagement en voyant que l'atmosphère était retombée. Elle s'approcha de Neoko, posant sa main sur son épaule, prête à lui singulièrement qu'elle était givrée de tenir tête à Deamon mais la brune continua.

- Tu l'as fait exprès. C'était calculé. Mais on ne peut en pas en vouloir aux idiots de ne pas savoir s'excuser. Tu t'en ai pris à quelqu'un de plus jeune que toi, de plus fragile que toi et tu te sens fier d'amuser la galerie. Tu n'es qu'un idiot. C'est tout, commenta-t-elle.

Elle n'avait pas spécialement de courage contrairement à ce que l'on aurait pu croire. Elle n'avait pas non plus des envies suicidaires. Elle disait juste la vérité. Parce que la vérité était ce qu'il y avait de plus blessant. Neoko se retourna, remit en place sa chaise et se rasseya, levant son regard vers Haibara en inclinant la tête. La violette se pencha vers elle.

- Tu es maso. Arrête avant que ça ne finisse mal pour toi, chuchota-t-elle, inquiète.

Akira lança un regard à la salle et se rassit. Haibara n'avait pas tort. Cependant, avec un sourire, il se pencha vers Neoko en baissant la voix.

- T'es malade, tu le sais ça ?

La brune le regarda.

- T'es juste un bon prof, fit-elle avec un maigre sourire.

Deamon fut que sourire. En murmurant qu'il était un parfait salaud et que sa lui conviendrait.

" Attends toi au pire la méduse, je suis un salaud. Que sa te plaise au non ~ "

Il était plutot content de l'impression de la nouvelle petite recrues. Mais tout comme Akira, elle allait subir les conséquences de ses actes, il avait déjà vu comment elle avait regarder un garçon identique a elle, une proie facile. Tout aller virer au cauchemare pour la jeune fille. Tout la classe croyait que c'était Arika le chef, mais c'était Deamon le véritable. Arika était la simple mascotte. Zonbi soupira de soulagement a la vue de tout se calme, en plus de sa Jack était rentré dans la salle. Sa allait pas être facile d'être dans cette école de nouveau. Non pas facile du tout. Zonbi sortie la liste des symbole elle avait remarquer le flocon de neige brisé de Deamon.

- Yuki-Otoko ? C'est quoi comme race sa ?, demanda-t-elle.

- Yuki-Oto ? Ah, tu parles de Deamon, c'est ça ? demanda Haïbara en souriant. C'est un démon des neiges si tu préfères. Ah, so, so ! Essaye de deviner ce qu'on est Akira et moi ! Ca te fera travailler un peu.

Neoko avait ignoré la remarque de Deamon. Elle jeta un coup d'oeil vers Reiji qui continuait de l'ignorer. Elle soupira et retourna à son petit déjeuner. Elle leva les yeux vers Akira.

- C'était qui le blond ? Il te ressemble, fit remarquer la brunette.
- Ah, c'est normal, c'est mon frère jumeau. Disons qu'on s'entend paaaaas du tout. Déjà qu'à la base, c'est pas le grand amour, ça a été pire le jour où j'suis atteri ici.
- Je vois ...

Neoko baissa les yeux vers la table. Est-ce que ça marchait comme ça pour chaque famille ? Ca expliquait l'ignorance presque totale de Reiji à son égard. C'était dommage puisqu'ils étaient en très bons termes, eux. Un démon des Neige... Rien que sa, il était connu pour leur esprit vengeur, Neoko était a peine pas dans la merde...  Elle jeta un coup d'oeil a Neoko qui discutait tranquillement avec Akira, la discussion n'avait pas l'air joyeuse. Zonbi se mit a examiné le bijou d'Haibara. Elle regarda la feuille..

- Tengu ?, hasarda-t-elle en pronoçant de façon trés fraiçaise, a cause des ailes.

Haibara eut un petit rire. Elle avait minimisé la chose pour ne pas trop inquiéter Neoko. Elle avait tenu tête à Deamon, quand même. Akira s'abstenait de le faire : lui-même avait réalisé qu'il ne valait mieux pas se frotter à lui. La jeune fille aux cheveux violets rapporta son attention sur Zonbi.

- Perdu. Le Tengu, c'est Akira, fit-elle en donnant un coup de coude à son voisin. Je suis un Ange déchu. Mais c'est normal que tu te sois trompée, nos symboles sont presque identiques. Les Tengu sont des démons qui sont reconnu pour leur intelligence, quant aux Ange déchu, ils sont surtout reconnus pour avoir commis un péché, les condamnant à perdre leurs ailes.

Neoko continua de discuter avec Akira. Le sujet était passé de la famille à l'épreuve de démonstration. La brunette avait avoué avoir complètement foiré sa démonstration à cause du stress. Le garçon eut un petit rire et lui expliqua qu'il avait voulu invoquer un mort et qu'il s'était retrouvé avec une armée de zombies, ambiance très film d'horreur. Remarque qui tira un maigre sourire à Neoko. Elle finit par dériver sur autre chose.

- Ray ne vient pas ?
- Il nous rejoindra plus tard. Ce serait mieux de pas lui dire pour Deamon, non ?
- Ah, j'avais pensé faire l'inverse, fit remarquer Haibara. On sait jamais.

Zonbi gonfla légérement ses joues a la chute remarquable qu'elle s'était completement tromper sur les symbole mais sourit, tout allait bien mieux depuis maintenant. Elle était l'avis d'Haibara.

- Oui, en plus il est pas un peu ... "Président des eleves de la classe Instable", il trouverait une solution pour Neoko, parce que je ne veux pas cacher ce feu de joie, mais tu t'es pris vraiment au pire. D'aprés le petit texte qu'on dans les fiches de description des races. Les Démons des Neiges sont des esprit sournois et vengeurs... J'ai peur que sa va virer au cauchemar pour toi, il faudrait que tu évites d'être seule.

Neoko inclina la tête en voyant tout le monde se tournait vers elle. Akira finit par opiner en disant qu'elles n'avaient pas tort. La brunette eut un petit sourire et agita les mains devant elle.

- Tout va bien. Il n'a qu'à s'en prendre à moi, je sais bien que dire la vérité, ça blesse l'égo des gens.
- Tu sais, il va pas te mettre la tête dans les toilettes vu ce que tu lui as dit, fit remarquer Akira. Il va te faire bien pire, crois-moi. Même moi, je me frotte plus à ça. J'me contente de mon frangin, ça me suffit.

Neoko haussa les épaules. Elle n'aimait pas dépendre des gens. Après tout, elle s'était mise dans la galère toute seule, comme une grande, non ? Elle savait que ça lui retomberait dessus de toute façon. C'était pareil à l'orphelinat alors bon.

- Dites-le à Ray si vous le jugez nécessaire. Mais je vous assure que ça va.
- T'as l'air complètement différente d'hier. Hier, tu tremblais de la tête aux pieds et aujourd'hui, tu t'en prends à plus fort que toi. Tu tournes pas rond, commenta Haibara.

La brunette lui sourit.

- Les gens comme nous ne sont que des gens comme nous. Ce ne sont pas les plus terrifiants.

Zonbi écouta la conversation échangé, elle tarda un regard vers la table des élementaire tout avait l'air normal, Deamon blaguait avec les gens de sa table tout en mangeant comme si de rien n'était. Elle se retourna sur le coup en voyant Arika regardait vers elle, mais elle vérifia une nouvelle fois, il était entrain de regarder Neoko. Et elle qui voulait prévenir personne, elle regarda une nouvelle fois sa feuille des symbole. Celui d'Arika était un Yokai, encore un démon.

- Qui serait le plus pire a ton avis ?, demanda Zonbi

Neoko prit un instant pour réfléchir. Ce qui était pire que les gens comme eux ? Elle inclina la tête. Elle ne savait pas vraiment.

- Je ne sais pas ... Les araignées ? demanda-t-elle avant d'avoir un petit rire.

Akira la regarda et lui ébouriffa les cheveux. Elle était vraiment folle celle-là. Elle avait plus peur d'une araignée que de ce qui pouvait lui arriver ? Elle ne tournait pas rond. Et ce brin de folie amusait le garçon. Quant à Haibara, cela lui tira un maigre sourire. Elle était inquiète. Avec un pareil comportement, elle finirait mal. Elle semblait être de ceux qui cachaient leur peur des semblables, préférant les refouler sur autre chose. La brunette, en voyant Zonbi se retournait, se retourna alors. Elle vit Arika, inclina la tête et se mit à chercher Reiji. Il était toujours concentré sur autre chose que sa soeur. Zonbi éclata de rire, elle s'entendait a un truc de fou et finalement non. Ray ne mit pas longtemps a faire son grand retour avec un sourire trés faux, vut le papier froissé il avait paser un mauvais moment avec Scythe, il soupira de soulagement lorsqu'il prit place a coté d'Akira.

- Quel poisse, j'en ai vraiment ... hum hum, restons poli, c'est embêtant de jouer les pigeon, ils encore refusaient qu'on soit dans des clubs cette années, et on a plus accés a la bibliothéque sans surveillance, désoler Akira. Faudra demander a un prof de t'accompagné a présent. Alors comment c'est passer cette matiné ?

Ray rayonnait de nouveau, Zonbi ne voulait absolument pas être celle qui allait tout lui racontait risquant de faire mourir ce soleil.

- Quoi ? s'étrangla Akira. Ils ont peur que je mange les bouquins, c'est ça ? Fais chiiiiiier. J'aime pas qu'on me surveille quand je lis, ça fait genre "Je sais ce que tu penses", ajouta le garçon en prenant une voix bizarre.

Haibara eut un petit rire. Puis lorsque vient la question de la matinée, elle se déroba, jetant un coup d'oeil à Akira qui secoua la tête. Ah non, pas lui ! Neoko regarda l'échange. Elle s'était arrêtée à "accès à la bibliothèque" avant de reprendre ses esprits. Le duo refusait de s'avancer sur le sujet épineux.

- Ooooh, la routine, tu sais. Arika a ouvert sa gueule, j'ai ouvert la mienne. On est resté vachement poli, hein, commença Akira avec une voix qui partait un peu vers les aigus.
- Ouiii, les filles ont été courageuuuuse et n'ont pas vraiment réponduuuuu, continua Haibara.
- Mais, comment dire ...
- En fait ...
- Il s'avère qu'on a quand même eu un petit problème ...
- Trois fois rien, hein ...
- Enfin pas nous directement mais ...
- 'Fin ...
- Tu vois quoi ...

Tourner autours du pot. Neoko les regarda faire en inclinant la tête et se racla la gorge.

- Pourquoi vous ne voulez plus lui dire ? demanda-t-elle.

Le duo se regarda et eut un petit rire nerveux. C'était plus facile à dire qu'à faire. FRANCHEMENT. Surtout que Ray était pas vraiment du genre a ce mettre en colère mais disons que quand il donnait des directives, c'était fallait les respecteer. Et son aura vira assez vite au noir lorsque les deux comères tourner autour du pots. Il tourna son regard doré, qui avait parut si fraternel a Neoko, était maintenant une abîme noir.

- Pourquoi tu me le dis pas, Shinkiseki ?

Oulalala quand un adulte emploiyait un nom de famille s'était par respect, mais un ado, Zonbi savait trés bien que sa tourner mal.

- Oulalala, on a cours nous sa serait bete de faire autrement.

Elle prit aussitot Neoko par les aiselle et la transporta à une vitesse hors de la salle avant qu'elle n'ait pu cracher le mot a Ray.

- Sauvetage réussi .... Pfffff Je crois que finalement on va garder le silence hein ?

Neoko continua de regarder le duo s'activait à chercher les mots pour le dire. Elle se redressa et se tourna vers Ray alors qu'il posa la question. Elle haussa les épaules et ouvrit la bouche, prête à lui dire. Mais Zonbi l'en empêcha en la tirant loin. Elle ne protesta même pas. Elle se tourna vers Zonbi et haussa les épaules.

- Je ne voulais pas lui dire, moi, fit remarquer la brune. Je pense pas qu'Akira ou qu'Haibara aient le courage de lui dire vu sa réaction. Peut-être ce soir. Une chose est sûre, tant qu'il ne saura pas, il ne lâchera pas l'affaire.

Elle jeta un coup d'oeil vers la salle. Le regard qu'il avait eu et son ton. La brune eut un frisson et se mit à avancer. C'était toujours la même chose, où qu'elle aille alors.

- On doit aller en quel cours ? marmonna-t-elle.
- Bah c'est certain, mais je préfère qu'ils trouvent une excuse bidons. Il avait l'air d'être une salle humeur, il était effrayant tout a l'heure. Peut être qu'il s'est passé des choses graves ici pour qu'il soit sur les nerfs ? Il avait pas l'air content a son retour. Et on est avec les autre premiers années avec .. Metamorphose. Et bien sa commence bien !

Zonbi regarda sur le plan, avant de se mettre vers la porte, les autres premières anées s'entassait au fure et a mesure mais il avait toujours une certaine barrière entre eux et les deux filles.

- Rien qu'à cette réaction, je paris qu'il y a eut des grandes batailles, en tout cas j'espère qu'il aura oublié, Ray et l'autre.
- Je n'ai pas peur de sa réaction, commenta Neoko. Il va s'énerver, c'est sûr. Mais même si c'est le plus âgé, ce n'est pas forcément le plus sage.

La brune leva les yeux vers le plafond. Si elle devait crainde la réaction de Ray, qu'est-ce que ce serait de celle du Yuki-Oto ? Elle inspira puis expira.

- Ils n'oublieront pas, lâcha-t-elle. J'en suis presque sûre.

Elle appuya sa tête contre le mur derrière elle. Métamorphoses ? Avec les autres premières années, hein ? Elle jeta un coup d'oeil et tenta de trouver Reiji parmis cet amas de personne. Elle soupira. Akira et son frère n'étaient plus du tout en bon termes. Est-ce que ça allait faire la même chose avec la seule famille qui lui restait ?

- Je me demande vraiment si tu as conscience de certaine chose, enfin du moins on pourra être tranquille. Le démon des Neige va pas te lacher, et va s'ttaquer a tout et n'importe quoi qui te tient a coeur. C'est des être vicieux. Ray pourra peut être même pas trouver un compromis, déclara Zonbi en rentrant dans la salle de classe, Mieux vont qu'ils oublient, j'espère que se sera pas toujours comme sa... Sa craint un peu tu ne trouve pas. Je suppose qu'on va devoir prendre les place du fond ?

Neoko la regarda et haussa les épaules. Elle payera les conséquences. Ceux qui disaient la vérité payaient toujours pour ne pas s'être tus ou avoir dit de mensonges à la place. Dans un monde tissé par ça, une vérité qui pouvait tout découdre, forcément, ça ne faisait pas plaisir. Elle suivit Zonbi en hochant la tête et partit s'installer au fond.

- Ce n'est pas spécialement grave, je trouve. Ca montre juste leur monstruosité, rien de plus. Leur besoin de se croire puissant. Faut bien savoir ouvrir les yeux, parfois.

Elle s'assit et continua à chercher Reiji du regard. Elle le repéra, devant, en train de discuter avec quelqu'un de sa propre classe. Elle baissa les yeux vers la table. Zonbi s'assit a coté de Neoko en cherchant elle Misery, mais vu l'attitude de son amie elle devait aussi s'atendre a voir un être cher lui tournait le dos. Mais Misery n'était pas comme ça.

- Je n'ai pas vraiment peur pour toi, tu es forte. J'ai plutot peur pour ton frére, il va en baver a son tour. Le démon va s'attaquer indirectement a toi, et ton jumeau risque d'être sa cible ...

Neoko tourna son regard vers Zonbi puis vers Reiji. S'en prendre à Reiji, hein ? Elle inclina la tête. Elle n'y avait pas pensé. Ca, ça l'atteindrait, forcément. Mais elle ne savait pas. Il fallait qu'elle parle à Reiji après ce cours. Histoire de mettre les choses au clair.

- Dans ce cas, ce n'était pas moi qu'il faut protéger, c'est lui, répondit-elle simplement.

Misery, quant à elle, discutait aussi avec quelqu'un de sa classe. Mais contrairement à Reiji, elle se retourna et en voyant Zonbi, lui adressa un petit signe de la main, accompagné d'un sourire. Zonbi sentit son coeur faire un grand bon de soulagement. elle lui rendit son sourire. Avant de tourner son regard Vers Neoko.

- Proteger ? Par qui ? Ray s'occupe que de notre cas, et sa m'étonnerai qu'on arriverai a convaincre nos ainé, ils ont déjà d'autre probleme, enfin surtout Akira, ta vu le regard de meurtrié qu'il a recut de la part de son frére ? C'était abusé. Et je pense pas que quelqu'un osera tenir tête a L'homme des Glace. Tu pense pas ?

Neoko la regarda puis fixa le plafond, en plissant les yeux, comme si elle cherchait à voir au travers.

- Je ne sais pas. De toute façon ...

Elle abaissa son regard vers son frère.

- ... Il a l'air d'avoir fait son choix, marmonna-t-elle avant de se reprendre. Tu m'attendras à la fin du cours ? Il faudra que je lui dise de faire attention.

Zonbi lui sourit avant de voir la porte souvrir le cours allait enfin débutait, Zonbi murmura qu'elle attendrait a chaque fois qu'elle arait besoin aprés tout elle était partenair de dortoir. Neoko jeta un regard vers Zonbi et lui sourit avant de se tourner vers le prof qui venait d'entrer. Grand, le dos courbé, des cernes sur le visage accompagné d'un sourire, il avait la parfaite tête du gars qui venait de se shooter. Il avait une démarche bizarre, lente mais bizarre. Ses cheveux étaient courts mais complètement emmêlés comme s'il venait de se lever. La brune haussa un sourcil. C'était quoi ... ce truc ? Il avança leeeentement, manqua de se gameler et posa ses affaires sur son bureau avec un long soupir comme si ça pesait trois fois son poids. Puis il fit volte-face en se tenant au bureau.

- Aaah, vous êtes là ... Oh. Vous êtes beaucoup ... Je pensais pas avoir ... autant ... de jeunes, fit-il tandis que sa voix partait en decrescendo. Et vous êtes des ... (Il chercha la fiche d'appel) ... des premières années ...

Visiblement, il fut déçu par ce choix. Ignace Leaf, grand hippie dans l'âme, n'aimait pas avoir les premières années. Ils lui posaient des questions tellement ... conformistes. C'était ... pas normal. Il releva son regard aux yeux rougies vers ses élèves.

- Bon ... On va y aller cool ... Et pas tous se taper dessus, d'accord ? ... Il faut être peace dans la viiie ... Bon ... Moi, je suis votre prof ... Mais on est touuus égaux, okay ? ... Bon ... Mon nom, c'est Ignace Leaf ... Mais appelez-moi Ignace, on est touuus égaux ... Alors ... Métamorphose, c'est ça que je vais vous enseigner ... 'Fin ... Pas Enseigner ... Je vais vous faire partager mon savoir, c'est plus peace ...

Zonbi était comment dire, statufié elle ettouffer du mieux qu'elle pouvait son rire naissant. Ou avait-il trouvé ce professeur ? Sérieusement ? Il avait l'air de venir des grandes années de Peace and Love, d'ailleurs il devait venir de là. Oh mon dieu, les cours aller être des plus joyeux, fallait être sérieux, sérieux, elle prit son livre de telle façon qu'il cache son visage alors qu'elle essayait de se calmait en entendant la doux voix du prof Neoko eut ses lèvres qui se tordirent pour retenir un rire. La démarche, l'attitude. Dans d'autres conditions, on aurait pu croire à une caméra cachée mais là ... C'était juste du burlesque pur. Elle les pinça entre ses doigts pour ne pas rire durant le discours du professeur. Celui-ci chercha pendant un instant un truc dans sa sacoche.

- Ah zut ... J'ai dû oublié mes cours ... Bah ... C'est pas grave ... Ecrire sur du papier, c'est conformiste ... Ca vous bride l'esprit ... C'pas peace ...

Il se tourna vers la classe et lui décocha un grand sourire niais et shooté. Ceux du premier rang devait certainement sentir la douce odeur de drogue qui émanait de lui tout entier.

- Alors ... Vous êtes nouveau donc ... Bah ... Les cours de métamorphoses ... En fait ... Je vais vous apprendre ... à être cool ... En fait ... Je vais vous dire comment être peace ... Parce que quand vous aurez ... 'Fin ... Quand vous aurez ... Quand vous serez plus vieux quoi ... Vous devrez retourner avec les autres là ... Les humains ... Du coup moi ... Faut que je vous dise ... Bah ... Comment être ... un gentil humain peace ...

Et la suite du discours fut exactement de la même teneur, toujours avec cette image Peace & Love du prof.
Le cours fut de la même teneur tout le long. Le prof n'était pas vraiment regardant. Il parlait, il répondait aux questions, il se ... shootait, il reparlait. Ce n'était pas spécialement intéressant mais Neoko tenta de garder sa concentration sur le discours du professeur. Lorsque la fin de l'heure sonna, la plupart virent ça comme une délivrance. La brunette, donna un coup de coude à Zonbi pour la réveiller puis jeta un coup d'oeil à Reiji. Fallait qu'elle lui parle en urgence. Zonbi sursauta légérement en releva la tête vers la droite puis la gauche avant de se relever a son tour en voyant tout le monde s'agiter. Enfin fini elle s'étira doucement en se dirigeant vers le couloir en baillant, sa allait être son cours de sieste. Elle attendit la jeune eleve de sa classe dans le couloir.

- Esperons que tout va bien

Neoko avança un peu dans la classe et posa sa main sur l'épaule de Reiji, encore assis. Il sursauta et jeta la tête vers sa soeur. Son regard se détourna aussitôt. La brunette inspira profondément.

- Il faut que je te parle.
- Bah vas-y, fit-il.
- ... Tout seul.

Reiji la regarda puis regarda ceux qui l'attendaient. Il leur fit signe de partir sans l'attendre et se tourna vers Neoko, croisant les bras. Elle s'assura que les voir bien partir avant de se tourner vers le brun.

- Ca va ? hasarda-t-elle. Tu ne m'as pas regarder une seule fois aujourd'hui.
- Ca va. C'est tout ce que tu voulais me dire ?
- Non, non ... Juste. Fais attention à toi ... Tu as bien vu ce qu'il sait passer ce matin ... J'ai peur que quelque chose t'arrive du coup ...
- C'est bien, de dire ça, après coup.

Neoko leva les yeux vers son frère et fronça les sourcils.

- Merci du soutien.
- Mais de rien.
- Tu pourrais au moins montrer un peu de fraternité, non ? ... C'est parce que ... Je suis chez les instables ... Que tu ... es comme ça ?

Reiji haussa les épaules et lui demanda s'il pouvait partir. Neoko baissa les yeux.

- T'as pas été difficile à convaincre, hein. Que j'étais une ratée vu que j'avais fini là-bas. Hein, c'est ça que tu penses de moi maintenant, non ? ... Au moins ... Tu pourras pas dire que je t'avais pas prévenu ...

Neoko fit volte-face et sortit de la salle en rejoignant Zonbi, la mine assombrie. Visiblement, c'était bien vrai : tout le monde retournait sa veste. Même Reiji. La brune se mordit la lèvre inférieure. Et fallait qu'elle s'inquiète pour son sort maintenant ? Joie. Zonbi la receuillit au passage en passant son bras autour des épaules de la jeune filles, aprés tout, elle devait se soudé les coudes. Elle remarqua que le garçon n'avait pas vraiment réagit comme le pensait Neoko.

- Plus il froid avec toi, plus il sera en sécurité, pense cela Neoko. Tu le retrouvera pendant les vacances.

Neoko jeta un coup d'oeil vers Reiji qui quittait la salle de cours. Une petite pensée fleurit dans son esprit. À quand le moment où, lui aussi, pour se protéger, allait devoir cracher dans son dos ? Elle soupira et posa sa tête sur l'épaule de Zonbi.

- C'est pas faux. C'est pas grave. Au moins, je sais à quoi m'attendre maintenant.

Zonbi sourit en tapottant la tête de sa nouvelle ami, elle serait son pillier. Neoko n'aura plus besoin d'avoir peur ! Elle saurait :

- Je serais a tes coté quand Deamon voudra te faire du mal. Tu n'aura pas a t'inquiété !

Zonbi resta trés amicale, donnant un soutient physique et peut être même maladroitement mais surement un soutient psychologie ? Comme même pas a ce point. Alors qu'elle avait expliquer que plus loin Reiji se porte d'elle, plus il est sureté. C'était vraiment la poisse aujourd'hui pour la jeune fille. Aprés avoir tenue tête a un démon des glaces, s faire rejeter ouvertement par son jumeau.

- Comment sa se fait que vous êtes jumeaux mais que vous n'étes ...

Zonbi s'arrêta nette dans sa question de curiosité. Elle avait vu Deamon marchait droit vers eux, mais il avait l'air de discuter avec ses amis, il ne l'avait pas encore vu. Elle vira aussitôt a droite en te poussant vers le couloirs, pas trop fort pour éviter que tu trébuche mais assez pour te dire de courrir. D'urgence. Elle sourit en refermant doucement la porte.

- Tiens je me disais bien que sa puait dans le coin, la petit morte c'est perdu ?

La voix de Deamon resonna tout doucement dans les couloirs, alors ques ses amis se mirent à ricanné. Prenant son courage a demain, elle fit un sourire.

- Ouais je crois, je suis vraiment étourdi, dit-elle sur un ton nerveux
- Fait attention pas perdre ta tête, on dit que vous mourrez si on va l'écrase.

Zonbi frisonna en voyant le regard du jeuene homme, il en était capable.

- Non malheureusement il faut nous bruler et nous enterrez, sinon on revient toujours, dit - elle en haussant les épaules alors qu'elle partait.
- Je note, je note, miss ~ Fait attention a tes arrière, Miss Méduse sera le prix.

Zonbi accéléra le pâix en priant pour que Neoko soit a l'abri.Neoko avait la tête qui balançait lentement de droite à gauche en marchant, encore un peu chamboulée de s'être faite ouvertement rejetée par son frère. Pas avec un grand public, ce qui était mieux. Elle releva la tête vers Zonbi en entendant sa question. Vu que le fin ne vint pas, elle essaya de l'imaginer. Parce qu'ils n'avaient pas la même nature, sans doute ? La brune ouvrit la bouche mais Zonbi vira aussitôt vers la droite, sans crirer gare. La petite fille dut suivre le mouvement, bien forcé avant de se faire pousser vers un autre couloirs. Elle fronça les sourcils et se retourna, en se demandant pourquoi la jeune fille avait réagi ainsi mais la porte se referma sur elle. Etrange. Elle s'apprêtait à taper sur la porte mais se stoppa nette en entendant la voix de Deamon. Tout s'expliquait. Elle eut un maigre sourire.

- ... Merci Zonbi, souffla-t-elle.

Neoko fit volte-face et se mit à courir à travers les couloirs. Se serrer les coudes, hein ? Elle pria dans son coin pour qu'il n'arrive rien de grave à sa camarade de chambre. Elle tourna à droite. Puis à gauche. Et elle reconnut alors un couloir qui lui semblait familier. C'était vers la salle commune, non ? Elle jeta un coup d'oeil en arrière. Personne. Autant y entrer quelques minutes, histoire d'être sur d'échapper au Yuki-Oto. Elle longea le couloir et rentra dans la salle commune. Elle regarda rapidement autours d'elle. Ca lui semblait bien silencieux. Tout le monde devait être en cours ou occupé. Elle attendit un moment et fixa le plafond. Est-ce que les voix allaient de nouveau la tourmenter ? Lentement, elle prit la direction de la cour et inspira un grand coup. Elle sentait qu'elle aimait bien cet endroit malgré la nature complètement morte. Alors les pas de la jeune fille avait résonnait dans le couloir telle un compte rembour, les voix commencèrent a nouveau leur plainte. Des que ton entrait fut arrivé dans la cours completement morte les voix se remirent de plus belle de leur lamentation, avec le vent qui ammener un froid occasionel.

" Ceux sont des meurtriés ! "
" il faut s'échapper ! "
" Non, non , c'ets impossible"

Des dialogues en proies a un lourd passé, de quel meurtrié parlait-il ? Pourquoi fuir, pourquoi ce n'était pas possible ? Ou avait attiré la jeune fille ? Le sol semblait meumble plus elle avançait dans la  cours. Neoko posa simplement ses mains sur ses oreilles lorsque les voix se firent à nouveau entendre. C'est pas vrai ... Leur lamentation n'apportait rien de joyeux. Elle avança dans la cour, longea la fontaine en jetant un coup d'oeil à l'intérieur. L'eau était sale, enfin, si c'était de l'eau. La jeune fille préféra éviter de vérifier et continua de marcher en pressant de nouveau ses mains sur ses oreilles. Ca devenait insupportable, comme lorsque ça devient le pic du crescendo.

- Ca suffit, taisez-vous ! marmonna-t-elle.

Comme une formule magique, lorsqu'elle posa le pied au sol, celui se déroba sous Neoko. Surprise, elle eut un petit cri de surprise et tomba. La chute fut rapide et lorsqu'elle rencontra, ce qu'elle supposait être le sol, elle grimaça. C'était dur. Lentement, elle se redressa et releva la tête. Le trou lui semblait loin étrangement. De combien de mètres avait-elle pu chuter ? Elle se leva et tenta de marcher mais elle trébucha sur quelque chose, retombant au sol. Elle grimaça et se releva, tournant la tête vers ses pieds. Là, à la faible lumière que lui procurait le trou, elle venait de trébucher sur quelqu'un. Neoko se releva aussitôt et s'en approcha. Elle secoua cette personne, pensant qu'elle était sonnée. Mais lorsque celle-ci se retourna vers elle, Neoko eut un haut-le-coeur. C'était un cadavre. Et pas n'importe lequel. Le cris parut une éternité de l'autre coté, vous savez, sur le sommet de fausse commune. C'est la ou tombait tout les maladroite, tout les morts plus précisement, aprés tout il avait toujours des malchanceux qui ne pouvait que tombait aussi bas.  Le corps ressemblait étrangement a un visage familié, bien sur aprés avoir reposait ici un an, la peau était devenue d'un gris assez terne, et ses yeux vitreux était asséché. Pourtant a en juger par l'étoile a 6 branche inscruster sur la joue gauche de la personne elle était instable. Mais si regardait de plus pret cette morte ressemblait comme deux gouttes d'eaux a ...

- Z-Zonbi ... ? murmura la jeune fille aux cheveux bruns, avec un moment de recul.

C'était ça. C'était elle. Mais ... Ce n'était pas possible, elle venait de la voir, là-bas, dans le couloir, il y a à peine quelques minutes ... Neoko recula, trébucha à nouveau et se retourna. Pareil, un autre cadavre. Neoko mit sa main sur sa bouche et se retint, de justesse, de vider son estomac. L'odeur de la décomposition se faisait de plus en plus dense maintenant. C'était là, sous l'école, ou plutôt, sous la cour. Elle tenta de se relever mais la vision de tous ses morts, en putréfaction, fut trop pour elle. Elle ne put se retenir davantage et, s'appuyant au sol, vomit bruyamment. La jeune fille se redressa et essuya sa bouche. Elle ne se sentait pas mieux mais bon. L'odeur de la décomposition, plus celle du vomi à présent formait une odeur insoustenable. Vu le nombre de cadavre, c'était ... une sorte de fosse commune ? Son regard tomba de nouveau sur le corps semblabla à Zonbi. Mais alors ... Pourquoi ... ?
Un bruit la figea soudainement. Elle entendit quelque chose se déchirait puis comme un bruit de quelqu'un qui mange bruyamment. Il y avait quelqu'un d'autre ? La brune se retourna lentement. Là-bas, dans l'obscurité, une forme était penchée au-dessus d'un cadavre. La brunette plissa les yeux pour habituer sa vue lorsque la forme plongea sa tête dans le cou du cadavre et tira un grand coup, arrachant peau et os. Neoko se figea. Cela ne lui annonçait rien de bon. Elle se releva lentement et tenta de reculer mais elle tomba à nouveau à cause d'un cadavre. Ce qui attira l'attention de la chose. Elle se tourna vers la jeune fille et se redressa. Avant d'avancer lentement, puis de plus en plus vite. Neoko cria. Une goule. C'était une goule. De là où elle était, elle ne voyait pas les contours de la créature mais elle savait qu'elle était dans le pétrin complet. Elle se dépêcha de se relever et recula plus rapidement. Elle sentait ses cheveux se durcirent, se transformaient en serpents sifflants. Si ces instincts se réveillaient, c'est que c'était vraiment la panique. Elle recula, tomba et la goule, dans un grognement, s'apprêta à lui sauter dessus ce qui la fit hurler une fois de plus. Mais comme naquit de nulle part un parage de feu séparer la goule et la jeune fille. Au mon dieu dieu es là ! Eh bah non c'était juste un petit blondinet qui avait les,yeux rouge, et les dent pointue.

- Abrutie ! Qu'est ce que tu fiche là ! T'as pas légerement vue le trou pourtant on est en journée ! Mais je vous jure !

Le jeune garçon sauta dans la fausse virant les cadavre qui l'embetait avant de rejoindre la jeune fille, c'était Arika. Le jumeau de Akira, oui j'avais besoin de préciser. Il porta son regar vers la jeune fille heureuseent qu'il y avait sa franche, il baissa aussitot les yeux/.

- Ah mes tes la méduse de l'autre jour, aprés avoir énerver un demon des glace tu t'attaque a une goule ? Et bah purée ...

Doucement le jeune garçon se rendit un peu compte de ou il se trouvait, aparce que oui même le fils du directeur avait aucune idée de cette fausse commune.

- P.. Pourquoi .. Mais ta copine était en..

Il secoua vivement la tête avant. Il tendit sa main vers le Jeune fille. Il devait sortir au plus vite. Il donna un coup de pied violant dans les cadavre en leslançant sur la goule. Neoko avait la frousse, c'était le cas de la dire. Lorsque le barrage de feu appartu, elle sursauta et eut un mouvement de recul. Du feu qui sort de nulle part ? Génial. La goule, quant à elle, recula plus vivement, partant se terrer dans l'obscurité. Le feu, c'était son ennemi. Quelqu'un l'interpella. Neoko leva son regard vers le trou et plissa les yeux. Non, elle n'avait pas vu le trou puisqu'à la base, il y en avait pas. C'était un garçon. Sa voix lui disait quelque chose mais vu qu'il était à contre-jour pou elle, dur de discerner les traits du physique. Elle le suivit du regard et le vit baisser les yeux. Ah, bah, il l'avait reconnu. S'attaquer à une goule ? Elle ? Non mais fallait vraiment qu'il arrête de tirer des conclusions hâtives. Elle baissa à nouveau son regard vers le cadavre de Zonbi. Elle ne savait pas. Elle ne comprenait pas. Elle avisa la main tendue et hésita durant une demi-seconde à la saisir. C'était un piège ? Non ? La goule eut un grognement, ce qui accéléra le jugement de la jeune fille qui se saisit de la main du garçon. C'était le frère d'Akira, après tout. Il pouvait pas être si mauvais que ça. La goule poussa un nouveau grognement, une fois le feu disparu, et se tourna vers les deux jeunes gens. Les serpents de la jeune fille sifflaient. Elle avait la frousse. Et la goule se redressa, prête à courir vers eux, prête à s'en prendre à eux. Arika la tira contre lui, pour passer son bras dans ton dos, il te portait presque vue ta petite taille, il s'étonna que tu sois aussi légére. Il grogna légérement vers la goule alors qu'une nouvelle rafale de feu lui vint vers lui, histoire de le faire partie. Alors que le jeune garçon s'agrippant aux murs de la fausse pour se mettre a escalader heureusement qu'il était un démon. Mais la terre était dégouillsante, les larmes lui montait au yeux. Tout les souvenirs de l'année dernière revenait. Ilprit Neoko par la taille avant de la faire légérement montait vers le bord.

- Dépeche toi de grimper ! Vite !

La goule grogna, s'affessa et disparut dans l'ombre, comme s'il n'y avait jamais eu lieu de son existence. Neoko la suivit du regard jusqu'à ce qu'elle ne la voit plus. Etrange. Elle se saisit du bord dès que l'occasion se vit et monta aussi vite qu'elle put. Elle inspira un bon coup et se retourna pour jeter un coup d'oeil vers le trou. Lentement, elle se pencha et tendit sa main vers toi. Elle n'avait pas spécialement de force mais bon, c'était un réflexe de le faire, prenant bien garde de cacher son regard derrière sa frange. Il l'avait aidé à sortir, même si ça lui semblait impossible, elle pouvait au moins tenter de l'aider lui aussi. Non pas qu'il semblait en grande galère mais bon. Arika ne se saisit pas de ta main en te diasnt que tu n'a pas la force d'une mouceh, il sortie en se laissant tombé couché sur l'herbe. Une goule dans l'éocle sans collier ? QU'esr ce que son père manigancer encore ? Il releva doucement en position assise.

- Tsss, sa va ?

Neoko se redressa et s'assit dans l'herbe, abaissant son bras. Son regard coula vers ses cheveux transformés en serpents et en pinça un qui couina. Le stress était retombé et ils disparurent doucement tandis que ses cheveux se firent soudainement plus léger. Elle baissa alors son regard vers le trou et frissonna, revoyant la vision du cadavre semblable à Zonbi. Etrange. Elle remit en place sa frange pour cacher son regard et leva la tête vers son sauveur. Elle inclina doucement la tête. Mis à part la saleté dont elle faisait les frais, elle n'avait rien eu.

- Ca va, marmonna-t-elle avant de redresser doucement la tête. Et toi ? Rien de cassé ?
- Comme si une goule allait me toucher, franchement, bien sûr que j'ai rien, bon maintenant tu vas m'expliquer comme ta attéri la ?

Arika ne souponçnnait pas Deamon, c'est vrai qu'il était cruel et pret a fautre la pire peur qu'il soit mais jamais il avait été jusqu'a la. Et a son avis le demon ne connaissait pas non plus cette endroit. C'était bien la première fois qu'il voyait une fosse commune ici. Et surtout pourquoi il avait que des instable. Il avait reconnu plus d'une étoile. Neoko regarda ailleurs. La prochaine fois, elle ne demandera pas, ça ira plus vite. Elle ramena ses genoux contre elle et gratta le sol. Il était vachement meuble. Ca expliquait pourquoi elle était soudainement tombée. Puis, elle rapporta son attention sur le garçon. Comment lui expliquait purement et simplement qu'elle avait pensé que les voix qu'elle entendait lorsqu'elle était dans sa salle commune s'estomperait si elle avançait dans la cour et qu'elle tombait là-bas par erreur ? Le tout, sans passer pour une folle. Elle arrêta de gratter le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecapharnaum.forumactif.com
Neoko
Admin


Messages : 533
Date d'inscription : 07/11/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: Texte brute   Dim 27 Nov - 12:52

- Je suis sortie dans la cour et j'ai avancé jusqu'ici. Le sol est meuble et il n'y avait pas de trou. J'ai fait un pas et j'ai dû posé le pied sur l'endroit où il y avait le trou. Donc je suis tombée. C'est tout, expliqua-t-elle simplement. La goule devait déjà être à l'intérieur quand je suis tombée mais je ne l'ai remarqué qu'après coup.

Elle se tourna vers lui. Il avait pas l'air si terrifiant que ça. Et puis, se dire que c'était le frère d'Akira lui donnait nettement moins l'air méchant qu'il avait eu le matin.

- ... Merci de m'avoir sortie de là. Tu aurais pu passer ton chemin, alors je t'en suis reconnaissante.

Le garçon écouta enfainte pas du tout la jeune fille il avait les penser ailleurs, une goule quoi ?! UNE GOULE ?!? Qu'est ce qu'un démon mangeur de cadavre, d'enfant et suceur de sang foutait dans cette école sans colier !? Il cracha au sol il était completement sale, de la boue partout jusqu'a visage, il s'essuya comme un mal propre sur son uniforme. Pourtant il avait était trés bien eleve mais il repugnait quoi que se soit qui avait héritier.

- Genre j'allais laisser une pauvre fille se faire tuer comme l'année dernière ?! T'as une si mauvaise opinion de moi ?

Sur le coup il s'arrêta de parler en pensant a ce matin.. A cet épisode.

- Ah oui, je comprends pourquoi... J'en veux qu'Akira, personne d'autre. Et puis c'est pas comme si j'avais envie de le ridiculisé, c'est juste ( il s'arreta de nouveau) Pourquoi je te dis tout sa moi.

Il se redressa d'un coup étant légérement rouge, le froid peut être ? Ou les nerf simplement.

- Je suis dans un piteuse état ...

Neoko sursauta légèrement et le regarda en inclinant la tête. Comme … l'année dernière ? Une fille était morte l'année dernière, ici ? La brunette n'en savait rien. Mais … Maintenant qu'elle réfléchissait … Pourquoi … Pourquoi Zonbi savait … tout ça ? Les épreuves, tout ça … Certes, elle avait dû redoublé ou bien … Mais dans ce cas, les autres l'auraient reconnue … Inconsciemment, elle jeta un regard vers le trou et posa ses mains sur ses oreilles. Et si … Ces lamentations … Et si … La jeune fille sursauta à nouveau lorsque le garçon se redressa. Elle leva la tête vers lui puis la baissa vers son propre uniforme. Elle aussi, elle faisait peine à voir dans son uniforme. Elle amena sa manche sous son nez et renifla, avant de tirer une sale tête. Elle puait la charogne et … le vomis.

- Je ne suis pas dans un meilleur état … commenta-t-elle, toujours le regard baisé.

Puis, elle releva son regard vers Arika, inclinant doucement la tête. Il n'en voulait qu'à Akira, hein ? Histoire de famille sans doute … Ca lui faisait penser à Reiji. Un maigre sourire triste vint éclairer son visage.

- Tu es gentil, finalement, toi … murmura-t-elle.

Ca devait faire bizarre. Voir juste un sourire et pas les yeux. Arika tourna son regard vers la fillette en rigolant doucement, oui elle était bien pire que lui. Au moin sa lui décocha un sourire, bien qu'il regarda un peu bizarrement lorsqu'il sourit et, qu'il n'y avait pas de yeux, sa lui fasait penser a ses espece de gros parapluie a un pied.

- C'est toi qui le dit, je suis pas gentil pour un sous. Juste ... Loyal, et Héroïque, dit-il avec un air de triomphe, Bref la prochaine évite de te balader seule, sa évitera que tu tombe dans un trou. Bon une bonne douche s'impose.

Arika se mit a partir de coté en ayant de petite plainte "Pouah je pus pire qu'un Zombi, erk " Mais il s'arrêta au moment de passer le portail, se tournant vers la jeune fille.

- Tu devrais coupé cette franche et mettre des lentilles, sa te va pas le rôle de fantôme, les yeux violets c'est joli tu sais.

Arika disparut. Neoko eut un petit rire à la réaction du garçon. Il était amusant. C'était difficile que c'était le même garçon que ce matin, celui qui avait cherché des pous à son frère. Elle le suivit du regard, avec un petit sourire. Tous les autre n'étaient pas tous si méchants que ça. Il fallait juste tomber sur les bonnes personnes visiblement. Lorsqu'il se retourna pour commenter avant de disparaître, la jeune fille se figea. On lui avait toujours dit de cacher ses affreux yeux de monstres. C'était … la première fois qu'on lui faisait un compliment à propos d'eux. Elle prit une minuscule rougeur et fixa ses pieds. Il avait peut-être raison … Lorsqu'elle releva la tête pour le remercier, il avait disparu. La jeune fille se releva lentement et se mit à avancer vers sa propre salle commune, un maigre sourire aux lèvres. Ce n'était pas une si mauvaise journée que ça. Cependant, l'image des cadavres lui revint en tête. C'était troublant. Elle jeta un coup d'oeil derrière elle. Depuis la salle commune, on ne voyait pas le trou. Etrange. Neoko jeta un coup d'oeil aux alentours. Personne ? Est-ce qu'elle pouvait tenter de prendre une douche maintenant ? Ray leur avait plutôt conseiller d'être deux quand il fallait en prendre une et elle ne savait pas si Haibara avait reparlé aux garçons de leur étrange système d'heures paires et impaires. Elle vérifia une dernière fois avant de se tenter vers les douches.

- POUAH POUAH !! Pourquoi je lui ai dit, POURQUOI !

Ma douce voix de Zonbi qui revenait en douceur, en retirant des papiers de toilettes dans ses cheveux. Pourquoi elle avait encore fait la débile, ce Deamon il aurait pas pu faire autre chose que de lui collait un bon sac de toilette bien humide. C'était dégueulasse. Elle rrentra enfin dans la salle commune, avant de voir la jeune méduse. Aussi pieuse qu'elle, elle sourit en riant.

- Eh bien finalement je t'ai pas proteger si bien que sa, tu es tomber qui sur Arika ? Je l'ai vu sortir de la cours.

Neoko eut un petit sursaut et se retourna pour faire face à Zonbi. Elle aussi était dans un piteux d'état. Elle eut la vision du cadavre. Lentement, elle se mit à trembler de la tête aux pieds. Elle ne comprenait pas. Les mots de la Draug ne lui parvenaient pas, la vue se brouillait inutilement de larmes. Elle ne comprenait pas. Doucement, elle s'approcha de sa camarade de chambre.

- ... Zon ... bi ...

Elle la regarda de la tête aux pieds. Elle avait vu son cadavre, dans cette fosse mais ... Mais elle était devant elle ... Pourquoi ? Pourquoi ? Neoko releva la tête vers elle. Sa bouche s'ouvrit mais les mots ne sortirent pas. Elle voulait lui dire, lui demander. Mais une barrière l'en empêchait. Elle ne se força pas et essuya rapidement ses larmes, lui adressant un maigre sourire.

- N-Non. J'ai simplement glissé et j'ai hurlé ... Il m'a entendu et il est venu jeter un coup d'oeil. C'est tout.

Zonbi haussa doucement les épaules en entendant son nom, elle murmura un "oui"quelque peu perplexe. En la voyant tremblant elle s'imaginait déjà le pire. Arika était vraiment une ordure dans ses pensé qur le coup. mais a la vue de ton geste peut être pas. Enfin c'était brouillon.

- Crié ? POurquoi ? Qu... Ah non on va raconter le tout dans la douche, les dernire années sont encore en cours, on a une heure sous une douche bien chaude. Et je crois qu'on en a bien besoin, rit-elle doucement.

Neoko hocha doucement la tête avec un maigre sourire. Elle n'aimait pas mentir mais ... Elle ne pouvait pas dire à Zonbi qu'elle avait été tombée dans une fosse commune et qu'elle avait trébuché sur son cadavre avant de tomber nez-à-nez avec une goule et d'être sauvée in extremis par Arika. Ca faisait ... bizarre. Neoko secoua lentement la tête pour chasser la vraie version et tenta, au fur et à mesure qu'elles approchaient de la douche de trouver une autre version. Elle entra dans la douche et jeta un coup d'oeil à l'intérieur. C'était plutôt grand, mine de rien. Preuve que c'était des douches communes. Elle jeta un coup vers vers la droite, il y avait des miroirs et des lavabos. C'était bizarre. À travers ses mèches, elle voyait son propre reflet. Avec cette frange, on aurait dit un fantôme. Elle se détourna. Cadavre, fantôme ... C'était une journée morbide aujourd'hui. Zonbi s étira doucement en prenant juste un shampoing sur l'étagère, et la corbeille pour mettre ses habilles. Enfin elle fut libérer de tout ses fringues les uniformes étaient un peu trop pas pour elle, ele s'en alla dans la douceh avec un soupire de soulagemet avant de se tourner un peu vers Neoko pour la voir de ses yeux jaune.

- Alors raconte moi ceux qui c'est passé !

Neoko fit de même en prenant une corbeille pour mettre son uniforme. Elle se dévêtit lentement et mit le tout dedans. Elle se rendit compte à quel point la longueur de ses cheveux était ... incroyable. Sa frange lui tombait juste en dessous des yeux et ses cheveux les plus longs venaient lui chatouiller les cuisses. Elle ouvrit le jet d'eau et eut un petit frisson au contact de celle-ci, le temps qu'elle devienne chaude avant d'avoir un petit soupir de soulagement. Puis elle se tourna vers Zonbi.

- Ah, oui.

Elle prit le gel douche et commença à se savonner tout en racontant sa "version" des faits.

- Je suis rentrée dans la salle commune tout à l'heure. Et ... J'ai eu besoin d'aller dehors, je ne sais pas j'aime bien la cour. Et j'ai voulu jusqu'où elle s'étendait. Sauf que j'ai glissé parce que le sol devient vachement meuble et glissant au bout d'un moment. Donc j'ai fait un petit roulé-boulé et je suis tombée ... sur une toile d'araignée. Je déteste ces bestioles. Alors j'ai crié, forcément. Mais genre, le cri que tu entends bien de loin. Du coup, ça a attiré l'attention d'Arika qui était dans le coin. Il est venu me voir. J'ai dû lui paraître pitoyable.

Elle eut un petit rire pour ponctuer le tout. Elle n'aimait vraiment pas mentir. Zonbi se lava tranquillement pendant ton recit, avant de tourner la tête. Simplement une araigné, pourtant il était aussi dans un sale état. Il puait aussi une sale odeur. Zonbi se promit de jamais aller vers la cours. D'ailleurs..

- Voilà, je pensais déjà qu'il y avait des truc. En tout cas je me demande ce qu'il foutait dans notre cours, pas qu'il a pas accés bien sur mais bon on nous évite comme la peste. Je l'ai bien remarquer, Deamona pas vraiment appreçiait que je te sauve la mise, j'ai une le droit a un bain d'oeuf, et un petit peu de toilette, ils sont vraiment des gamins puissance dix ~ Alalala cette année va être l'horreur, j'aimais bien mon école. Hum ? bas qu'est ce que t'as a regarder dans le miroir ? Tu t'es fait piquer ?

Neoko fixait le miroir en se remémorant la phrase d'Arika. Ses yeux, hein ? Elle se regardait, à travers le miroir. Elle avait peur. Elle se tourna vers Zonbi et secoua doucement la tête.

- Non, non ! Ce n'est rien. Je me demandais juste ... si ce n'était pas dérangeant ... de ne pas voir mes yeux, fit-elle avant de se savonner les cheveux.

Non pas que la remarque d'Arika fut pertinente mais c'était la première fois que quelqu'un remarquait vraiment d'une, la couleur de ses yeux et de deux, faisait un compliment dessus. Bon, certes, un peu détourné, mais ça restait un quand même. Elle adressa un sourire à Zonbi.

- Tu n'as vraiment pas eu de chance. Encore merci pour tout à l'heure.

Zonbi se rinça en faisant des barbondage, elle devait vraiment adorer l'eau elle secooua sa tignasse en reculant, allant s'essuyant les cheveux.

- tes yeux ? Sa serait pas mal de les voir effecitment, je sais jamais si je te fait rire, ou plutot que je t'enuie défois, donc je me tais le plus souvent. Mais comme le dit, les yeux sont le reflet de l'âme, si on voit les yeux on peu reconnaitre une personne. Je me mende de quel couleur son tes iris aussi.  Sa serait bien , mais bon si tu n'aime pas, pas la peine de te forcer, tu es aussi trés mignonne comme ça on a toujours envie de te serre contre nous !, dit-elle en riant.


Neoko fixa ses pieds et se savonna plus fermement les cheveux. Leur longueur était assez impressionnante mais cela lui donnait un côté nettement plus enfantin. Elle se plaça sous le jet d'eau et coula son regard, derrière son rideau de cheveux, vers sa camarade de chambre. Le reflet de l'âme, hein ? Elle baissa à nouveau les yeux en se mordant la lèvre.

- Tu ne m'ennuies jamais. Tu es très amusante, ce serait plutôt à moi de penser que je suis ennuyante ... Et ... Je ne suis pas mignonne ... marmonna-t-elle, gênée avant de jeter un coup d'oeil vers la porte de la douche. Tu crois que je devrais m'expliquer avec Ray ? Je n'étais pas pour à la base, mais je ne veux pas que ça ruine l'ambiance de la classe ...
- Je ne pense pas qu'il faut lui dire. On garder sa pour nous. Je pense que Deamon va se lasser de nous. Ils se sont bien lassé d'Akira, ils se laisseront de petites filles comme nous, tant qu'on ... (Elle morda sa levres et soupira) Tant qu'on fait rien...

Elle n'aimait pas vraiment pas du tout faire ce genre de chose, mais comment tenir tête a un démon froid. Mais bon s'était comme sa qu'il fallait faire. Neoko se mordit l'intérieur de la joue. Elle verrait bien avec l'humeur de Ray lorsqu'il rentrera. S'il est de nouveau de bonne humeur, ce qu'elle doutait, elle ne dirait rien. Si c'était l'inverse, elle aviserait. Après tout, ça la concernait elle. Bon, aussi Zonbi, un peu du coup, vu qu'il risquait peut-être de s'en prendre à elle, à nouveau. Elle aurait préféré que cela n'arrive pas. Elle ferma l'eau et prit une serviette, s'essuyant les cheveux.

- Je sais pas si je ne ferai rien. La preuve, j'ai pensé à voix haute ce matin. Ce genre de réaction, je ne peux pas m'en empêcher ... La vérité était tellement grosse qu'elle avait envie de sortir, marmonna-t-elle.
- C'est trés bien ce que tu as fait ! Je suis en respect devant toi ! Mais sur le coup je m'attendait pas du tout. Mais si tu veux te battre contre lui, je suis ton homme ! Enfin ta femme ... non sa sonne bzarre, rit-elle, m'en fin tu comprends. On va le battre a son propre jeu. J'étais championne. Je pense qu'on pourra trouvé des alliés. Enfin si tu veux te battre bien sur.
- Disons qu'à l'orphelinat où je suis, j'ai l'habitude de supporter ce genre de réaction. Au début, je ne faisais rien mais avec le temps, j'ai appris à renvoyer les mots. 'Fin, à trouver des vérités qui les tenaient éloignées. La plupart du temps, ça les refroidissait donc ils ne faisaient rien de plus mais j'ai eu des cas où ils se sont venger, expliqua-t-elle tout en s'essuyant. Je ne sais pas si je pourrais me battre seule. Mais avec toi, pourquoi pas.

Elle accompagna le tout d'un petit sourire. Zonbi sourit de tout ses dent blanches malgré son état de morte.

- T'inquiète je suis la pire des gaffeuse, on va lui faire voir des verte et des bonne farce. On devrait établire des plans et tout. On va pas se laissait faire. Deamon a toruvés les mauvaise adversaires. Aprés une bonne nui de someille on pourra trouver de nouvelle chose, mais on devra rester de plus en plus souvent a deux. Et pas un mot au autres. Tant qu'on voit que sa tourne pas en cacahuété. Sa sera une première que les instables vont se révolter ~ J'ai hâte.

Neoko eut un petit sourire mais tilta à la fin de sa phrase. Une première hein. Sa bouche se tordit un peu tandis qu'elle se tournait vers elle.

- Dis, Zonbi ... commença-t-elle.

... "Tu était ici l'année dernière ?" C'était ce qu'elle voulait demander. Mais un sourire lui fit dire complètement autre chose.

- ... Tu penses vraiment que ça peut marcher ? demanda-t-elle alors en se mordant la joue intérieure.
- Oui ?

Zonbi était entrain de se rhabillé avant de s'arreter en faisant mine de réfléchirt.

- Oui ! Je sais pas j'ai l'impression que cette année n'est pas dans les normes, avec toi tout a l'air magique. Je sais pas peut être des truc completement idiot. mais cette année va être mouvementé, et tu es celle qui allumé la flamme, dit-elle doucement.

Neoko inclina la tête et l'écoutant en entreprenant de se rhabiller, elle aussi, une fois séchée comme il faut. Avec elle, hein ? Ca l'a gêné. Après tout, elle n'avait rien de particulier ou de plus que les autres, juste, une façon de penser un peu ... particulière, peut-être ? Elle se contenta d'opiner d'un signe de tête.

- Tu as probablement raison ... Oh, ils vont bientôt revenir, on devrait se dépêcher.

Zonbi eut un magnifique sourire conflait de fierté, elle aimait bien es compliment, et encore plus le fait qu'on lui donne raison. Elle hocha la tête en enfilant son pijama, un simple short au motif écossais de couleur bleu, avec un grand sweat noir qui lui faisait presque une tunique. neoko n'était pas la seule a aimer les long truc. Elle alla vers la salle commune en s'installant sur le canape avant d'adresser un signe de bienvenue.

- Bon retour, s'exclama-t-elle

Elle arracha un petit air étonné a Ray, ils avaient tous l'air d'être trés solidaire, mais sa devait faire un moment qu'on leur avait pas dit ce genre de chose. Ray sourit chaleureusement.

- Nous somme de retour, murmura-t-il a peine.

Neoko s'habilla simplement dans une tenue plus ample. Un long pull aux manches trois fois trop grandes pour elle avec une sorte de legging. Avant de sortir de la salle de bain, elle jeta un coup d'oeil dans le miroir une dernière. Puis, vérifiant que Zonbi était déjà partie, elle passa sa main sous sa frange et la releva, pour voir ses yeux. Ses petits yeux violets. Elle eut un soupir et laissa retomber sa frange. Elle finit par sortir de la salle de bain et voyant qu'ils étaient tous arrivés, leur adressa un maigre signe de la main. Haibara leur sourit.

- Aaaaah, vous êtes trop mignonnes toutes les deux ! Oh, vous vous êtes déjà douchées ? J'ai oublié de reparler du système aux garçons. Dites, vous vous souvenez du système de l'année dernière pour les douches ? Ce serait peut-être plus simple de le remettre en place, non ? Surtout qu'elles ont dû profiter du fait qu'on soit pas là donc ...

Durant le discours d'Haibara, Neoko coula son regard vers Ray. Il avait l'air de meilleure humeur qu'après qu'elles aient quitté la table. Elle sortit simplement dans la cour pour aller s'installer sur le banc. Il y avait pas à dire. Elle préférait nettement cet endroit.

- Oooh, ton système chiant avec les heures là ? On s'était trompé plus d'une fois avec ça au début, commenta Akira avec un sourire narquois.
- Au moins j'avais une idée, MOI.

Zonbi manqua de s'étouffait en entendant que d'Akira que les garçons se avaient l'air de se tromper trés souvent.

- Comment sa vous vous êtes trompé ?

Ray parut géné, il regarda Neoko quitta la salle avant de repondre a Zonbi.

- Disons que j'étais le premier instable avec Fubuki, il y avait personne d'autre alors quand Haibara était aprés la première fille, sa était un peu dure. Je n'avais pas vraiment remarqué. Mais disons que j'ai rien manqué,dit-il en faisant un clin doeil a sa cadet. Je reviens.

Zonbi tourna les yeux rond vers Haibara.

- Genre ... il ... ils t'ont vu ...

Les mots mourrurent dans la bouche de Zonbi. Ray arriva en douceur dans la cours. Déposant doucement sa veste sur les jambe de la jeune fille.

- On est peut être pas en automne mais septembre et encore un peu frais jeune fille.

Haibara prit une teinte rouge en traitant son ainé de pervers avant de se tourner vers Zonbi en s'agitant dans tous les sens.

- JUSTE DE DOS. JUSTE DE DOS. Et g-genre c-cinq secondes ... Je lui ai balancé ma serviette à la tête, tellement j'ai eu peur !
- On l'a entendu hurlé dans touuute l'école. ~
- FERME-LA, IDIOT ! répliqua la violette en tentant de le frapper.

Neoko fixait l'horizon. On ne voyait pas le trou. Elle commença à se demander à combien de mètres il se situait. Elle se perdit dans ses pensées, fronçant les sourcils. Elle eut un léger sursaut en sentant la veste de Ray et leva la tête vers lui. Elle l'inclina avec un maigre sourire.

- Je n'avais pas remarqué, avoua-t-elle.

Zonbi rit doucement, heureusement que c'était que la première années, le coprs féminin n'était aussi différent du corps masculin. Zonbi n'avait même pas la pointrine qui poussait, mais bon Haibara était tellement féminine.

- Je t'avais aussi dit une autre régle ne sort pas seul le soir surtout. Tu aimes bien la cours a ce que je vois, je te trouve tout le temps ici.

Ray s'était installer a coter de toi, en renversant sa tête en arrière, lui préféré observer le ciel plutot que l'horizon qui lui seùblait semblable a une prison. Neoko le regarda. Si elle sortait dehors, le soir, c'était pour être seule. Enfin, pas si seule, puisque finalement, il finissait par la rejoindre. Elle leva alors la tête vers le ciel.

- Désolée. Tu as dû remarqué que je n'en faisais qu'à ma tête, commenta-t-elle avec un maigre sourire avant de baisser à nouveau son regard vers l'horizon. C'est parce qu'elle est calme. Certes, à manque de végétation mais ... C'est reposant d'être là. C'est comme si le temps s'arrêtait.

Elle tilta alors que cette impression lui rappelait cet étrange pouvoir qu'elle avait de figer les choses. Elle n'aimait pas ce pouvoir. Vraiment pas.

- Ce n'est pas grave Akira et Haibara aussi sont passé par là. Seul fubuki ne me pose aucun probleme, c'est un type assez discret, il ne s'interesse qu'a sa guitare. Hum ? Le temps s'arrête, oui l'horizon est la même, c'est pour sa que je préféré regarder le ciel. Alors les cours sont plutot interessant ? Tu arrives a t'intégrer ?
- Les cours sont ... étranges mais intéressant. On a une palette de professeurs très différents mais ils sont ... originaux. Surtout Ignace, il est bizarre, commenta-t-elle. Quant à l'intégration, je parlais plus de l'inverse. Les gens ne jugent presque qu'à la maison. J'ai même été rejettée ouvertement par mon frère jumeau quand j'ai voulu lui parler. Zonbi dit que c'est mieux qu'il agisse ainsi pour sa propre sécurité.

Un maigre sourire triste avait pris place sur le visage de Neoko. Reiji s'était montré plus froid que jamais. Elle continua de fixer l'horizon, reprenant sans même attendre de réaction.

- Mais je m'y étais attendue. Akira et son frère aussi ne sont pas en très bons termes. Enfin, je suppose que c'est plus familial pour eux.

Ray hocha doucement la tpete en t'écoutant parler.

- Oui, Ignace, il est plutot étrange pour une goule. Il est un peu shooter, je crois quil doit un peu trop trainer en faced des cimetière, mais l'année dernière Tobin, un draug la chassé. Ah oui Akira et Arika, oui trés, ils ont tous les deux étaient déshérité. L'un parce qu'il a été attirer par un paria, et l'autre parce .. hum .. apparament il serait gay ? Je sais pas le quel et qui, mais depuis le directeur et sa femme on fait une floppé de lapin, Il me semble qu'il sont 6 frére et soeur. Donc 2 pair de jumeaux. C'est assez compliqué.

Neoko se figea à l'évocation de la nature de son professeur de Métamorphoses. Une ... goule ? Comme celle qui l'avait attaqué dans la fosse ? Est-ce que cela se pourrait que ce soit ... la même personne ? Non, pas moyen. De plus, même Arika n'avait pas tilter à cela alors ... Non, elle n'allait accusé un professeur d'avoir manqué de la manger in extremis juste ... Parce que c'était une goule. Et Ignace ne semblait pas avoir l'air méchant, bien au contraire. Lorsque Neoko sortit de ses pensées, elle ne comprit que la fin de la réponse de Ray. Elle lui adressa un maigre sourire.

- Oui, ça m'en a tout l'air ... commenta-t-elle d'une petite voix. Mais bon ... Quelle famille ne l'est pas, hn ?
- Peut être plein, je ene me rapelle pas de la mienne, mais je doute qu'elle soit aussi compliqué que la leur. Je dois être le seul instable a ne pas se souvenir de son passé, avec Zonbi bien sur.

Ray sourit doucement c'était peut être mieux ainsi. Il avait des souvenirs dououreux en lui mais rien de plus. Ils ne savait même pas si il avait eux ne serait qu'une famille ...Il tourna son regard vers la montre de son poigné.

- On devrais rentrer le froid te fait légérement trembler

Neoko fixait l'horizon. La sienne était spéciale ... Comment dire ... Elle et Reiji n'étaient pas vraiment jumeaux, ni même frères ou soeurs. C'était ... compliqué. Elle ne savait pas vraiment si c'était le froid ou la peur qui la faisait trembler. Elle se mordit la lèvre inférieure.

- Dis, Ray ...

Elle voulait demander pour la fosse commune, pour la goule, pour le cadavre de Zonbi, juste au moins savoir s'il était au courant de quelque chose. Mais sa voix se brisa et à la place, comme auparavant, elle transforma sa question.

- ... C'est si dérangeant que ça, de ne pas voir mes yeux ? demanda-t-elle avec un sourire maladroit.

Ray tourna son regard vers elle, alors qu'il se relevait doucement pour partir il s'arreta dans son élan en réfléchissant.

- personnelement je vois tes yeux, aprés tout je suis un Shinigami, je vois l'âme des gens. je vois tes iris violette.  Ce n'est pas dérangeant, mais c'est plus convenable certe. mais on t'oblige en rien. Si tu aime avoir cette longue franche tu peux garder, Tu es adorable comme tu es.

Neoko inclina la tête. Elle en apprenait un peu plus sur les autres créatures de jour en jour. Elle joua nerveusement avec sa frange en écoutant Ray. Puis finalement, elle hocha lentement la tête avant de détourner le regard en se relevant.

- Je ne suis pas adorable, marmonna-t-elle d'une petite voix en se dirigeant vers l'intérieur, gênée.

Ray sourit simplement avant d'aller a sa suite. Fin de journée. L'heure était looooongue. Bon sang. C'était long, c'est ennuyant. Neoko fixait la fenêtre, complètement ailleurs. Cette heure avec Ignace s'avérait être, absolument, absolument ennuyante. Les discours du professeur était ... Il y avait pas assez d'adjectifs synonymes du mot "ennui" pour le qualifier. Lorsque la fin de l'heure finit, elle souffla un grand coup. Franchement, elle était contente que cette heure se finisse, quand elle était dans ce cours, elle avait l'impression que le temps ralentissait jusqu'à ce qu'une seconde soit égale à un jour. Elle se releva lentement en s'étirant et jeta un coup d'oeil à son emploi du temps. Elle avait une heure de libre. Ca aurait été une bonne chose que pouvoir faire des recherches sur la fosse commune ou cette goule. Elle se tourna vers Zonbi.

- Ne m'attends pas, je vais aller à la bibliothèque ! siffla-t-elle avant de s'approche d'Ignace. Eh ... Ignace, il faudrait que j'aille à la bibliothèque ...

Ignace la regarda avec son air shooté, avec une petite mine "Ooooh" en hochant lentement la tête. Il se tourna vers le couloir où il vit un de ses collège passé.

- Xiaaaaaan-kuuuuuuun ... 'Eoko voudrait aller à la bibliothèque ... Tu peux la surveiller, j'ai couuurs ... Et je dois leur apprendre à être peeeeace ...

Neoko se tourna vers l'autre professeur avec un petit sourire gauche. Elle aurait préféré être seule pour être la bibliothèque mais ... Mais avec ce prof, c'était presque la même chose, plus ou moins. Zonbi s'étira telle un petit chaton ayant fini de jouer avec sa pelotte de laine, avant de faire craquer le peu d'articulation qui lui restait. Les cours ne lavait pas du fait amélioré au contraire elle avait l'air encore plus draug qu'elle l'étais, elle leva son regard vers la franche de Neoko, avant de soupirer doucement, mais au moins a la bibliothéque elle serait avec un prof, et le démon des glace n'était pas du genre intello.

- D'accord, mais essaye de chipper quelqu'un pour t'accompagnait quand tu retourne dans les dortoir, même si c'est un prof. Aller bonne aprés midi, dit la rouquine en souriant avant de suivre le moument.

Xian Chen était certainement pas le pire des pire, mais disons que s'endormirent en plein cours, et laisser les éleves lires le livres, pour ensuite faire des dissertation surprise. C'était pas vraiment le plus cool. Mais il parassait que ce grand perosnnage de plus de deux mètre, étant enfainte un Phenix, et qu'il arrivaait a son terme. Enfin des rumes bien sur. Il tourna son regard bicolore vers la jeune fille avant d'hocher la tête sans bruit, il dévia sa trajectoire pour aller vers la bibliothéque. Neoko eut un petit sourire et se mit à suivre le professeur. Elle se demandait ce qu'elle pourrait bien trouver à la bibliothèque. Déjà, elle espérait qu'elle soit vide, ce qui serait une bonne chose. En effet, en entrant à l'intérieur, le lieu était désert. C'était bien, ça. Elle jeta un coup d'oeil vers son professeur et se dirigea vers les étagères. Elle ne savait pas vraiment quoi chercher. La brune se laissa guider vers la section qui parlait de l'histoire de l'école. Ce n'était pas vraiment ce qu'elle cherchait, surtout que la plupart des livres comme ça relataient de rumeurs et de légendes. Encore que ... Elle en prit un épais pour être sûre de ne pas avoir à faire trop d'aller et retour entre les sections avant d'aller s'installer sur le table. Elle jeta un rapide coup d'oeil au sommaire. Ca allait qu'elle lisait vite. Elle commença à lire en diagonale le début du livre, passa plusieurs chapitres ennuyants et ne trouva absolument rien au sujet d'une fosse commune cachée. Quant aux créatures soies disantes cachées, elle ne mentionnait pas de goules. Elle eut un soupir et jeta un coup d'oeil vers le prof. Le professeur c'était laisser tranquillement aller sur une table, il avait la tête qui reposait sur un sommet de livre, alors que ses bras croisé faisait office de coussin. A parament tu l'avais déranger pour une de ses sieste. Quelle dommage pour toi. En tout cas tu étais plutot libre de tes mouvements. Il ne remarquerai rien du tout. Neoko se leva et partit ranger le livre. Non, ce n'était vraiment pas ça ce qu'elle voulait. Ca aurait été mieux si elle avait accès aux archives, juste pour avoir au moins, une direction de recherche. Elle jeta un coup d'oeil vers la porte de la réserve. Est-ce qu'il y en avait dedans ? Sans doute. Après un rapide coup d'oeil vers son professeur endormi, elle se glissa lentement vers la réserve. La porte était ouverte. Ils devaient faire sacrément confiance aux gens. Elle se glissa à l'intérieur et referma la porte derrière elle. C'était poussiéreux. Quasiment personne ne devait venir ici. Elle entreprit alors ses recherches dans les archives. Elle dut éplucher au moins une bonne trentaine de résumés au fil des années avant de tomber sur les registres des élèves. Des noms, sans aucune importance. Jusqu'à ce qu'à ce qu'elle en voit de barrer. Elle haussa un sourcil. C'était étrange de barrer des noms. La brunette prit une feuille et commença à recopier les noms ainsi que les années où les élèves avaient été barrés, histoire de chercher plus loin. Elle remonta ainsi jusqu'à l'année passée. Il y avait eu, pour une année, jusqu'à dix élèves barrés. C'était effrayant. Elle parcourut rapidement le registre de l'année précédente et son regard s'arrêta sur le seul nom barré.

- ... Zonbi ...

Elle fronça les sourcils et le nota. C'était de plus en plus bizarre. Elle mit les registres de côté et s'attaqua aux journaux, en reprenant uniquement ceux des années avec les noms barrés. Des disparitions, des meutres ... Rien qui ne concernait l'école. Elle se reporta sur les noms. C'était tous des instables. Pourquoi et comment avait-il disparu ... ? Elle se souvint alors d'une phrase d'Arika, lorsqu'il l'avait sauvé de la goule. Il n'avait pas voulu qu'une autre jeune fille meurt comme l'année dernière ... Et pourtant ... Si on suivait la logique, c'était Zonbi, la morte de l'année dernière alors pourquoi avait-il été étonnée de la voir ainsi dans la fosse commune ? Il fallait qu'elle parle à Arika, qu'il lui dise ce qu'elle savait. Elle glissa la feuille à l'intérieur d'une de ses poches et sortit lentement de la réserve. Elle se tourna vers le prof. Toujours endormi ? Neoko avisa la sortie de la bibliothèque. Zonbi lui avait dit de ne rentrer que si elle était accompagnée. Tant pis. Sans prévenir, elle sortit de la bibliothèque pour se mettre à la recherche d'Arika. Xian Chen n'avait pas bouger d'un poil, alors que le jeune Arika trainait tranquillement avec ses amis. Entrain de rire simplement, mais ce n'était pas les même amis qui avait voulu du mal a Neoko, pas de Deamon dans le coin. Arika était de nouveau aussi propre qu'un polissons, il avait pas l'air d'éveiller des soupçon hier. Aprés tout il devait être un type turbulent, voir un peu trop casse cou. Au bout de quelque minute il s'éloigna de son groupe d'amis en allant vers un couloir isolé. Neoko rasait un peu les murs en regardant les alentours. Chercher quelqu'un et faire attention à soi en même temps, c'était un peu chaud. Elle finit par entendre des éclats de voix et se stoppa. À cause de l'écho, elle ne les reconnaissait pas spécialement. Elle continua de marcher en rasant les murs. Comment est-ce qu'elle allait trouver Arika, au fait ? Elle s'arrêta au bout milieu d'un couloir. Elle ne savait même pas où il se trouvait. Elle s'adossa au mur en réfléchissant. Peut-être même qu'il était en cours actuellement ... C'était plus qu'ennuyant cette situation. Les yeux fixés au sol, elle ne le voyait même pas arrivé. Arika était quelqu'un ayant un surire radieu, la tête haut. Mais bon quand il vit un amas de chemin en plein milieu du chemin, Il devint aussi blanc qu'un linge, et pris la jeune fille comme un sac de patate avant d'ouvrire la porte du placard a ballais derrière elle, et de la lancer doucement de deans et de rentrer a son tour en refermant la porte.

- Mais qu'est ce que tu fais ici ?!

Neoko se mordait la joue intérieure. C'était ennuyant de ne pas savoir où chercher. Elle entendit les bruits de pas venir vers elle, elle redressa lentement la tête et ... se fit prendre comme un vulgaire sac à patate pour se faire lancer dans un placard à balais. Si vous voulez une ambiance plus proche, vous pouvez pas trouver mieux qu'un placard à balais. Elle se massa l'arrière du crâne en grimaçant et se redressa lentement pour s'asseoir histoire de ne pas se flinguer le dos en restant dans une position ... Position de quelqu'un qui vient de se faire lancer quoi. Elle leva la tête vers lui et l'inclina.

- J'ai une heure de libre, fit-elle simplement.
- Sa j'avais remarquer, mais ou est ton garde du corps ?.. L'espece de fille sur exité.. Le zombie ? Tu dois faire attention, certe tu trouve pas démon dans son quoi du chateau mais comme même . je pensais que tu voulais vivre, pourquoi tu va vers l'aile des elémentaire ?

- Zonbi ? Oh, je lui ai demandé de ne pas m'attendre, j'ai été faire des recherches à la bibliothèque, expliqua-t-elle simplement. En fait, je te cherchais mais je dois avouer que je ne savais absolument pas où te chercher.

Neoko lui adressa un petit sourire gauche. Malgré que les gens faisaient attention à sa propre sécurité, par moments, ça semblait juste lui passer au-dessus de la tête. Arika arqua un sourcil alors que tu disait que tu le chercherais ? Il se liaissa s'addosser contre la porte. Il avait pas du tout la classe d'Akira, loin de là, il pourrait faire faiclement passer pour un délinquant, sa chemise completement sortie, ses cheveux en bétailn sa pierre quand a lui était inscruster dans sa gorge, une étoile a 4 branche semblable a celle des instables sauf que le changement de couleur parassait bon, pas néfaste comme la tienne. Il portant l'insigne des Yokai. Neoko finit par arrêter de sourire et leva la tête vers lui, avec un air un peu plus sérieux. C'est marrant, elle n'avait pas peur de lui demander à lui.

- Quand tu m'as sauvé hier. Tu as dit que tu ne voulais pas laisser quelqu'un d'autre mourir. Pourquoi ? Il y a déjà eu des morts ici ? demanda-t-elle simplement.

Arika s'assombrit doucement a l'évocation du douloureux souvenir quil lui revint en plein face. Il secoua doucement la tête.

- L'année dernière quelqu'un est morte, elle était humaine, et dans les instables, sa faisait longtemps qu'il y avait plus eut. Depuis plusieurs années tout les humains qui se retrouvaient dans les instables décédaient quelques semaines plus tard à cause du choque de pouvoir le plus longtemps, sa faisait bien plus de 10 ans qu'il y avait rien eut ... Et la elle a débarqué, et elle est morte. Je ne sais pas la raison.

Neoko l'écouta attentivement. Il lui confirmait juste ce qu'elle avait trouvé. Elle sortit la feuille de sa poche mais avant de lui donner, ne put s'empêcher d'une autre question.

- Tu ne te souviens pas de son nom, des fois ? demanda-t-elle.
- Euh .. A...Amali ... Amelie un truc dans le genre il me semble, je me souviens pas ... Même pas de son visage ...

Arika tourna légérement le dos, il était en colère pour une certain chose, alors qu'il passait sa main dans les cheveux, avec un petit recul, on pouvait se douter que tout les souvenirs de cette disparition ont été retirer au des mémoirsdes élèves. Neoko sortit simplement la feuille de sa poche et la tendit vers lui. C'était bizarre. Les mémoires avaient été alternées. Elle se doutait que si elle demandaient aux autres, elle n'en tirerait rien.

- Regarde le dernier nom, fit-elle simplement.

Neoko le regarda et observa sa réaction. Elle avait vu juste. Elle baissa la feuille pour regarder à nouveau ce qu'elle avait écrit dessus, hochant doucement la tête.

- C'est la même personne. C'est exactement les mêmes ... Mais ce qui m'étonne ... C'est les réactions de début d'année. Si elle était présente l'année dernière, dans les instables ... Pourquoi personne ne s'en est souvenu ? Surtout que tu te souviens qu'il y a eu une mort l'année dernière, questionna-t-elle. J'ai été fouillé dans les archives de la réserve. Il y avait le registre des élèves avec des noms barrés. Tous des instables. Je suppose que ça doit avoir un lien avec les corps dans la fosse.
- Pause, pause, attends tu sais que ton amie est une Draug n'est ce pas, dit-il en la coupant, les Draug sont des cadavres ambulant, et on est ... on a vu son cadavre dans cette fosse.. Ce.. Ce n'est pas possible... Imossible même

Arika était buté sur le cadavre qu'il avait vu dans la fausse, il n'avait pas étocouté toute ta tyrade, mais soupira doucement en se laissant glisser contre la porte.

- Elle est morte, elle ne peu.. elle ne peut pas être a deux endroit a la fois. C'est pas normal, je ne sais pas, c'est flou, je supose qui ont fait sda parce .. parce que c'était choquant, et il ne voulait pas perdre d'éleve.

Neoko garda les yeux sur la liste, épluchant lentement les noms et les années. Elle tendait de chercher un lien entre tous ces morts, entre toutes ces dates, entre tous ces instables. Elle redressa sa tête en se tournant vers toi.

- Soeur jumelle ? Clone ? Il peut y avoir pleins d'hypothèses, tu sais.

Elle froissa la feuille et la remit à l'intérieur de sa poche. Ne pas comprendre l'agacée. Elle expira longuement.

- Peut-être qu'en retournant dans la fosse, il y aurait plus d'indices, proposa-t-elle. Il y a aussi cette goule qui m'intrigue. Je me demande ... si elle a un lien avec tous ces morts ...

Arika secoua la sa tête, Amelia qui était morte n'avait .. qu'un petite frére, et le clonage ? Pourquoi faire ? Elle serait revenu sous la forme d'un draug, puisqu'elle avait était mordu, ou peut être que c'était un mensonge sa aussi. Il se prit la tête dans ses mains, pourquoi tout sa, pourquoi cette année, il redressa la tête. D'un air surpris.

- T... Tu veux y retourner ? Alors qu'.. que t'a failli mourir ? La goule ne sert que de poubelle, elle effacer les preuve d'assassinat d'aprés les légends, ont dit qu'elle garde aussi les portes des enfers... mais bon ... Les enfers, c'est par les chiens, non ?

Neoko inclina lentement la tête sur le côté, prenant un instant pour réfléchir avant de hocher lentement la tête en direction d'Arika.

- Bien sûr. Avant que tu ne te demandes, je ne suis pas suicidaire juste curieuse, fit-elle en regardant le plagfond du placard. Garder les Enfers, hein ? Je ne sais pas, je me suis toujours dis que chacun est son propre enfer, alors bon. Qu'il soit gardé par une goule ou un chien, je m'en fiche un peu ...
- Tout ceux qui en rapport avec les goule, faudrait demander a Ignace, il est une goule, il pourrait te dire. Sa évitera d'aller dans la fosse. Et sa t"évitera de mourir, même si c'est la curiosité, c'est dangereux tout de même.

Neoko plissa les yeux en fixant le plafond.

- Non. Je n'irai pas lui demander. Si cette fosse existe, quelqu'un est forcément au courant. Le directeur, sûr. Alors pourquoi pas les profs ? marmonna-t-elle avant de le regarder avec un maigre. Je me suis déjà frottée à un Yuki-Oto, alors tu peux parler pour la dangerosité.
- Tu t'es pas encore frotter a lui, il est a peine entrain de s'amuser avec la Draug. Il ne t'a pas encore toucher, et entre la goule et le démon des neige, je rpéfére largement la goule. Bon tu veux y aller quand dans cet fosse, dit-il avec un air de vaincu.

Neoko le regarda du coin de l'oeil. Elle espérait intérieurement que rien de grave n'arrive à Zonbi. Et en même temps, elle atendait le jour où Deamon finirait pas s'en prendre à elle, juste pour savoir ce qu'il lui réservait. Elle plissa les yeux avant de se redresser un peu, surprise par la question.

- Je ne sais pas ... Après le couvre-feu ? Entre midi ? Je ne sais pas. Après le couvre-feu, y'a un risque de se faire découvrir si jamais je fais trop de bruit en revenant ... Mais entre midi, les gens ont tendance à traîner dans les salles communes et j'ai pas envie que quelqu'un me voit m'éloigner ...
- En gros tes pas décider ? Tu sais faire semblant de te sentir mal ? On aura juste besoin d'aller a l'infirmerie pour faire genre, Kiojin ne fait pas attention a nous tant qu'on reste "calme" de tout façon il est prof de sport, donc il sera occupé tout l'aprés midi. On aura le temps non ? Ou t'a un trou pendant cette aprés midi ?
- Faire semblant de me sentir mal ?

Neoko prit un instan tpour réfléchir. À l'orphelinat, elle avait souvent fait ça pour éviter d'être avec les autres enfants. Elle hocha lentement la tête.

- Je simule assez bien les maux de têtes et autres vertiges dans le genre, avoua-t-elle. Et puis, je n'ai pas de trous de la journée en dehors de celui-ci. Donc je veux bien jouer le jeu.
- Bon voila qui est reglé. Sur ceux bon repos je suppose. Et ne t'approche pas d'ici, je viendrais moi même dans la cours des instable. C'est ok ? Ou tu as quelque chose d'autre a dire ?

Arika s'étatnt lever, il s'arrangea un peu comme si son apprence était importante. Il posa la main sur la poignet. Neoko le suivit du regard et se releva lentement à son tour. Elle fit mine de réfléchir avant de lui sourire gentimment.

- Encore merci pour hier, fit-elle simplement.
- Plus la peine de dire merci, c'est agaçant, dit-il

Il ouvrit la porte, son visage avait virer a un rouge pale, alors qu'il se grattait la joue, regardant a droite et a gauche avant de dire qu'il n'y avait personne, il se mit aussitot a faire un signe avant de se diriger vers son dortoir. Neoko lui fit un petit signe en souriant et reprit le chemin en sens inverse. Elle se demandait si Xian Chen dormait toujours dans la bibliothèque. Elle ne risqua pas à jeter un coup d'oeil. Elle tourna son regard vers une fenêtre, fixant l'horizon comme si elle cherchait à discerner le trou au loin. Elle inspira. Parfois, elle se demandait elle-même si ce n'était pas une curiosité malsaine dont elle faisait preuve. La brune s'approcha lentement de la fenêtre et soupira. Puis elle s'en détourna. Elle se souvint de ce que Zonbi lui avait dit pour revenir et accéléra un peu le pas, histoire de ne pas faire une mauvaise rencontre. Arika avait les cheveux encore plus entre-melé que lors des quelques fois ou on pouvait le voir, il avait des cerne sous les yeux, et quelque trace blanche sur le visage. Arika était un as pour ce genre de comédie, il se souvenait qu'ave son frére, il échangeait même leur place en classe, pour que chacun e va en cour qu'une fois sur deux. Il suffisait de cacher leur cheveux et la maitresse ne voyait jamais rien. Il seocua la tête en retirant tout ses souvenirs, c'était passé, passé. Il tournait en rond autour de l'arbre foudroyé depuis une bonne demi-heure.

- Qu'est ce qu'elle fou ?

Neoko était en retard. Elle le savait. Elle était actuellement en train de courir dans un labyrinthe de couloirs. Elle avait dû faire quelques détours pour éviter de tomber sur des gens de sa classe dont elle commençait à connaître à peu près les horaires. Elle dérappa, se redressa et finit par sortir pour rejoindre le garçon au point de rendez-vous. Lorsqu'elle l'aperçut, elle accéléra et arriva en dérappant quelque peu, essouflée.

- Désolée du retard ! J'ai dû éviter certains couloirs et ça a allongé mon trajet habituel, articula-t-elle en reprenant son souffle.
- Enfin c'est pas trop tôt ! Oui, oui pas la peine de d'excuser maintenant, ceux qui arriver, et arriver.

Il se mit aussitot a marcher vers la fausse commune, enfin du moin la ou il avait vu la dernière fois, il avait un sac a dos. Il respira lentement en entendant tout ses merveilleurs souvenirs de la veielle. Il tourna le regard vers toi, pas vraiment l'envie d'y replonger.

- Tu veux vraiment y retourner ?

Neoko reprenait lentement son souffle en marchant à sa suite. Au fur et à mesure des pas, elle entendait à nouveau les voix. Elle se mordit la joue intérieure. Toujours ses lamentations, qui devenaient crescendo plus ils approchaient de la fosse. Elle redressa sa tête à la question avant de l'incliner lentement en essayant de faire abstraction des voix, ce qui n'était pas une mince affaire.

- Je ne serai pas venue si je ne voulais pas y retourner, fit-elle remarquer. Mais, tu n'es pas obligé de m'accompagner si tu ne veux pas tu sais.
- Ouais comme ça aprés tu te fais bouffer et j'ai denouveau une mort sur la conscience, non merci.

Le jeune garçon ouvrit son sac, avant de sotir une échelle. Qu'il planta dans le sol, rigide, normalement elle devait être assez longue. Sa éviterai qu'il s'amuse a escalader la façade avec un bébé panda accrocher sur son dos. C'était un peu trop sport pour lui. Il te lança une lampe de torche. avec un foulard.

- Sa évitera que tu vomisse tes trippes. J'y vais en premier, toi tu ne bouche pas tout que je t'ai pas di que c'était ok ? Capitche ?

Le garçon enroula le foulard autour de sa bouche et de son nez créant un masque. Neoko eut ue faible sourire et hocha doucement la tête avant d'attraper au vol la lampe et le foulard. Puis elle se tourna vers lui en hochant à nouveau la tête en opinant.

- Je ne bouge pas, promis.

Elle lui adressa un maigre sourire et noua le foulard autours de sa bouche et de son nez. Elle se disait que ça devait faire bizarre. Déjà qu'on ne voyait pas ses yeux, maintenant, on ne voyait ni son nez, ni sa bouche. Ca devait vraiment faire bizarre. Arika descendit enfin dans fosse avec un petit fronssement de sourcils, dans quoi il s'embarquer au juste. Oh arika, arika, pourquoi tu te donne tellement de mal. Il posa pied a terre, en regardant autour de lui. Avec le ciel encore plus vieux, il faisait un peu plus froid. Il tourna a droite et a gauche, que des cadavre et des ossement nettoyer. Il tira doucement sur l'échelle pour te donner le signal que tu pouvais le suivre. Neoko regarda aux alentours en attendant, avec pour seule compagnie, les voix qui s'était intenfiées. Elle jeta un simple coup d'oeil à l'intérieur du trou en te regardant descendre. Lorsqu'elle reçut le signal, elle se mit à descendre, lentement pour te rejoindre. L'endroit n'avait pas tellement changer depuis hier. Ce n'est pas comme si elle s'était attendue à un grand changement en même temps. Elle regarda vers le ciel une dernière fois puis inspira lentement avant de regarder les cadavres. Elle se mordit la joue intérieure. Cete endroit était affreux.

- Vomit pas hein... Je crois que le cadavre de ... De... D'Amelia était un peu plus loin.

Le garçon se mit aussitôt a marcher en évitant de regarder le sol, il regardait toujours partout sauf sur les cadavres, aux aguets ou cas ou la goule reviendrait, mais c'était des créture noctunre normalment elle ne devrait pas apparaitre, a moins qu'il ne fasse assez sombre pour qu'il sort Arika n'avait vraiment pas envie de se retrouver en face de cette créature.

- Je ne vomirai pas, marmonna-t-elle.

Facile à dire quand la pourriture était juste sous le nez. Elle avança lentement avec, à l'inverse d'Arika, le regard baissé vers les cadavres. Elle cherchait des yeux celui de Zonbi. Lorsqu'elle l'aperçut et arriva à sa hauteur, elle arrêta de marcher pour s'accroupir. Si elle savait qu'un jour, elle fouillerait un mort. Elle marmonna une simple excuse et se mit à fouiller dans les poches du cadavre pour trouver un quelconque indice. Arika resta a tes coté, alors que le cadavre était fouillé. Mais sa vision attira doucement vers la morte quelque chose était étrange.N'ayant pas vu Zonbi a poil sous la douche, Neoko pouvait connairtre certaine chose de bizarre. le cadavre n'avait aucune trace de brulur, et de plus elle avait encore ses deux yeux intacte. Mais elle avait tout de même d'étrange morsure, comme tout les cadavres restant.

- Alos tu trouves ?

Neoko fouilla d'abord les poches, n'y trouvant rien d'intéressant. Elle souleva doucement le haut de l'uniforme et l'éclaira de sa lampe de poche. Bizarre. Les deux yeux étaient encore là. La trace de morsure attira son attention. Elle se pencha vers elle et renifla. Un mélange d'odeur de pourriture, de sang sec, comme du métal et autre chose. Elle baissa les yeux vers la jambe, intacte, elle aussi. Lentement elle se redressa. C'était étrange.

- ... Ce n'est pas Zonbi, marmonna-t-elle.
- Hein ? Mais t'es sur ?

Arika lui voyait la jeune fille qui avait vu.. Bien il se pencha pour mieux voir.

- ..J.. Y a pas les trâce de brûlure ? Tu veux dire qu'elle a survécue ?

Arika eut une leger sourire, alors que le mal de têterecommença quand il essayer de se souvenirs de quelque chose, il recula doucment, comme soulager, il n'avait pas était un meurtrié elle vivait encore, enfin .. Du certaine façon.

-Du coup on fait quoi ?

Neoko coula son regard vers Arika qui se penchait. Elle fronça doucement les sourcils. Comment pouvait-il savoir pour les traces de brûlures ? Zoni essayait généralement de ne pas trop les montrer. D'ailleurs, Neoko ne s'en était véritablement rendue compte qu'une fois sous la douche. Elle secoua la tête.

- J'en suis sûre. Son oeil manquant est toujours là et sa jambe est intacte, expliqua-t-elle. C'est une mauvaise immitation.

Elle se détourna vers le reste de la salle, emplie de cadavre. Elle inspira un grand coup en éclairant le fond.

- Ce qu'on fait ? On cherche le meurtrier, annonça-t-elle en s'engageant vers le fond, marchant entre les cadavres.

Arika se mit a la suivre en détournant le regard, quand elle avait haussait les sourcils. Il avait pas trop envie de se confronter a ces quesiton qui devait bouilloné dans ta tête.

- Le meurtrié ? (Sa voic tremblait légérement avant de prendre de l'assurance ) Tu as déjà une idée de ce qui peut être ?

Neoko désigna sa propre épaule en guise de réponse tout en continuant d'avancer vers le fond de la fosse, éclairant son chemin.

- Ils sont tous mordus à l'épaule, la plupart se sont faits ammochés par la suite. Cette goule est forcément l'auteure de ces meurtres. Seule ou pas, je ne sais pas.

Elle se tourna vers lui.

- Mais on doit découvrir son identité et la faire cesser.

Arika hocha la tête en t'écoutant, laissant son faisceau lumineux parcourir la fausse. Elle avait l'ari de plus en plus profonde, et les cadavres de plus en plus nombreux. Heureusement que les cadavres ne grandissait pa,s seul les cheveux continuait depenser quelque mois apés la mort.

- La seul goule qu'on connait est Ignace, mais il est bien trop gentil pour faire du mal a quelqu'un sa doit être une goule primaire, ceux qui n'ont pas pu prendre forme humaine.
- Je ne sais pas ... Faudrait trouver un indice à ce sujet. Il doit bien y avoir quelque chose qui ma trahira, marùonna-t-elle. Il doit bien y avoir un endroit où elle se reposa quand elle ne mange pas.

Neoko faisait par moment des mouvements circulaires avec la lampe de poche pour vérifier la fosse, des fois que quelque chose change. Elle s'arrêta soudainement et changea subitement de direction pour s'approcher d'un mur. Elle était sûre d'avoir vu quelque chose dans ce coin là. Lentement, elle passa sa main sur le mur. Rien. Arika tourna doucement son faisceau vers l'endroit ou tu fut attirer. Il inclina la tête, il avait aussi crus voir quelque chose brillé. Ou une goule peu se reposer ? Généralement qu'il aimait pas la lumière, il serai dans le noir rien de plus.

- Hein ? Tu veux comme même pas allr a sa rencontre, tu sais que je ne peu que l'a repousser, pas la détruire ...

Neoko continua de chercher dans son coin, persuadé d'avoir vu quelque chose. Elle baissa les yeux vers le sol et l'éclaira. Une sorte de bracelet traînait au sol. Elle le ramassa et l'éclaira. Quelque chose avait été brisé dessus. Elle inclina la tête. Etrange. C'était dans un coin reculé, là où il y avait pas tellement de cadavre. Elle continua d'observer le mur et passa une main dessus, tout en avançant.

- La repousser est largement suffisant. Au pire, on avisera si on se retrouve devant elle, fit-elle tout en marchant avant de sentir un creux dans le mur.

Elle baissa le faisseau lumineux. C'était un trou creusé dans le mur. Elle en éclaira l'intérieur. Ca faisait une sorte de tunnel.

- Je crois que je tiens quelque chose.
- J'aviserai plutôt, tu ne sers pas a grand chose en cas de combat, a cause de ton bracelet. Et de plus tu n'es qu'une première années. hein ? Dis tu m'écoute ? Pff.. Allons-y je passe denant.

Arika passa devant en éclairant le trou, il avait la chance de pas êtyre trop grand non plus, il se pencha légérement pour pouvoir ne pas être géné, il esperant juste ne pas rencontrer la goule, cela aller être quelque peu dure de ne pas rencontrer la goule, le comba aurait était compliqué .. Neoko s'était tournée vers lui. C'est vrai qu'à part se transformer, elle ne pouvait pas faire grand chose. Si, empoisonner les gens avec son sang mais ce n'était pas un grand atout. La brunette le laissa passer devant elle et marcha à sa suite, jetant un coup d'oeil derrière. Le tunnel était en pente et devenait de plus en plus raide au fur et à mesure qu'on avançait. La jeune fille se maintenait au mur pour éviter de glisser. Cependant, pas de trace de la goule. Lorsque le tunnel montra enfin l'issue finale, cela débouchait sur une pièce ronde avec des montagnes d'os. Le sol semblait avoir disparu en dessous des os.

- Super on est dans l'antre de la goule ...

Arika eut une mine dégouter, en marchant sur les premiers ossement, il avait certainement odeur poisseuse. Il essaya d'escalader doucement, avant de tendre sa main vers toi, histoire que tu ne tombe pas avec tout ces trucs au sol.

- Et la on fait quoi ? il y a que des os ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecapharnaum.forumactif.com
Neoko
Admin


Messages : 533
Date d'inscription : 07/11/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: Texte brute   Dim 27 Nov - 12:53

Neoko jeta un coup d'oeil circulaire à la pièce. Des os partout. Le bruit des os qui se cassaient sous les pieds d'Arika la fit frissonner. Elle attrapa sa main et avança doucement. Elle éclaira rapidement la pièce. Il n'avait pas tort, il n'y avait que des os et r... La jeune fille s'arrêta et désigna le coin de la pièce du doigt.

- Là-bas, il y a quelque chose.

Arika tourna son faisceau lumineux faire la sources, de ton attention, lui personnelemtn ne voyait rien a part une grande porte... Une porte ? Dans une fosse commune ? Dans une grottes, ? Dans le refuge d'une goule ? Il était un peu spectique.

- Sa doit être par la qu'il passe ?
- S'il y a une porte, c'est qu'elle mène quelque part, marmonna-t-elle.

Lentement, elle lâcha ta main et avança doucement vers la porte. Même sous son poids plume, les os grinçaient et se cassaient. En plus de l'odeur, c'était insupportable. Elle trébucha et se gamella sur la porte. Elle soupira et se redressa en y prenant appui. Elle baissa sa main vers la poignée et tenta de l'ouvrir. Verrouillée. Zut. Elle inspecta la porte et trouva quelque chose de coincé. Elle le prit et se mit à tirer pour décoincer.

- Elle est verrouillée mais il y a ... un ... truc ... de ... coincééééé ...

Elle tira un grand coup. Il y eu un bruit de déchirure et elle vacilla en arrière, se rattrapant à la poignée. Elle inspecta ce qu'elle venait de tirer. Un bout d'étoffe coincé. Elle haussa un sourcil. Ca lui rappellait quelque chose mais impossible de dire quoi. Arika resta du coup au aguet, il regarda la montre de son poignet. Bientot il faudrai remonter la nuit aller tomber. Il laissa son faisceau lumineux faire le tour plusieur fois, pour que rien lui échape. Il sursauta légérement quand Neoko failli tomber, avant d'haussr les épauls de nervosité. "Normal, sa peut pas être simple". Arika se retourna au bruit de déchirure, il cru que la goude était de nouveau là mais il tourna son attentio vers toi, baissant déjà les bra spour te rattraper, mais c'ets bon la poignet avait l'air d'être assez solide.

- Un indice, on doit absolument monté, la fin des cours va sonner, tu devrais être a ton dortoir.

Neoko glissa l'étoffe dans sa poche et tenta d'ouvrir la porte une nouvelle fois. Rien à faire, elle était verrouillée. Elle se tourna vers Arika et sauta simplement pour se rattraper à lui.

- Et ben on remonte. On a déjà assez cherché. Il faudra redescendre mais avec ce qu'on a trouvé, ça devrait faciliter les recherches sur son identité

Arika la rattrapa au vol, avant de la porter comme une enfant. Il avait aucune envie de devoir faire attention que tu t'enmele pas dans les os, il avait des plus grande jambe sa irai defois plus vite, il se mit a accelrer doucement mais assez rapidement, il avait pas envie de se retrouver ici de nuit. Neoko le laissa faire sans protester et se contenta de tenir la lampe de poche pour éclairer devant lui, histoire de lui faciliter la tâche. Elle jeta un coup d'oeil en arrière, jusqu'à ne plus voir la porte. Elle se demandait où elle pouvait bien mener. Est-ce que ça menait à une autre pièce ? Ou à un escalier ? C'était bizarre. Quelques jours après être retournée dans la fosse commune avec Arika, Neoko était retournée faire des recherches à la bibliothèque. C'était une chance qu'elle soit presque tout le monde surveillée par Xian Chen. La bibliothèque était vide et donc propice aux recherches, surtout avec un professeur endormi. Elle avait été cherché dans la section des créatures mais rien à faire, elle ne trouvait rien sur les goules. Peut-être qu'on ne les étudiait pas en cours, ce qui expliquait l'absence de livre à leur sujet dans les étagères ? Son regard coula vers la réserve. Peut-être y en auraient-ils à l'intérieur ? Elle jeta alors un coup d'oeil vers Xian Chen. Il dormait à poings fermés. Une chance. Lentement, elle avança vers la réserve, ouvrit la porte et se glissa à l'intérieur. Une fois dedans, elle se mit en quête de livres au sujet des goules. Cela lui prit quelques minutes. Lorsqu'elle en trouva un, elle commença à lire mais un bruit soudain la fit sursauter. Elle se retourna : la porte de la réserve venait de se refermait. Et elle n'était plus toute seule. Deamon venait tout juste de fermer tranquillement la porte, alors qu'il restait a coter de cette porte avec un grand sourire. Il fixait déjà la jeune fille de ses deux tyeux de démon. Il était déjà énervé ? ou déjà exiter de la peur qu'il pouvait te faire ?

- Oh, je te dérange, Médusa ?

Neoko leva son regard vers Deamon et elle s'assombrit l'espace d'un instant. C'était mauvais là. Ses yeux firent un tour rapide de la pièce. Pas d'autres issues à part la porte qui était désormais bloquée par le démon. Elle inspira. Xian Chen dormait. Pas moyen d'avoir de l'aide. Elle haussa simplement les épaules, feignant l'indifférence.

- Oh, ce n'est que toi.

Elle baissa les yeux vers son livre et fit mine de lire, réfléchissant plutôt à un moyen d'éviter de finir en pièce détachée. Deamon vyait bien son petit jeu, aprés tout il avait déjà terrorisé plus d'un qui essayer toujours de feindre l'indifférence, maistout mouvement de franche indiqua plutot que tu avais était plutot dans l'envie de trouver une autre sortie. mais faute de ta connaissance, il y avait la porte que derrière lui. Il s'approcha doucement dans la lueur de la lampe, une legère tache de sang recouvrait sa joue, il l'effaca lentement comme pour te laisser le temps de l'enregistrer.

- Eh bien ton frére est têtu ~

Il posa sa main sur les étagère de livre en faisant mine le les étudié. Il avait mi un sacré bout de temps a faire craché le mot a Reiji, faut dire que malgré qu'il n'avait pas completement tourner sa veste. Mais un coup par ci un coup parla et finalement le mot était sortie.

- J'espère qu'il cracha pas un mot pour moi à l'infirmerie, sa risque de couter cher, tu ne pense pas ~ ?

Neoko releva la tête à l'évocation de Reiji et posa son regard sur Deamon. Du sang, hein ? Elle inspira et retint l'espace d'un instant sa respiration. Plusieurs hypothèses se mettaient en place dans sa tête. Si Reiji avait pu aller jusqu'à l'infirmerie, c'est qu'il n'était pas complètement ammoché non plus. Elle se redressa légèrement.

- Qu'est-ce que tu veux ?

Elle ignora volontairement la question rhétorique. Peu importe son avis de tout manière, elle savait qu'il t'importait peu. Deaon sourit en laissant tomber un livre parterre, une petite métaphore pour te donner une reponse. plus il avancer, plus les livres tomber dans son passage. Il haussa les épaules quand li fit a trois anjamber de toi.

- Ce que je veux, rien dis moi. Que pourrai-e faire a une petite fillette ? Il y a juste un truc qui m'embete un peu, ou plutot qui m'interesse.

Les visites d'Arika dans la bibliothéque pour voir si Neoko n'avait pas trouver quelque chose, n'était onc pas passer inaperçu. Neoko suivit ton avancée du regard. Ca allait mal tourner, elle le savait. Elle n'avait rien pour se défendre. Si, à la limite, elle pouvait balancer des livres, et encore. Fuir, ce n'était pas envisagé : avec ses petites jambes, jamais elle n'atteindrait la porte à temps. Elle retient son soufle.

- Quoi donc ?

Elle continuait de chercher des yeux une issue. Ca allait mal tourner, ça allait mal tourner.

- T'aime tellement faire l'ignorante, sa commence a être un peu agaçant.

La piece se fit de plus en plus froid, il avait qu'une envie. Il regarda le plafond, mais la cglace commençait a moner sur ta chaise. C'était bien un démon des neige, et pas pour rien vu le nombre de seconde qui s'écoulait a peine que tu es déjà presque pris au piege.

- Ne traine pas avec lepetit Arika, d'accord.

Neoko eut un maigre frisson. La température avait chuté. La jeune fille baissa les yeux vers la chaise et tenta de se relever. Niet. Ses pieds étaient pris dans la glace. Elle leva les yeux vers Deamon et détourna le regard. Faire l'ignorante, hein ?

- Je ne traîne avec lui, marmonna-t-elle.
- Vraiment ? J'ai du mal a te croire, il va toujours vers la cours des instables, et maintenant il viens même a la bliothéque, alors qu'il n'arrive même pas a lire un seul livre sans s'endormir. D'abord je pensais que c'était a cause de Zonbi, il devait sans vouloir, mais même Zonbi ne traine pas a la bibliothéque. Il reste plus que toi.

Il sourit alors qu'il s'était penché vers toi. Sans vouloir ? À cause de Zonbi ? Les doutes de Neoko, ou plutôt les questions qu'elle avait en tête venaient d'être résolues. Il avait bien un lien avec l'incident qui avait tué Zonbi. Elle chassa cet idée de sa tête. Ce n'était pas à ça qu'elle devait se concentrer. Elle tentait de se libérer de la glace, le regard posé sur Deamon.

- Il ne traîne pas avec moi, répéta-t-elle différemment, de toute manière, elle ne dirait rien d'autre. Et puis, pourquoi le ferait-il après tout ?
- Tu le nie donc alors ?

Deamon prit doucement une de tes meche de cheveux avant qu'elle se gele au touché des doigts long du jeune garçon. Il avait beauc n'avoir que Treize ans, il avait l'air d'être un peu plus vieux, vraiment extrement vieux. Il sourit une nouvelle fois. Neoko leva les yeux vers lui et lorsque la mèche se gela, prit un mouvement de tête pour la déloger d'entre tes doigts, regardant ailleurs. Le contact de la glace sur sa joue la fit frissonner tandis que la vapeur blanc s'échappa quand elle respirait. Elle avait froid.

- Pourquoi je dirais l'inverse ? Ca te ferait plaisir peut-être ?
- Je sais que c''est çà. Arika est vite prit par la pitié, il ne peut pas être méchant. Surtout qu'il aide n'importe qui qui se met a prendre la grosse frére. Mais depuis le facheuse accident, il ne m'a pas tenu tête, pour sa que je peux librement m'amuser avec son frére, et tout ceux qui se croivent un pu trop grand. Comme toi un peu. Mais je ne frappe pas les fillettes, c'est bien dommage, mais c'ets une promesse. Mais je peux toujours m'amuser ~

La glace augmenta d'un cpoup jusqu(a ton assise.

- T'amuser ? En me congélant ? On a pas la même vision de l'amusement, fit-elle remarquer avec une pointe d'ironie.

Se croire trop grande ? Elle disait simplement ce qu'elle pensait être juste ? Bon, d'accord, parfois, c'était pas vraiment la meilleure chose à faire mais c'est ce qu'elle pensait de juste. Elle jeta un coup d'oeil à la chaise. Elle avait froid. Très froid. Elle tourna son regard vers Deamon. Elle ne la frapperait pas, hein ? Tant mieux, au moins, elle aurait pas à cacher ça.

- J'attends toujours tes excuses de la dernière fois, ajouta-t-elle.
- Je ne vois pas quel excuse tu parle. Bonne nuit belle au bois dormant.

Deamon sourit une nouvelle fois avant d'embrasser le haut du crâne de Neoko, et celle ci ce gela completement, il se recula en regardant son travail. Au moin elle pourrait plus parler, il recula d'un pas, puis d'un autre pas.

- Tu ne 'tinquiete pas tu ne mourra pas, tu fera juste un long someille jusqu'a que quelque te retrouve. Mais j'en doute, une instable de moin ce n'est rien de manquant.

Le démon se retourna et sortie de la piece, mais avant que la porte se ferme la glace recouvrir aussitot la poignet, elle ne pourra plus souvrir de l'intérieur, ni de l'extérieur a présent. Neoko n'eut pas le temps de réagir. La glace l'avait entièrement recouverte. C'était effrayant. Elle avait froid, elle mourrait de froid. Sa vision était trouble. Elle ne pouvait pas bouger. Elle ne pouvait pas parler. Elle était figée et piégée. Ca lui apprendrait à ne pas tenir sa langue. Comme l'avait dit Deamon, qui penserait à venir la chercher ici après tout ? Elle ne mourrait pas, hein ? Si elle avait pu sourire, elle l'aurait fait. Cette phrase sonnait faux. Le froid l'engourdissait. Ses yeux se fermèrent. Elle avait froid. "C'est ma punition, hein ?" pensa-t-elle. Finalement, se faire frapper aurait été mieux selon elle. Aprés quelques heures passée, la porte se mit a trembler doucement alors que la glace étouffer le moindre des bruit. Le porte ce mit une nouvelle fois a trembler avant de fondre doucement la poiggnet n'était que rouile, alors qu'il s'approcha de Neoko, Il posa une main sur la abrrière de glace, il avait le visage completement boulversé avant que celle ci ne fonde sous la chaleur. Du bruit. Elle entendait du bruit. Mais maintenant qu'elle était figée dans cette position, les yeux fermés, elle ne voyait rien. Et elle ne pouvait pas parler non plus. Elle était complètement congelée. Elle était morte de trouille aussi, mais ça, c'était un détail. Est-ce que quelqu'un allait venir l'aider ? Elle qui n'aimait pas se reposer sur les autres, elle en était bien obligée à présent. Elle avait très froid. Elle s'étonnait encore de ne pas être morte. Combien de temps s'était écoulé ? Elle en avait perdu la notion. La voix d'arika arriva doucement a tes oreilles normalement maintenant que la glace avait completement fondu, il te soeocua doucement avant de te prendre dans ses bras en voyant que tu étais completement geler, ses cheveux commençèrent a noisir doucement, il tremblait. De peur ? De rage ? de froid ?

- Tout va .. Tout va bien

Neoko entendait la voix d'Arika. C'était lui qui était venu ? Elle était soulagée. Elle claquait des dents. Elle tremblait. Mais elle était soulagée. Elle ouvrit les yeux, très doucement. Sa vision était toujours troublée. Elle plissa les yeux. Les avoir garder fermés aussi longtemps, sans dormir, ça lui faisait mal à la tête de les ouvrir d'un coup. Elle souffla doucement.

- ... Arika ... J'ai froid ... murmura-t-elle faiblement.

Arika rit doucement en hochant la tête murmurat un "je sais". Tout doucement le jeune garçon se calma ses cheveux revint avec un blond cendré. Il se mit aussitot a augmenter la température de son corps, pour ne pas te bruler. Il te serra doucement de plus en plus contre lui.

- C'est mieux ?

Neoko respirait doucement en refermant les yeux. Les tenir ouverts la fatiguait. Elle cessa doucement de claquer des dents. Le fait de trembler finit par partir aussi mais elle était toujours encore toute engourdie. Elle hocha doucement la tête et laissa sa tête tomber sur ton épaule. Elle avait cru qu'elle alalit mourir.

- ... Tu m'as encore sauvé ... fit-elle en ayant un petit rire, très faible.
- Je crois que je vais postulé pour être ton chevalier servant, a force, dit-il sur u ton plaisantin.

Arika la laissant faire alors qu'il essayant de secher doucement les cheveux de la jeune fille, avec la manche de son uniforme, avant de s'écarta doucement, il sourit en disant juste deux petite minute avant de te laisser reposer ta tête sur ton épaule, il avait déposait sa veste sur tes épaules. Neoko avait tous ses muscles d'engourdis. Si elle devait se tenir debout, elle en serait dans l'incapacité. Elle avait du mal à tenir ses yeux ouverts. C'était comme se réveiller d'un sommeil très lourd : on était plus fatigué après s'être réveillé qu'avant s'être endormi. Elle te laissa faire et reposa sa tête sur ton épaule, toujours ses yeux fermés. Elle avait eu un maigre sourire en sentant ta veste sur tes épaules. Ca avait quelque chose de rassurant.

- ... Mer ... ci ... Ari ... ka, murmura-t-elle à nouveau.

Arika eut une legere rougissement, il fit savoir contre lui avec un petit rire nerveux. Alors qu'il attendit tranquillement que Neoko soit a nouvea opérationel, il laissa gliser son sa a coté de lui, en sortant une termo (le truc ou on peut tenir les boisson au chaud) .

- J'espère que tu aimes le chocolat chaud, j'ai que sa sur moi qui peu te rechauffer. Tu as croisé Deamon, c'est ça ?

Arika versa doucement le liquide fumant, une douce odeur de sucrerie remplit la piece. Neoko finit par réussir à maintenir ses yeux ouverts. Elle avait néanmoins un petit air fatigué sur le visage. Elle te regarda faire et hocha doucement la tête. Le chocolat chaud, ça allait, c'était sucré en plus de ça. Elle ne put s'empêcher de humer l'odeur avec un maigre sourire. Celui-ci disparut peut après l'évocation de Deamon.

- Plus que croisé, je crois, fit-elle en jetant un coup d'oeil à la pièce.

Bien que la glace avait complètement fondue, elle pouvait encore revoir chaque endroit congelé. Il lui avait fichu une belle frayeur, c'était le cas de le dire. Arika tendi la petit tasse, enfin le capuchon transformer en tasse dans tes mains. IL hocha la tête a ton récit.

- Par contre j'aime mettre beaucoup de sucre il y a... 5 morceau environ, j'espère que sa te gene pas. C'est bien rare qui gele completement queqlu'un il la fait seulement une fois c'était l'année dernière. Alala les filles de cette génération vous n'avez vraiment pas froid au yeux. Sa doit être un avertissement, non ?

Neoko la saisit doucement et but une gorgée. En effet, c'était bien sucré. Mais elle ne fit aucun commentaire. Ses doigts se crispèrent doucement sur la tasse. C'était bien plus qu'un avertissement.

- ... Il ne voulait pas que je sois avec toi, répondit-elle simplement avant de boire une gorgée à nouveau.

La manière dont il avait réagi lorsqu'elle avait nié ... Cette pseudo non-chalance qu'il avait eu ... Elle leva les yeux vers le plafond. Si aucune règle ou morale ne l'avait empêché de la tuer, il l'aurait fait. Elle en était persuadée.

- De ne plus êre avec moi ?

Arika sembla un peu étonnait de cette réponce, il haussa les épauels en s'asseyant parterre, ne pouvant plus rester mi debout, mi assi.  

- Il me semble pas qu'il soit gay, a ce que je sache en tout cas, ni possessif avec ses amis ...,je devrai peut êrtre me renseigner..., dit-il en frisonnant.
- Ou simplement parce que je suis une instable, émit-elle avant de boire la tasse.

Neoko baissa les yeux vers le chocolat chaud et l'observa pendant un instant. Elle referma les yeux et inclina doucement la tête. Elle s'était remise à trembler, doucement. Elle aurait pu mourir. Elle soupira doucement.

- Aussi ...

Arika n'aimait pas forcement qu'il y est une différence entre les maison, il y avait toujours eut une différence certe, mais pas a ce point/ Arika utilisait seulement cette référence pour embeter son frére, finalement arika était un gosse comporéer a tout son groupe qui le suivait. Il avait plutot la mentalité d'un physique, amicale et un peu trop fraternel avec tout le monde.

- m'enfin arretons de parler de sa, tu as trouvé quelque chose sur le bout d'étoffe ?
- Rien de rien. J'ai cherché dans tous les livres que j'ai pu mais rien de rien, marmonna-t-elle. Je suis persuadée de l'avoir déjà vu ailleurs mais impossible de me souvenir où ...

Quand les recherches étaient peu conculantes, ça agaçait Neoko. Elle vida la tasse et la tendit à Arika avec un maigre sourire en le remerciant. Elle baissa les yeux vers le livre qu'elle avait commencé à lire avant que Deamon arrive. Même là-dedans, elle était sûre de ne rien trouver. Et pourtant, en moins de deux jours, elle avait épluché presque la moitié des livres de la bibliothèque. Arika reprit la tasse en la faisant tourner dans sa main il était entrain de réfléchir, il était toujours obliger de bouger une partie de son corps pour se concentrer. Il avait un peu de mal a avoir des idées aussi claire que Neoko. Il essayer de se rapeller les cours de Xian Chen.

- Dans les contes arabes les Goule, sont nommée des Djin, des anges descendu sur terre, ils ont le choix de faire le bien ou le male. On devrait peut être chercher des choses sur les Djin plutot non ? De plus la Goule est une créature du désert avec l'hiver qui approche elle va pas sortir, on aura tout le loisir d'essayer d'ouvrir la porte, a moin que tu porte retourner voir ta famille pendant ses vacances.

Neoko l'écouta en le regardant faire. Il avait un côté fascinant. Cela lui tira un maigre sourire. Elle leva les yeux vers lui à l'évocation de la famille et se détourna aussitôt.

- Pas du tout. Je suis dans un orphelinat. Plus je suis loin de celui-ci, mieux je me porte, fit-elle simplement.

Elle pensa à Reiji. Peut-être qu'il y retournerait lui ? Après ce qui était arrivé, c'était probable. Elle se sentit mal pour lui l'espace d'un instant. Puis elle se tourna vers Arika.

- Je chercherai sur les Djinns alors, ajouta-t-elle avec un maigre sourire.

Arika sourit en hochant la tête, il n'avait plus cette air menaçant qu'il avait eut  a la rentré, il était tout aussi semblable que Akira, avec beaucoup moins de culture, mais mine rien les deux fréres avaient beaucoup de point commun, c'était peut être l'une des raisons de leur dispute. Si Arika était tétue, Akira l'était toi aussi.  Arika se releva en rangeant tout dans son sac.

- On se revoit ici la semaine prochaine au dernier jour de cours, Deamon part pour aller voir sa famille avec Devil et sa soeur. Tobin part aussi, Je pense que Narcissa aussi elle a horreur d'être la. Donc normalement personne ne te fera de tour.

Neoko leva la tête vers lui en souriant. Elle le regarda faire et hocha la tête doucement pour confirmer le rendez-vous. Elle se releva lentement, en vacillant un peu mais parvient à se stabiliser.

- Encore merci, Arika.

Neoko n'était pas spécialement réveillée ce matin-là. Elle inspira longuement en fixant les plats. La Grande Salle se vidait progressivement en cette veille de vacances. Personne ne restait du côté des instables, à part elle. C'était bien pour les recherches mais en même temps, elle était un peu mal à l'aise quand la salle commune était vide. Lentement, Haibara se leva après avoir vidé son verre.

- J'y vais ! Passez de bonnes vacances ! Ah, et Neoko, sois sage, ajouta-t-elle avec un petit rire avant de sortir de la salle.

Neoko lui adressa un maigre sourire et la regarda partir. Akira se leva à son tour après avoir fini.

- Moi aussi j'y vais. J'aimerai bien avoir une place de retour dans le train. Il va être blindé, comme toujours.
- Eh ? Tu pars aussi Akira ? demanda la brunette, surprise puisqu'Arika ne partait pas mais elle se garda bien de le rajouter.
- J'aime bien l'école mais ça me démoraliserai de passer mes vacances ici. Le prends pas mal, hein. Essaye de t'amuser un peu surtout !

Fubuki s'était levé aussi et était parti en silence, accompagné d'Akira qui leur faisait un petit signe de la main. Neoko jeta un coup d'oeil en direction de la table des physiques. Reiji venait de se lever et partait à son tour. La brune soupira et se tourna vers les derniers restants à sa table. Ray était entrain de tranquillement lire avant de dire au revoir a tout le monde. Zonbi tira sa grosse valise avec elle alors qu'elle serra dans ses bras Neoko.

- Oh mon petit chat, Dit-elle sur un ton comme si elle pleurer, Tu vas être toute seule, c'est pas juste. Je t'enverrai tout les jours, une lettre, oublie pas de me répondre hein.

Zonbi sourit en serrant une nouvelle fois son amie, avant que Ray se leve a son tour en disant de bonne vacances a Neoko, il parti lui aussi et Zonbi s'empressa de le suivre, Arika était lui aussi simple a sa table, les autre de sa bande lui avait donner une claque amical dans le dos avant de disparaitre dans le train. Il ne restait qu'un certain Ryuku, et a une autre table plus loin dans celle des Psychique, une jeune fille a la chevelure Rouge qui avait aussi passer  le même teste qu'elle, sinon les autre visage était trop agé pour être connu.

- Ca y ira, ça y ira ! Je reste de mon plein gré ! Mais oui, je te répondrai, fit-elle en souriant. Passe de bonnes vacances.

Neoko salua tout le monde d'un dernier petit signe de la main. Son sourire disparut alors qu'ils ne furent plus dans son champ de vision et un maigre soupir lui échappa. Ces vacances n'allaient absolument pas être de tout repos à essayer de chercher comment ouvrir une porte. En une semaine, elle n'avait pas du tout trouvé ce que l'étoffe lui rappelait et elle avait l'impression de tourner en rond. Elle jeta un coup d'oeil vers ceux qui restaient. Elle se sentait un peu seule. Elle se machouilla la joue intérieure et son regard tomba sur Arika. Elle eut un maigre sourire. Il ne s'était pas trompé en disant que quasiment personne ne resterait. Elle jeta un coup d'oeil vers la porte, en se demandant si Reiji lui écrirait ou s'il n'oserait pas à cause de l'incident avec Deamon. Depuis la dernière fois, il ne s'était rien passé d'étrange, mis à part le regard surpris qu'avait eu le démon en la voyant débarquer dans la Grande Salle. Elle était persuadée qu'il s'attendait vraiment à la voir morte. Elle soupira et finit par se lever, abandonnant son plat auquel elle n'avait presque pas touché et se dirigea vers le couloir menant à la bibliothèque. Arika était entrain comme d'habitude de manger comme un gros orgre des montagne, c'est fou comme un garçon tout svelte pouvait manger comme nourriture, il suivit du regard Neoko, en ayant vu le mouvement de ses cheveux, avant de finir en vitesse son désert au chocolat, pour courrir a sa suite, maintenant que tout le monde était parti, il ne fasiait même plus attention qu'il y est ou non des gens pour lui dire que c'est mal de trainer avec desinstable, il avait encore un peu de mousse au chocolat autour de la bouche quand il te rejoingnit.

- T'aurai pu m'attendre.

Neoko continuait de se machouiller la joue en réfléchissant, tout en avançant dans le couloir. Malgré l'épluchage rigoureux qu'elle avait fait pendant cette dernière semaine, ni le bracelet qu'elle avait trouvé, ni le bout d'étouffe n'avait fourni plus de détail. Le bracelet était d'ailleurs cassé et il semblait manquer quelque chose mais ni Arika, ni elle, n'avait pu trouvé de quoi il s'agissait. En entendant des bruits de pas, elle sortit de ses pensées et se retourna.

- Oh Arika.

Elle s'arrêta et attendit qu'il soit à sa hauteur, inclinant la tête avec un petit rire nerveux.

- Désolée, je n'avais pas vraiment faim ... Contrairement à toi, fit-elle en riant en voyant les traces de mousses au chocolat, cherchant un mouchoir dans ses poches. Tu en as partout, un vrai enfant.

Elle entreprit de lui essuyer la bouche en riant. Arika rougit jusqu'au aux oreilles alors que tu le nettoyais, il dut cependant se pencher légérement pour qu'il soit a ta taille. Il se racla la gorge avec un petit merci avant de montrer le sac qui avait prit en plein tourbillon lors qu'il avait vulu te rattraper.

- J'ai un pied de biche pour ouvrir, la salle, et aussi quelque... explosif, leger histoire de faire sauter le verrouille si sa tient pas. Alors on y retourne ? Ou ?

Neoko lui adressa un petit sourire et rangea simplement le mouchoir dans une de ses poches. Elle jeta un coup d'oeil dans le sac et hocha doucement la tête. Il n'y avait pu qu'à prier que ça marche. Elle leva la tête vers lui.

- On y retourne ! De toute façon, je ne trouverai rien de plus à la bibliothèque aujourd'hui alors ...
- C'est bizarre parce que le bracet n'a pas l'air d'être un bijou pour savoir la race, il est juste édenté, a ma connaissance ce qui sympolice les goule est un foulard avec une barre métalique inscruster de pointe. Donc sa ne pas être non plus sa...

Arika se dirigea vers la cours des instable.

- Ce bracelet nous donne du fil à retordre. Je l'ai trouvé éloigné des autres corps et près du tunnel mais ce serait impossible de dire s'il a appartenu à un mort ou si c'est à la goule. Et en plus, quelque chose manque à ce bracelet, il est cassé. Et quant à l'étoffe, impossible de savoir où je l'ai vu, ça m'énerve.

Neoko le suivit et marcha jusqu'au trou. C'était la troisième fois qu'ils allaient descendre dedans mais certainement pas la dernière. Quant aux mystères de corps, rien à faire. Trop d'inconnus dans cette équation. Arika mit en place l'échelle alors qu'il te tendi un foulard avec une lampe de torche, avant qu'il mettent son sac sur le dos et qu'il se mettent a descendre.

- On trouvera la réponse parmi les cadavres au pire, c'est pas comme si on allait découvrir un truc aujourd'hui.

Neoko noua lentement le foulard autours de sa bouche et de son nez, se saisit de la lampe de poche et descendit à son tour. Une fois en bas, habituée aux odeurs de cadavres, ce qui, disons-le franchement, assez dérangeant, elle alluma simplement sa lampe de poche et se mit à progresser vers le fond de la fosse commune pour rejoindre le tunnel qui menait à la montagne d'os et à la porte.

- J'espère. J'aime pas ne pas trouver de réponse à ce que je cherche.

Arika donna la signal alors qu'il vérifiait autour de lui. Sa pu toujours, il fallait qu'une fois il mettent les foulard au lavage sa serrait de refus. Alala. Dire que sa faisait que la troisieme fois qu'il était dans ce trou perdu.

- Bracet avec des dent ... Si sa apprtenait a un mort, faudrait retrouver le cachier ou t'avais tout de dans il y a peut être leur race ?

Neoko avança parmi les cadavres, cherchant le tunnel. Elle ne se souvenait plus à quel profondeur ils avaient fini par le trouver. Elle hocha doucement la tête et se mit à réfléchir en machouillant à nouveau sa joue.

- Un bracelet de dents. Ca te rappelle une race toi ? demanda-t-elle.

Elle se mit à réfléchir en essayant de se souvenir quelle race elle avait pu survoler en regardant le registre. Arika se mit a te suivre tout restant sur ses garde, il était descendu encore assez tot, il faisait légérement encore sombre. un bracet édenté.

- Les vampire, c'est un pendatif avec des ailes de chauve sourie, quest-ce qui a des dent pointu encore .. Les demi vampire les Dhavmpire on a un flingue ... Non franchement sa me dit rien du tout, c'est la première fois que j'en vois ..

Neoko soupira. Ca ne menait à rien de chercher ainsi. Elle finit par retrouver le tunnel et s'y engagea la première, sans vérifier. Elle voulait vraiment ouvrir cette porte. Lorsqu'elle fut face à la montagne d'os, elle se tourna vers toi et éclaira du côté de la porte. L'étoffe déchirée était toujours là, à pendre, coincée, comme pour agacer un peu plus la jeune fille. Elle soupira et se tourna vers toi.

- Ca sert à rien de se torturer l'esprit, on ne trouvera pas comme ça de toute façon.

Arika se magna de te suivre alors que pour ne pas te perdre. En voyant que t'arreter a la lisière des os, il remonta ses manche, en portant une nouvelle fois la jeune fille, pour qu'il puisse aller plus vite, et ayant une habilleté qui disait long sur son enfance, une enfance trés gité. Il était un casse cou née. Il te déposa devant la porte, alors qu'il se décalla, en prenant le pied de biche.

- Tu veux essayer une nouvelle fois, ou je commence ?

Neoko le laissa faire, observant les os : propres et nettoyés. C'était effrayant. La jeune fille mit les deux pieds à terre et leva son regard vers Arika. Elle savait que cela ne serait pas très concluant mais bon. Elle hocha doucement la tête et se saisit de la poignée, tentant d'ouvrir la porte. Rien à faire, elle restait verrouillée. La brunette soupira et regarda le jeune garçon.

- Elle est tout à toi, fit-elle en se décalant à son tour, plus inutile qu'autre chose.

Arika laissala jeune fille faire avant de s'y essayer a son tour, mais se fut un échec. Il ressayant plus d'une fois avant de manquer de casser le pied de biche, il était vachement tordu, la porte n'avait pas bouger d'un poil.

- ... Saleté ..

Neoko s'était finalement assise, regardant les ossements entassés au sol en laissant faire Arika. Elle leva les yeux vers la porte. Ce n'était pas plus concluant de son côté visiblement. La jeune fille sortit le bracelet de dent et commença à l'observer, essayant de réfléchir à sa signification. Elle soupira. Rien à faire. Puis elle leva les yeux vers la porte, l'observant à son tour. Elle fronça les sourcils. Il y avait une sorte d'encoche sous la serrure.

- Arika, tu as endommagé la porte ? demanda-t-elle, étonnée de ne pas l'avoir remarqué avant.

Arika tourna son regard vers la porte alors qu'il avait décrocher le pied de piche. Il sembla pas qu'il avait fait quoi que se soit. Il secoua la tête avant de tourner son regard vers toi. Neoko se releva lentement et s'approcha de la porte. Elle se pencha vers la serrure et passa sa main en dessous. Il y avait bel et bien une encoche.

- Il y a quelque chose en dessous de la serrure, comme ... une deuxième serrure ... marmonna-t-elle.

On cherchait deux clefs maintenant ? Joie. Elle soupira et baissa son regard vers le bracelet. Puis elle leva son regard vers les serrures.

- Et si ... continua-t-elle.

Et si le bracelet ... était une clef. Elle regarda l'écart entre les deux serrures puis le bracelet, à l'endroit cassé. L'écart était le même à vu de nez. Et si, ce n'était pas cassé justement ? La jeune fille continua sur sa lancée et essaya entrer les deux bouts du bracelet  dans chacun des trous. Ca passait. Elle tenta d'abord de le lever. Rien. Puis de le tourner. Rien non plus. Alors elle tenta simplement d'ouvrir la porte. Elle eut un sursaut en voyant que sa théorie était juste.

- ... Si on s'en sort vivant, je postule pour devenir détective plus tard.

Arika regarda la jeune fille faire, en prenant son sac sur le dos, sa jeune ami avait un oeil plus développer que lui, et des idées a revendre, ajmais il aurait penser a faire sa avec le bracelet, non le bracelet une double clef. MAintenant la porte avait l'air d'avoir une pognet, c'était pour sa qu'il n'arrivait pas a l'ouvrir, tout s'éclaire maintenant, il braqua sa lampe de torche vers l'ouverture. En prenant les devant comme a son habitude a présent.

- Si tu fais sa, tu te coupe la franche alors, et tu met des luenette, avec une robe... Tu ressemble a une poupée de porcelaine, sa pourrait le faire avec un petit coté fille du 19eme siecle. Non ? , dit-il sur le ton de la plaisanterie.

Neoko eut un petit sourire, fière d'elle. Elle te laissa passer devant elle et se mit à te suivre. Un nouveau couloir, hein ? Elle inclina la tête en l'écoutant, elle regarda ailleurs, gênée de la comparaison.

- Je ne supporte pas les lunettes ... marmonna-t-elle. Ca tombe tout le temps, faut les nettoyer, les autres te les casse, tu les perds. C'est plus ennuaynt qu'autre chose.

Elle jeta un coup d'oeil vers le couloir. Il semblait bien long celui-là par contre. Et à un moment, il menait à des escaliers qui descendaient, encore plus profondément que la fosse. Et on n'y voyait rien sans lampe. Arika suivit le chemin en gardant une mains sur le mur, il était en roceh cette fois, et tout cela descendait encore et ecncore, il soupira encore une fois en voyant les escalier, il alait serieusement manquer de pile, il regarda en bas, il faisait vachement sombre.

- J'espère qu'il a des torche sinon on est un peu dans la merde. On y va ?
- Au moins, juste pour voir si c'est profond. On pourra explorer demain s'il faut.

Neoko jeta un coup d'oeil vers le bas. Ca semblait vraiment profond. Elle se demandait ce qu'il se trouvait en bas. Une autre salle peut-être ? D'autres corps ? Ou complètement autre chose. Si seulement ils pouvaient savoir sans avoir à descendre.

- Bon ondescend alors. Puisque tout les deux nous mourront d'envie de les trouver.

Il s'y engagea le premier en mettant une mains sur le mur, puisqu'il n'y avait pas de rampe. L'escalier tournait en rond, au bout de même quelques minutes Arika, avait déjà le tourni. Il avait horreur de tout ce qui tourner. Neoko posa sa main sur le mur et descendit à la suite d'Arika. Les escaliers en rond lui filaient rapidement le tourni. Non pas qu'elle ne les aimaient pas, loin de là, ils avaient toujours étaient bien pour se cacher mais elle fixait toujours les marches d'en bas. Au bout de quelques minutes, l'escalier ne semblait toujours pas finir. La brunette s'accrocha à Arika. Elle avait la tête qui tournait et se sentait pas très bien. À croire que c'était fait exprès. Arika sentit les petites mains de la jeune méduse s'accrocher a lui, il fit ue halte, en disant qu'ils feraient tout les deux une pause. Il sortie de son sac des petits carré de sucre, ainsi qu'une bouteille d'eau, de tendant un morceau de sucre alors que le sien était déjà dans sa bouche.

- Ses escalier sont affreux, on dirait qu'il vont au plus profonde la terre.

Neoko hocha la tête et prit doucement le morceau de sucre, le mettant aussitôt dans sa bouche. Elle jeta un coup d'oeil vers le fond qu'on ne voyait toujours pas. Puis elle leva la tête. Elle avait l'impression qu'ils marchaient depuis longtemps mais elle apercevait toujours le haut de l'escalier.

- C'est à croire qu'ils filent exprès le tourni, marmonna-t-elle.

Arika secoua son poignet en regardant sa montre. Elle avait arreter de tourner, elle n'indiquait plus l'heure. Super plus aucune repaire temporel.

- Oui, en plus on voit pas le fond. Il doit vraiment avoir quelque de precieux. Ou de completement stupide, je suis entrain de me demander comme on va remonter en haut. La goule sera certainement là, quand nous serons sortis.

Neoko jeta un coup d'oeil vers la montre d'Arika. Figée. Ca lui rappelait étrangement son propre pouvoir. Elle soupira légèrement et jeta un coup d'oeil vers le haut de l'escalier. Il n'avait pas tort, la goule risquait d'être de retour lorsqu'ils en remonteraient.

- C'est pas faux ... On a qu'à remonté et exploré ça une autre fois dans ce cas. Autant y aller petit à petit, maintenant qu'on a passé la porte.

Arika secoua decoucement la tête, c'était une mauvaise,idée, il avait l'air d'être si pret du but. Il se redressa en buvant ue gorgé d'eau avant de remtrre le sac sur ses épaules. Il se remit a descendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecapharnaum.forumactif.com
Neoko
Admin


Messages : 533
Date d'inscription : 07/11/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: Texte brute   Dim 27 Nov - 12:54

- Non vaut mieux maintenant, on si pret du but.

Neoko le regarda se mettre en marche. Elle ne le sentait pas du tout sur ce coup là. Elle jeta un dernier coup d'oeil vers le sommet de l'escalier avant de mettre en marche en te suivant, machouillant sa joue intérieure. Et l'impression de tourni la reprit. Il y avait toujours quelque chose pour l'enquiquiner, c'était pas possible autrement. L'escalier continuait de descendre profondément jusqu'à se stopper, presque brusquement, au milieu de nulle part. Descendant les dernière marches avec prudence Arika passa son faiseau tout autour de la piece, il avait rien, ce n'était qu'une piece circulaire, sans aucun décor, sans même eut petite pbreche, poli de partout. IL haussa un sourcil, plus d'une heure de descende voir plus pour sa ?

- Il y a rien

Neoko le suivit et s'assit sur la marche une fois le bas enfin atteint. Elle se sentait vraiment pas bien avec la tête qui tournait. Elle leva la tête et sa propre lampe, jetant un coup d'oeil aux alentours. Rien. Aux murs en tout cas, on ne pouvait apercevoir aucun défaut. Elle baissa les yeux vers le sol, cherchant des yeux une brèche, quelque chose, un indice. Il devait bien y avoir quelque chose. Cet escalier menait forcément à quelque chose sinon, ce n'était pas normal. Elle inspira et se leva en titubant un peu, se penchant pour inspecter le sol. Ce n'était pas forcément quelque chose qu'ils allaient voir du premier coup, elle le sentait. Arika la retitnt un moment pensant qu'elle aller tomber avant de la lacher doucement en voyant quelle tater le sol. Il regarda quand lui plus loin, avant que les esaclier se refermer comme si il n'vaait jamais exister, faisant sursauté alors qu'il braqua son faisceau lumineux vers le plafond immaculé maintenant.

- Super, aucune retour ? ...

Neoko sursauta aussi et fit aussitôt volte-face. Elle se sentait mal et elle sentait tout aussi mal l'endroit où il avait atteri. Un endroit vide, où les escaliers avaient disparu. Elle inspira longuement. Ca va qu'elle n'était pas claustrophobe. Elle fit un tour rapide de la pièce avec la lumière. Ils fallaient qu'ils trouvent un moyen de partir. C'était poli, aucune brèche. Pas même au sol. Pourquoi ? Est-ce qu'ils étaient simplement tombés dans un piège ? Elle espira. Tout avait une longue. Tout. Si l'escalier avait disparu, c'était pour une raison particulière. Si la pièce était circulaire, c'est qu'il y avait une raison aussi ... Elle s'assit au sol. Puis leva les yeux vers Arika.

- ... Dans quel sens tournaient les escaliers ? lui demanda-t-elle. Sens horaire ou l'inverse ?

Le garçon était déjà a bout de nerf, ses yeux avait viré au rouges, alors qu'il s'appretait a passer par la brutalité pour se créer un chemin par le plofond ses cheveux avait foncit, il avait les yeux raqué sur le plafond alors que son bracelet lui serrait de plus en plus le poignet.

- Anti-horraire.

Neoko se releva et s'approcha du mur, posant une main dessus. Tout n'était qu'hypothèse mais bon. Si le temps s'était stoppé durant leur descente, si tout était en rond, c'était qu'il devait y avoir un rapport avec le temps. Elle inspira. Si les escaliers allaient dans le sens inverse des aiguilles d'une montre ... Pour le relancer, il suffisait d'aller dans l'autre sens. La jeune fille se mit à marcher, lentement, la main sur le mur, dans le sens des aiguilles d'une montre, testant sa théorie. Arika regarda la jeune fille faire tout doucement tout la salle se mit trembler encore une fois mais cette fois, avant qu'akira ne puisse faire un pas, il chuta le vide alors que tu finissais de faire ton tour, son cris était qu'un sombre écos, alors qu'on entendait plus rien, juste on pu voir un court instant le faisceau s'allumer puis s'éteindre. Arika percuta durement le sol, sa chute avait duré quelque minute, mais le sol était assez moue pour qu'il puisse ne se brisé que un membre, il retient un cris alors qu'il tenait son bras. Neoko sursauta en sentant la salle tremblait et se retourna brusquement en voyant Arika chutait. Elle s'immobilisa, la main sur la paroie. Qu'est-ce qu'elle venait de faire au juste ? Tremblante, elle appela le garçon. Elle ne le voyait plus rien, de nouveau plongée dans l'obscurité. Elle baissa les yeux vers le sol, commençant à paniquer. Elle se pencha vers le sol et tendit son autre main pour voir s'il y avait effectivement un vide ou non.

- Je suis en vie, cria-t-il... je suis en vie enfin pour l'instant, chuchota-t-il.

Arika se releva doucement, en regardant autour de lui, on aurait dis un cachot, il frisonna en voyant des chaines qui devait certainement portait les prisonnier en suspend. Il tourna doucement une dernière fois, mais la lumière s'étint, un joli shit sortie de la bouche du garçon. Alors qu'il alluma une flame dans sa main falide. Il la fit volait autour de lui.

- Est-ce que tu vois quelque chose ? demanda-t-elle aussitôt.

Neoko agitait sa main sur le sol mais elle ne sentait pas le vide. Elle se laissa glisser contre la paroie du mur. Elle était piégée, seule, dans une pièce circulaire et venait de perdre la seule personne qui parvenait à peu près à la rassurer. Elle inspira longuement et leva les yeux vers le plafond. Les escaliers n'étaient pas revenus. Elle continuait d'agiter sa main au-dessus du sol.

- Est-ce quelque chose si tu lèves la têtes ? ajouta-t-elle, la voix un peu tremblante.

Arika regarda autour de lui, avant de voir un étrange coiffret, il fut vite attiré par celle-ci. Il s'approcha doucement quand voir une seul autre ouverture. Il tourna la tête vers le plafond, il avait rien d'autre.

- Rien ! Y a rien ! Mais dans la salle il y a une boite. Elle semble êrtre incruster a un socle, je ne peux pas la prendre, mon bras... est cassé !

Neoko inspira, expira et paniqua, se plaquant contre le mur. Il ne la voyait pas. Elle leva la tête. Elle se sentait pas bien. Il avait le bras cassé. La brunette ramena ses jambes encore elle, inspirant à nouveau. Elle ferma les yeux. Inspirer. Expirer. Se calmer. Elle souffla longuement et se releva lentement.

- Je vais essayer de tourner à nouveau, dis-moi si quelque chose change !

Elle reposa sa main sur la proie et se remit à faire lentement le tour de la pièce dans le sens des aiguilles d'une montre. Arika regarda le plafond, le sol souvrait une nouvelle fois audessus de lui. Il sourit alors qu'il envoya la flamme vers le trou, pour te signaler qu'il était ouvert. Neoko vit la flamme et eut un maigre soupir de soulagement. Elle avait quelque chose de rassurant. Hochant la tête, même si tu ne pouvais pas voir, elle continua de tourner sans ôter sa main du mur, fixant la flamme. Ne pas céder à la panique. Elle attendait que quelque chose d'autre se produise, des fois que. Et cette fois l'escalier qui les avait mener ici, revint et descendit encore plus en profondeur, jusqu'a Arika qui s'éloigna doucementavant de retourner doucement vers lle coiffret rien ne bouger. Il tourna son attention ver les escalier.

- Tu peux descendre je pense, ma flamme te suivra, dit-il en souriant.

Quand tu approcha le falmme se transforma en petit chat. Tu était paniquer, il essayer de te calmer avec des tous. Neoko était sur les nerfs, c'était sûr. Elle observa l'escalier, cessa de toucher le mur et s'approcha de la petite flamme en empruntant les escaliers. Un chat. Elle se détendit et elle souffla lentement. Elle descendit et baissa les yeux vers là où menait l'escalier. Lorsqu'elle t'aperçut, elle eut enfin un sourire, rassurée de te voir entier. Ca l'avait soulagé plus qu'autre chose. Lorsqu'elle atteint enfin le sol, elle se précipita vers toi.

- Ca va ? Ton bras te fait mal ? Je suis vraiment désolée, je ne pensais pas que ça ferait ça, débita-t-elle à une vitesse hallucinante.

Arika eut un rire nerveux avant de te montrer le coiffret. Sans cette chute il n'aurait jamais découvret le petit coffret.

- Ne t'inquiete pas Kiojin, ou non.. pour les os casser je vais plutot aller chez Delphine, histoire d'avoir un bon anésthésiant. Aprés j'irai chez Kiojin. Enfin bref, j'ai trouver sa en chutant. On peut pas l'ouvrit, il semble inscruster au socle, il me parait pas avoir était la depuis trés longtemps, vu la salle que c'est ...

Neoko regarda ton bras et eut une pointe de culpabilité. Puis son regard coula vers le coffre. Elle haussa un sourcil. Etrange. Qu'est-ce qu'un coffre pouvait bien faire ici ? Et surtout, cloué au sol. Elle s'accroupit, l'observant d'abord sous tous les angles. Une immitation d'un style ancien mais à en juger par l'état du coffre, il était récent comme tu l'avais formulé. Elle passa sa main sur le couvercle et lentement, l'ouvrit, curieuse de savoir ce qui pouvait bien se trouver à l'intérieur. Arika s'accroupi a sont tour avant de sentir une odeur fétide, il se redressa aussitot en tournant sur lui même pouvoir d'ou venait cette odeur. Quelque chose clochait. Alors qu'il la flamme changea de chaton a une étrange créature ailé, la flamme suivait l'humeur de son propriaitaire, et la il était sur ses garde. Neoko baissa les yeux vers le coffre, comme omnibullée par lui. Elle semblait avoir une bien meilleure mine. Tout au fond, à l'intérieur, se trouvait une petite bague. Elle inclina la tête sur le côté. Une bague ? Tout ça, pour une bague ? Elle se pencha un peu plus pour l'observer. Etrange. Elle avait quelque chose de familier. La brune tendit doucement sa main pour la saisir. À peine fut-elle en contact qu'elle eut un haut-le-coeur. Elle ferma les yeux tandis qu'elle avait des flashs qui explosaient dans la tête. En plus de cela, elle avait les lamentations des morts qui venaient s'y ajouter. La jeune fille eut un nouveau haut-le-coeur et eut juste le temps de se détourner pour éviter de vomir sur Arika. Cette bague lui était forcément familière. Elle l'avait déjà vu. Il y a longtemps. Au doigt d'une jeune femme. Sa mère. Elle se redressa et fut prise d'une violente toux, essuyant sa bouche, maintenant pâle comme un cachet. Elle s'apprêtait à dire quelque chose lorsqu'elle fut interrompue par un grognement. Elle se retourna lentement. La goule était là, à quelques mètres d'eux, à les fixer. Arika sursauta en voyant Neoko a des crise, il tourna la te^te pour l'approcher mais recula aussitot en voyant le vomit qui allait, il tira vite un mouchoir de sa poche pour te le tendre, avant d'entendre les pas de la créatures. Il tourna doucement la tête , c'était la goule, mais elle avait l'air.. presque humaine, elle avait pas l'air de vouloir leur sauté a la gorge... Il se mit sur ses gardes, ayant les yeux qui virent au rouge d'un seul coup.

- N'approchez pas !

Neoko fixait la créature. Elle n'avait pas cet air inhumian de la dernière fois. Mais la jeune fille était toujours aussi effrayée. Elle serra la bague dans sa main. Pourquoi cette goule gardait un bague ayant appartenu à sa mère ? Pourquoi ces flashs ? Pourquoi ces lamentations ? Elle la fixait à travers son rideau de cheveux. La goule eut un sourire qui lui déforma le visage, se tournant vers Arika, lentement. Elle eut un maigre grognement, semblable à un rire. Avant de parler d'une voix quelque peu déformée, comme un râle long.

- Tu t'es reconverti dans la chevalerie ? Quel retournement pour un meurtrier.

Elle essayait de taper là où ça faisait mal, forcément. L'incident avec Zonbi était le plus marquant. Elle en savait les ficelles. Arika parut encore plus en colère, les images lui revint aussitot dans la tête alors que les lamentations repris de plus belle pour la jeune fille. Son ami qui sombra de plus en plus, le garçon avait les main plein de sang, ses images lui revint alors qu'il tourna doucement ses yeux vers ses mains, Amelia dans ses bras entrain de rire nervuesement.

- N... No... Non .. C... J.. je n... ne l'ai.. p...

Le garçon était completement débousollé, alors qu'il s'écroula a genou, Arika était trop sensible. Neoko fixa la goule puis Arika. Elle avait compris. Lentement, bien que tremblante, elle s'approcha d'Arika et posa ses mains sur ses yeux. C'était des hallucinations visuelles qu'il avait. Tout comme elle avait ses hallucinations auditives. Elle regarda la goule.

- Vous manipulez l'esprit, marmonna-t-elle. C'est vous qui avez fait ces lamentations que j'entends à chaque fois que j'entre dans la salle commune.

La goule lui adressa un sourire. Elle était maligne, très maligne pour son âge. Le maître en sera fier. La goule fit un pas en avant, maintenant que l'obstacle était neutralisé, il lui suffisait juste de reprendre la bague pour le maître. Neoko se rapprocha d'Arika tout en fixant la goule.

- Arika, calme-toi. Ce sont des hallucinations, rien d'autre. Tu n'as rien fait, murmura-t-elle.

Arika sursauta doucement, alors qu'il sentit les mains douce de sa jeune amie. A sa voix celui-ci se calma peu a peu, laissant échapper les larmes, il n'avait pas encore fait son deuil, mais sur le coup il se mordit la levre alors qu'il retira doucement les mains de la jeune fille ses yeux n'était plus d'un bleu profond comme quand il était désorienté elle avait de nouveau sa tête rouge. Il poussa doucement la jeune fille derrière lui, en se relevant fixant l'intrus. Avant de sourire mais d'une façon epu rassurante.

- Ignace Leaf.

Neoko regarda Arika et le laissa se relever. Elle sursauta au nom du professeur. Non ... Lui ? Ignace ? Noooon. C'était une blague. Et pourtant, malgré elle, elle en était venue à le soupçonner plus d'une fois. Elle resta bien derrière Arika, inutile en cas de combats. La goule sourit et reprit son apparence complètement humaine. Grand, courbé, l'air malade et un énorme sourire en plein milieu du visage. C'était lui, leur prof de métamorphose. Il applaudit.

- Gooood Arika, tu es peace, bien joué.

Il eut un rire qui fit frissonner la jeune fille. C'était bel et bien lui. Sa voix était toujours traînante mais elle avait quelque chose en plus. Il n'avait plus ce côté shooté, juste un regard de malade prêt à tuer.

- J'ai bien failli croire que j'allais réussir mon coup. Pourtant, ta copine la méduse m'a soupçonné plus d'une fois. Comme quoi, je suis fort pour tromper les gens. Même ton père, fit-il en souriant.


Arika regarda la créature avant l'invocation de son père, le jeune adolescent paraissait normal, quelque peu sur les nerf,mais lorsqu'il dit que tu avais trompé son père. Il se mit a rire, comme pris d'un fou rire. Ses yeux était pourtant toujours rouge ce qui ne pouvait dire qu'il était dans une émotion intense. Mais il avait encore toute sa tête. Il fit un clin d'oeil a Neoko avant d'approcher de la créature.

- Mon père ? Vous croyez sérieusement que vous l'avez trompé ? Je vous pensais plus intelligent que ça, C'est vrai Neoko ne voulait pas vous accusez, mais vous étes la seul goule qui é té transporter ici, illégalement. Le désert doit pas vriament vous manquer. Avec tout les cadavres qu'il y a ici, mais vous venus pour autre chose. N'est ce pas ?

Arika s'arrêta a quelque centimétre de la goule. Ne l'ayant pas quitter des yeux, son bracelet trembler doucement, ce qui signifait qu'une grosse quantité de magie aller bientot sortir. Neoko suivait l'échange, de loin. Elle leva son regard vers Arika, le laissant s'éloigner pour se rapprocher de la créature qui souriait toujours. La jeune fille serrait toujours la bague dans le creux de sa main. La goule regarda le jeune homme. Ce n'était qu'un obstacle. Il n'avait rien d'intéressant. La goule accentua son sourire et applaudit à nouveau.

- Mais on a stimulé sa matière grise aujourd'hui ! Good Arika ! Si je suis revenu ici, c'est pour assister au retour de mon maître, bien sûr et pour garder son souvenir. Jusqu'à ce que l'héritière réveille le lien, siffla-t-il en regardant Neoko. Hein, Neoko, ça fait quoi, de voir la jolie bague de sa maman morte ?

La brunette le regarda et écarquilla les yeux. C'était quoi ce charabia ? Elle baissa les yeux vers la bague. Elle tremblait.

- Allez, réveille le lien, Neoko-chan. ~

Arika écouta, le lien ? Quel Lien ? C'était pas quelque chose de normal, plutot de néfaste. Elle devait absolument pas le faire. D'un coup sans prévenir garde une nouveau coup de flamme alla droit vers la goule, Arika tendi juste la main pour prendre Neoko qu'il tira assez vite vers les escalier, pour lui permettre de monter, alors qu'il ne cessait de crer des flammes sur la goule, pour la forcer a reculer, ou de bruler vif. heureusemen que c'était leur faiblesse.

- Monte Neoko !

Neoko avait les yeux fixés sur la bague. Elle ne s'en détacha que lorsqu'Arika la tira. Elle jeta un regard vers la goule qui hurla, horrifiée par le feu, reculant en se transformant. La brunette, quant à elle, s'éxcuta et monta rapidement les marches de l'escalier. Elle entendait la goule lui hurlait de réveiller le lien. La jeune fille se contenta de monter les escaliers, jetant simplement un coup d'oeil vers Arika. Arika lui sourit, en lui disant de l'atendre a la surface, un clin d'oeil pour rassurer la fille avant que celui-ci est de nouveau des ses irs devient d'une couleur ardente, et ses cheveux devenait noir, il  fallait qui retienne encre la goule plus longtemps pour donner le temps a Neoko de sortir, il avançant le mur de flamme de plus en plus dense. Neoko le regarda, inquiète. Certes, il contrôlait le feu mais ... Elle hocha la tête et remonta en trombe les escaliers. Elle courrut dans le couloir, manqua de glisser. Elle poussa la porte, se jeta dans les montagnes d'os, remonta la pente raide, jetant un coup d'oeil derrière elle. Elle entendait les cris d'agonie de la goule. Elle trébucha sur un cadavre, courrut jusqu'à l'échelle et remonta jusqu'à la surface. Il faisait nuit noir. Et le silence était là, en maître. Elle tremblait. Elle avait peur pour elle. Elle avait peur pour Arika. Tandis que dans les bas-fonds de l'école, la goule hurlait en tentant d'échapper au feu. La créature devenait folle, incontrôlable, terrorrisée. Arika se tient le bras, le bracelet, ne faisait que de rendre de plus en plus faible ses flammes, il se mit aussitot a prendre la fuite, en essayant de pas trébucher dans les escalier, mais il n'avait aucun équilibre son bras droit étant completement mort, il restait coincé une fois dehors avec les cadavre, et lorsque les goute de pluie se firent, il sourit de façon amer.

- La pluie ...

Il trébucha dans la boue, alors qu'il essayait de se redresser parmi les cadavres, en entendant la goule revenir. Neoko attendait, sous la pluie. Elle avait la respiration sifflante, ne tenait pas en place, ne cessait de se pencher pour voir si elle apercevait Arika. Elle serra la bague. Tandis que la goule, devenue folle, reprenait ses esprits en voyant le feu faiblir, remonta à son tour, prête à jouer son coup. Elle grognait. Et Neoko l'entendait de la surface. Elle se pencha. Elle ne voyait pas Arika mais elle entendait la goule approchait. Elle paniqua. Arika était enfin de vision, alors qu'il trainait un peu la porte, alors que la goule sortait doucement, il avançait sous la pluie, en ayant un sourire en voyant Neoko, sa tête était elle aussi un peu amoché, on aurait dit qu'il avait vraiment la poisse aujourdhui Neoko aperçut enfin Arika, le bras complètement cassé. Elle eut un sourire mais voyant son allure, elle s'inquiéta. Encore plus quand elle vit la goule. Elle se pencha complètement, manquant presque de tomber dans le trou. La goule était remontée et allée bien plus vite qu'Arika. Elle allait le rattraper. Elle allait le rattraper. La brunette tourna son regard vers Arika. Il lui souriait. Elle lui dit mentalement d'avancer, de monter, de se dépêcher. Il lui souriait. Il ... abandonnait ? La goule sauta sur le garçon. Le regard de Neoko restait braqué sur Arika. Une larme roula le long de sa joue. La goule allait le tuer. Non ! Elle refusait de le voir mourir ! Neoko hurla tandis que la goule s'apprêtait à planter ses crocs dans le cou du jeune homme. Il eut un bruit de fissure. Le bracelet de Neoko vola en éclat. Ses cheveux se dressèrent presque aussitôt en ondulant, transformés en serpents sifflants. Ses pupilles s'étaient dilatées. Ignace avait gagné. Il allait refermer ses crocs quand quelque chose le saisit par la taille et l'envoya valser plus loin. La goule se cogna contre une paroie et redressa sa tête. Sous la plus battante, Neoko le fixait. Avec une haine immence. Les serpents bougeaient tandis que jaillissant de derrière elle, les ombres ondulaient. Soudainement, elle se jettèrent sur la créature, l'empoignant aux poignets et aux chevilles, la traînant au sol, la cognant violemment contre les murs avant de finalement l'amenait au-dehors, devant la méduse. Les ombres tirèrent, comme si elles cherchzient à écarleter la créature. Une cinquième ombre vint s'enrouler, tel un serpent, autour du vusage de la goule et le força à regarder la jeune fille. Elle passa une main sous sa frange et la releva, dévoilant son regard, semblable à celui qu'un serpent, qui brillait de milles feux violets. La goule voulut répliquer. Les ombre tirèrent et Neoko plongea son regard dans celui d'Ignace. Celui-ci hurla avant de se changer en pierre. Les ombres tirèrent à nouveau, un grand coup et la statue se brisa. Seul le visage était encore maintenu devant Neoko. Elle marmonna quelque chose et le laissa tomber dans le trou où se fracassa et se transforma en poussière. Les ombres disparurent derrière Neoko qui laissa retomber sa frange devant ses yeux. La goule était morte. Arika avait déjàlaisser son sort dans les mains de la gule, mais celle-ci fut tiré en arrière laissant le garçon s'éfondrait parmi les cadavre. Il entendait juste les hurlement de douleur et d'angoisse de la goule, avant que ses oreilles deviennent sourde a tout bruit, alors qu'il sombrait doucement dans l'inscoscience, il ne fit pas l'exploit de Neoko, il ne sentit que le sol sous ses doigt, alors qu'il essayait de se relver, mais un hurlement naquit dans ses levres le bras lui faisait trop mal. Tout sombra. I était presque semblable au cadavres qui juchaient sur le sol. Neoko inspira longuement, tentant de se calmer. Elle venait purement et simplement de tuer quelqu'un. Elle se pencha vers le trou. Elle inspira et profita du fait qu'elle pouvait contrôler ses pouvoirs. Elle envoya doucement une ombre vers le fond pour soulever de garçon jusqu'à elle et le poser à ses côtés. Elle regardait ailleurs mais se pencha au-dessus du garçon  

- Arika ? Arika, tu m'entends ? Ça va ?

C'était le dernier jours des vacances les éleves n'avaient pas tarder a retrouver leur dortoir, et surtout l'école. Et leur maisons. Arika ne se souvenait de rien, il était restait insconscient durant le reste des vacances, une semaines c'était trop court. Il venait a peine d'ouvrir les yeux, levant sa main valide, en murmurant un seul nom "Neoko". Il se souvenait de la goule, d'un bruit de hurlement, puis une tout petite voix. Neoko avait passé le reste des vacances à veiller sur Arika, jour et nuit, jusqu'à l'épuisement même si Kyojin avait été plutôt réticent à l'idée, il avait laissé faire la petite fille sans trop lutter. La jeune fille était à moitié endormie sur sa chaise. Elle sursauta en voyant le garçon bougeait. Elle se redressa, saisissant la main du garçon.

- Je suis là Arika, je suis là.

Arika la serra doucement avant de soourir lentement, il avait encore le cerveau en compote avec tout ce qui s'était passer, il tourna doucement son regard noir vers elle, ses pupilles était presque invisible. Il avait un bandage sur le grave, et son bras était en bandouillière, sa jambe avait était finalement aussi casser. Heureusement, que tout aller bien maintenant.

- Tu vas bien ..

Neoko sourit doucement. Durant l'état d'inconscience qu'il avait eu, la jeune fille avait fait quelques changements. Elle avait coupé sa frange et avait mis des lentilles spéciales, dans un moment où elle n'était pas trop fatiguée. Elle pressa la main du jeune garçon et hocha la tête lentement en riant.

- C'est plutôt à moi de te demander ça.

Arika rit doucement avant d'avoir comme une petit absence, et il se remit a sourire, on aurait dit une vieille personne agé, il avait l'air tellement fragile sur ce lit.

- Tu m'as écoutais, les lunettes font plus cool... (il s'interrompi avant de sourire ) Tu es trés mignonne comme ça aussi. C'est mieux comme sa non ?

Neoko eut un petit rire amusé à sa réaction. Elle ne supportait définitivement pas les lunettes. Elle eut une petite rougeur et hocha doucement la tête.

- Disons que je vois enfin le monde en entier, fit-elle. Mais c'est plus agréable que d'avoir les cheveux dans les yeux.

Arika murmura une dernier fois un "j'avais raison" avant de refermait les yeux quelque peu épuiser de son premier saut dans le monde réelle. La porte souvrit doucement, laissant passer un blond. Ray était de retour, les autre n'allais pas tarder. Il sourit doucement, alors qu'il dit bonjour a Neoko.

- Il a l'air épuisé.

Neoko eut un petit sourire et le laissa s'endormir tranquillement. Elle reposa doucement sa main à côté et se tourna lentement vers Ray. Elle eut un maigre sourire et le salua dans un murmure. Son regard se posa à nouveau Arika.

- C'est la première fois qu'il se réveille depuis une semaine, c'est compréhensible, murmura-t-elle avant se tourner vers Ray à nouveau. Tu as passé de bonnes vacances ?

Ray n'avait pas vraiment changé, comm on pouvait faire les être normal qu'il allait passer a la plage, entrain de bronzer, il avait toujours son teint peche, et ses yeux or, il sourit simplemnt.

- C'est dur de vivre avec des gens normaux, c'est de plus en plus dur. Au fil des années. Tu devrais te reposer aussi, Akira va prendre la relève je pense.

Ray tendit sa main vers toi. Neoko lui adressa un faible sourire et se releva en saisissant la main de Ray, tout en hochant doucement la tête. Quand on parle du loup : Akira débarqua dans l'infirmerie, essouflé. Il avait reçu une lettre le matin même lui disant que son frère était dans un sale état depuis une putain de semaine. Il salua à peine des deux autres instables et s'approcha du lit, la mine sombre. Neoko lui tapotta l'épaule et avança. Aprés quelque minutes a boryé dans les bras du marchand de Sable, Arika ouvra une nouvelle fois les yeux, un peu plus réveiller. Il essay de bouger, mais il fit une grimace en se mordant la levre. La douleur. Ah oui sa faisait un peu mal l'expédition de tout a l'heure.

- J'ai faim ...  murmura-t-il doucement.

Akira s'était installé sur un tabouret, à le regarder dormir. Dans quelle affaire s'était-il encoure fouré ? Il le regarda bouger et se redressa doucement. Pouah, il était vivant. Il eut un sourire en coin.

- À peine réveillé, tu penses déjà à ton estomac.

Arika tourna ses yeux noir vers toi, il était pas trés en forme, sinon ses yeux serait beaucoup plus clair. Il se mit a sourire, en riant, mais sa lui arracher une plainte. Avant qu'il se mettent a regarder le plafond.

- Tu sais que j'ai toujours faim, pas vrai, frangin , (il soupire) j'ai même pas pu profité de ses vacances. Akiko n'a pas râler au moin, ou Katya n'a pas pleurer ? Kevan et Kalled ont du te rendre la vie dure, c'est deux petites teignes.

Akira soupira lentement et se rapprocha, du lit, s'installant dessus. Tu étais dans un piteux état, ça l'inquiétait plus qu'il ne le laissait imaginer. Ils n'étaient pas jumeaux pour rien. Il eut un maigre sourire.

- Le grand frère préféré n'était pas là mais ça a été. Akiko a hurlé, Katya a hurlé, Kevan et Kalled ont hurlé. J'avais l'impression de ne pas être à ma place.

Il eut un rire amer et inclina la tête.

- Qu'est-ce que tu as fait, hein, pour te mettre dans un état pareil ? T'as sauté du haut d'un immeuble ?

Arika rigola doucement a l'évocation de tes suberpe vacances, tu avais du les passer dans la bibliotéhque duu manoir. Sa faisait défois un peu de bien de sortir de l'école, il soupira doucement.

- Tu me croirait pas si je te disais ce que j'ai vécu, mais je vais comme même te le dire (il sourit) Ouvre bien tes oreilles, j'ai trop mal a la gorge pour le retire une seconde fois, alors j'ai découvert une fausse commune, avec une goule, aprés on a découvert son nid, et dans son nid une porte, et un escalier, interminable, une piece circulaire, je suis tomber dans un trou je me casser le bras (il eut une petit quinte de toux car il parlait trop vite), et aprés il y eut un coffre, puis la goule était ignace enfainte je l'ai bruler a vif et aprés je m'en rapelle plus, juste quelqu'un qui criait mon nom et puis pouf.

Il ne mentionna pas Neoko, de peur que son frére s'énerve. Akira l'écouta attentivement. Son attitude lui rappelait quand, enfant, il lui racontait les rêves qu'il avait fait. Il haussa un sourcil et eut un petit rire.

- Tu te drogues ou quoi ? plaisanta-t-il avant de redevenir sérieux. "On" ? Tu étais avec quelqu'un ? Et puis ... ow ... T'as eu des vacances chargées visiblement.

Arika rit doucement en soupirant son frére le croyait pas, il avait même pas raconter le plus extraodinaire, il était peut être fou aprés tout, il avait un sacré mal de crâne. Il hocha la tête sans répondre a ta question pour autant.

- Tu parle j'ai que fait de dormir !

Akira eut un petit rire. Il jeta un coup d'oeil vers l'entrée de l'infirmerie avant de tourner à nouveau vers lui.

- T'as eu une infirmière personnelle aussi, fit-il en souriant. Neoko avait une tête de zombie qui n'a bien dormi. Enfin ... Vu ton état, t'as pas fini de dormir.
- Tiens tu me gueule plus de dessus, malgré ceux qui c'est passé ? Tu m'avais interdit d'approcher les instables. Je ne l'ai pas encore vu aujourdh'ui.
- Yep. Je te l'avais dit. Mais vu ton état, je ne vais pas t'ammocher plus. Mais crois-moi, ça tient toujours.

Le sourire d'Akira s'était fait plus dur.

- On a pas envie qu'il y arrive un truc, surtout avec Deamon aux trousses.

Arika frisonna légérement au ton dur de Akira, il se remit a regarder le plafond, gardant les yeux fermer plus longtemps avant de les rouvrit une nouvelle fois.

- Je n'avais pas le choix, murmura-t-il, tu aurais fait pareille.

Akira croisa les bras et s'adossa au mur en regardant son frère. Il aurait fait pareil, c'était certain. Mais il ne put s'empêcher de continuer.

- Tout le monde a le choix Arika. Tout le monde, marmonna-t-il. Est-ce qu'elle était avec toi pour ton histoire de goule ?

Arika soupira doucement alors qu'il commençait a se reveiller a cause de tes simples phrase, le bleu dans ses yeux devint un espece de violet. Il hocha la tête.

- Demande-lui tu verra.

Akira le regarda du coin de l'oeil. Il n'avait pas envie de s'énerver contre toi, surtout après s'être fait un sang d'encre pareil. Il se rapprocha du lit et donna une petite tape sur l'épaule.

- Je n'y manquerai pas.

Après l'incident avec la goule et quelques explications à fournir au directeur durant l'inconscience d'Arika, on avait simplement remis un bracelet à Neoko. Les semaines ont longuement passé et finalement, la fin de l'année est arrivée sans trop de mal. La disparition d'Ignace avait été rapportée sur une note plus joyeuse qu'on n'aurait pu le croire de la part de März : visiblement sa mort lui avait ôté une épine du pied. Du moins, c'était la sensation qu'à peu près tout le monde avait. Neoko avait continué de rester avec Arika après l'incident. Le trou avait été rebouché, ne laissant aucune vue sur les corps. Deamon avait cessé de tenter d'embêter Neoko. Elle ne se laissait toujours pas faire mais elle avait, en plus de cela, l'appui d'Arika et surtout de Ray qui lui avait été bien utile puisqu'elle avait fini par lui avouer que le démon des glaces tentait de lui mener la vie dure. La brune était plus contente. Comme l'avait dit Zonbi, elle était l'étincelle qui avait tout déclenché et les maisons avait, au cours de l'année, tenté d'essayer leurs frontières avec les instables. D'abord vers Neoko, puis vers Zonbi et finalement, tout le monde s'était un peu rapproché d'eux, désormais plus fascinés par eux qu'ostiles. Neoko avait réussi à contrôler ses pouvoirs, plus ou moins, mais elle y arrivait. C'était un grand pas. Elle se trouvait dans la cour des instables pour ce dernier jour. Elle avait déposé un petit bouquet de fleur là où devait se situer le trou. Elle se sentait obligée de ce petit devoir d'hommage. Quelqu'un l'appela. Elle fit volte-face, saisit sa valise et rejoint les autres dans la cour. C'était la fin de la première année mais certainement pas la fin des problèmes, comme l'indiquait la petite bague qui bougeait au fond d'une de ses poches comme un avertissement. Alors que la jeune méduse partie vers ses amis, une petite apparition se fit sur le bouquet, une jeune fille, pas une, la jeune fille qui avait était certainement tué pour faire croire que Amelia n'existait plus. Elle souriait doucement, en murmurant un merci que seul Neoko pouvait attendre, mais aussi un message d'avertissement.

" Fait attention a toi, il te veux..."

Le fantôme disparut, et le bouquet de fleur blanche n'était plus que des fleurs au nuance d'un bleu profond, comme si le spectre avait pleurer des tache d'encre. Neoko s'était légèrement retournée, fixant le spectre. Elle eut un maigre sourire et hocha doucement la tête avant de rejoindre les autres. Il ? La jeune fille s'était plongée dans ses pensées. Ce qu'Ignace avait dit. Son maître allait revenir, il attendait l'éveil du lien de l'héritière. Elle glissa une main dans sa poche et joua un instant avec la bague avant de la laisser tranquille, lorsqu'elle arriva au niveau des autres. Haibara lui sourit et lui tapotta l'épaule.

- Fini ? On peut y aller ?

Neoko jeta un dernier coup vers le fond de la cour, observant les pétales des fleurs s'envolaient au vent. Puis comme ramener à la réalité, elle passa son regard sur chacun de ses amis, hochant doucement la tête.

- Allons-y.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecapharnaum.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Texte brute   

Revenir en haut Aller en bas
 
Texte brute
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mail texte brut
» texte word en JPG
» La jeune fille et ses colombes (texte de Masirène, toile de Shérazade)
» Télévision numérique: Télétexte uniquement sur les 2 TSR
» activer la saisie prédictive lors de l' écriture d'un texte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Capharnaüm :: Les RP :: Pandora (Achevé) :: Premier Tome-
Sauter vers: